Ma bqat ha­dra, car­too­nesque !

El Watan (Algeria) - - Culture - M. Ka­li

Avec Ma bqat ha­dra, son au­teur, met­teur en scène, Mo­ha­med Char­chal, s’est sur­pas­sé dans la veine d’un théâtre de l’ab­surde ver­sion

Io­nes­co. Son «Il n’y a plus rien à dire», dans sa forme, est en congruence avec son titre.

Au plan du genre, il fait un sort au lan­gage, source de pa­ra­si­tage de la com­mu­ni­ca­tion, ce­la dès son ac­qui­si­tion dans l’en­fance. Tout passe par cinq ta­bleaux qui peuvent être consi­dé­rés iso­lé­ment, la trame qui les lie est plu­tôt dans son pro­pos que dans une so­lide in­trigue, car le conflit est d’abord in­té­rieur. C’est ce qui a désar­çon­né cer­tains, par­mi le pu­blic, sans culture théâ­trale. Ma bqat ha­dra joue en outre sur du dé­jà-vu, em­ma­ga­si­né par la mé­moire vi­suelle du spec­ta­teur. Ce­la va du po­li­ce­man à la car­rure d’ar­moire à glace des films de Char­lie Cha­plin, des car­toons à la Tex Ave­ry, de la ma­rion­nette ha­billée, de la pan­to­mime, du far­cesque et du clow­nesque au point que Char­chal a été ac­cu­sé de pla­giat lors du dé­bat concer­nant un ta­bleau. A ce­la, l’au­teur met­teur en scène a mis au dé­fi le dé­bat­teur d’en li­vrer la preuve ir­ré­fu­table, ajou­tant que le théâtre al­gé­rien n’a rien créé de spé­ci­fique et qu’il ne fait que re­vi­si­ter ce qui a été fait en Eu­rope. In­ter­ve­nant à sa suite, un de ses co­mé­diens a té­moi­gné que Char­chal leur a don­né des in­di­ca­tions sur ce qu’il vou­lait d’eux et que ce sont eux qui ont com­po­sé les per­son­nages. Il reste qu’il est pa­ra­doxal

Mab­qat Ha­dra, que les plus grands ci­néastes se plaisent à re­ven­di­quer que dans tel ou tel plan, ils se sont ins­pi­rés d’un film d’Or­son Wells ou d’Hit­ch­cock sans que ce­la prête à scan­dale, alors qu’au théâtre, en Al­gé­rie, les ac­cu­sa­tions de pla­giat sont mon­naie cou­rante. Que dé­ci­de­ra le ju­ry si ja­mais il était sai­si ? Tou­jours est-il que le spec­tacle est une réus­site, me­née sur un rythme tré­pident. Les dif­fé­rents types de co­miques (de si­tua­tion, de mots, de gestes et de ca­rac­tères) ir­riguent le spec­tacle, avec des per­son­nages re­pré­sen­ta­tifs des dif­fé­rents types de pe­tites gens. Il y a le pu­ceau, l’ef­fron­té et jus­qu’à l’is­la­miste. Il est sans barbe parce que le spec­tacle, mal­gré les ca­ri­ca­tures qu’il des­sine, est dans la sug­ges­tion plu­tôt que dans la dé­mons­tra­tion. Leurs by­zan­tines dis­cus­sions tournent aux mor­ceaux d’an­tho­lo­gie truf­fés de ca­lem­bours. Pa­rions qu’on s’en sou­vien­dra plus tard.

«Les jour­nées cultu­relles du Sud»

Ta­man­ras­set

Du 27 au 31 dé­cembre 2017 Au pro­gramme

Di­manche 31 dé­cembre 2017 - Groupe Im­zad (Al­gé­rie) - Vieux Far­ka Tou­ré (Mali) -Bom­bi­no (Ni­ger)

Scène de la pièce

de Mo­ha­med Char­chal

Newspapers in French

Newspapers from Algeria

© PressReader. All rights reserved.