Les mé­con­tents re­viennent à la charge

Les ma­ni­fes­tants ac­cusent la com­mis­sion d’at­tri­bu­tion des 172 lo­ge­ments d’avoir in­sé­ré des noms d’in­dus bé­né­fi­ciaires.

El Watan (Algeria) - - Région Est - K. O.

Après avoir ma­ni­fes­té leur mé­con­ten­te­ment il y a quelques jours, en pre­nant pour cible le nou­vel hô­pi­tal, des ha­bi­tants du bidonville dit «Lac des oi­seaux» sont re­ve­nus à la charge, jeu­di der­nier, en por­tant leur mou­ve­ment à la ci­té des 500 Lo­ge­ments. Ils étaient près d’une cen­taine, des jeunes dans leur grande ma­jo­ri­té, dont une par­tie a oc­cu­pé le toit d’un im­meuble, en y pla­car­dant des ban­de­roles, tout en me­na­çant de se sui­ci­der en se je­tant dans le vide. Les autres ma­ni­fes­tants se sont ras­sem­blés de­vant l’im­meuble en ques­tion. Les forces an­ti­émeute, pla­cées dans un pre­mier temps loin des ma­ni­fes­tants, s’y sont par la suite rap­pro­chées, sans heurts, en vue de les per­sua­der d’éva­cuer les lieux. Les ma­ni­fes­tants avaient au­pa­ra­vant don­né libre cours à leur ran­coeur en dé­non­çant, presque no­mi­na­ti­ve­ment, des per­sonnes ayant bé­né­fi­cié d’un lo­ge­ment alors qu’ils n’ou­vraient pas droit, se­lon leurs dé­cla­ra­tions. Des mères de fa­mille, pré­sentes par­mi les ma­ni­fes­tants ont, elles aus­si, dé­non­cé ce qu’elles qua­li­fient de «mise à l’écart de plu­sieurs fa­milles du bidonville ». L’une d’elles es­ti­mait que plu­sieurs per­sonnes «ont pro­fi­té de l’opé­ra­tion de l’éra­di­ca­tion du bidonville pour se glis­ser par­mi les ha­bi­tants et fi­nir par avoir un lo­ge­ment. Nous les connais­sons toutes et nous sommes prêts à les iden­ti­fier», té­moigne une mère de fa­mille. Des jeunes, en co­lère, n’ont pas mâ­ché leurs mots pour dire tout le mal qu’ils pensent de la com­mis­sion ayant éta­bli la liste des bé­né­fi­ciaires, alors que d’autres ont pré­fé­ré je­ter leur dé­vo­lu sur les re­pré­sen­tants du bidonville. On af­fir­me­ra même qu’un des ha­bi­tants, re­ca­lé suite à l’étude des der­niers re­cours, au­rait été re­trou­vé pen­du à un arbre dans la ma­ti­née de jeu­di der­nier. «Il n’a eu la vie sauve que grâce à l’in­ter­ven­tion de ses voi­sins, qui l’ont éva­cué vers l’hô­pi­tal», té­moi­gne­ton. A rap­pe­ler que de­puis la fi­na­li­sa­tion de l’opé­ra­tion de re­cours, conclue di­manche der­nier par la dis­tri­bu­tion de 172 lo­ge­ments, des ma­ni­fes­ta­tions spo­ra­diques me­nées par les fa­milles ayant été re­ca­lées n’ont ces­sé de se pour­suivre, en dé­pit des ga­ran­ties don­nées par le wa­li. Ce der­nier, dans une dé­cla­ra­tion à la ra­dio lo­cale, tien­dra à ras­su­rer les fa­milles. «Seuls les 172 gour­bis dont les oc­cu­pants viennent de bé­né­fi­cier d’un lo­ge­ment se­ront dé­mo­lis. Le reste ne se­ra pas tou­ché, le temps de re­prendre l’étude de fa­çon mi­nu­tieuse pour évi­ter de lé­ser les ci­toyens», a-t-il dé­cla­ré.

La ten­sion est mon­tée d’un cran jeu­di der­nier

Newspapers in French

Newspapers from Algeria

© PressReader. All rights reserved.