LES GRAVES RÉ­VÉ­LA­TIONS DE LA PRESSE TURQUE

El Watan (Algeria) - - La Une - A. Z.

Le pré­sident turc, Re­cep Tayyip Er­do­gan, a confir­mé, hier, l’exis­tence d’en­re­gis­tre­ments por­tant sur le meurtre de Ja­mal Kha­shog­gi, af­fir­mant les avoir par­ta­gés, no­tam­ment, avec Riyad, Wa­shing­ton et Pa­ris.

Le pré­sident turc, Re­cep Tayyip Er­do­gan, a confir­mé, hier, l’exis­tence d’en­re­gis­tre­ments por­tant sur le meurtre de Ja­mal Kha­shog­gi, af­fir­mant les avoir par­ta­gés no­tam­ment avec Riyad, Wa­shing­ton et Pa­ris.

Le quo­ti­dien turc Sa­bah a rap­por­té, hier, que les meur­triers du jour­na­liste saou­dien Ja­mal Kha­shog­gi se sont dé­bar­ras­sés de son corps en le je­tant dans des ca­na­li­sa­tions après l’avoir dis­sous dans de l’acide. L’exa­men des pré­lè­ve­ments ef­fec­tués dans les ca­na­li­sa­tions de la ré­si­dence du consul saou­dien à Is­tan­bul a per­mis de dé­tec­ter des tra­ces d’acide, écrit le quo­ti­dien pro­gou­ver­ne­men­tal sans ci­ter de sources. Les en­quê­teurs es­timent que le corps de l’édi­to­ria­liste a été dis­sous dans de l’acide et qu’une fois une consis­tance as­sez li­quide ob­te­nue, les au­teurs du crime l’ont dé­ver­sé dans les ca­na­li­sa­tions, pour­suit Sa­bah. Le pré­sident turc Re­cep Tayyip Er­do­gan a aus­si confir­mé, de son cô­té, hier, l’exis­tence d’en­re­gis­tre­ments por­tant sur le meurtre de Ja­mal Kha­shog­gi, af­fir­mant les avoir par­ta­gés no­tam­ment avec Riyad, Wa­shing­ton et Pa­ris. «Nous avons don­né les en­re­gis­tre­ments, nous les avons don­nés à l’Ara­bie Saou­dite, nous les avons don­nés à Wa­shing­ton, aux Al­le­mands, aux Fran­çais, aux An­glais», a dé­cla­ré le chef de l’Etat lors d’une confé­rence de presse té­lé­vi­sée. La Pré­si­dence a en­suite pré­ci­sé que les en­re­gis­tre­ments ont été écou­tés, mais qu’au­cun do­cu­ment écrit n’a été par­ta­gé. Ja­mal Kha­shog­gi a été tué le 2 oc­tobre au consu­lat saou­dien d’Is­tan­bul, où il s’était ren­du pour des dé­marches ad­mi­nis­tra­tives. Après avoir d’abord fer­me­ment nié son meurtre, les au­to­ri­tés saou­diennes ont fi­ni par af­fir­mer que le jour­na­liste a été tué au cours d’une opé­ra­tion «non au­to­ri­sée» par Riyad. Mais dans une tri­bune pu­bliée le 2 no­vembre par le Wa­shing­ton Post, avec le­quel col­la­bo­rait Kha­shog­gi, le pré­sident turc, Re­cep Tayyip Er­do­gan, a ac­cu­sé les «plus hauts ni­veaux du gou­ver­ne­ment saou­dien» d’avoir com­man­di­té le meurtre, tout en ex­cluant le roi Sal­mane. Fin oc­tobre, le par­quet d’Is­tan­bul a af­fir­mé que Kha­shog­gi avait été tué dès son en­trée dans le consu­lat et que son corps avait été dé­mem­bré. Pour sa part, l’Ara­bie Saou­dite a as­su­ré lun­di der­nier que l’en­quête sur le meurtre de Ja­mal Kha­shog­gi se­rait «im­par­tiale». Cette pro­messe a été faite de­vant des membres de l’ONU, qui ont pro­cé­dé à Ge­nève à l’exa­men du res­pect des droits de l’homme par l’Ara­bie Saou­dite, en pleine tem­pête au­tour du meurtre du jour­na­liste. Le chef de la dé­lé­ga­tion saou­dienne, Ban­dar Al Ai­ban, pré­sident de la Com­mis­sion des droits de l’homme, a as­su­ré que son pays «s’est en­ga­gé à me­ner une en­quête im­par­tiale» et que «toutes les per­sonnes im­pli­quées dans ce crime se­ront pour­sui­vies». «L’en­quête se pour­suit confor­mé­ment à nos lois na­tio­nales», a-t-il conclu, peu avant la fin de la réunion qui a du­ré une de­mi-jour­née. Une dé­lé­ga­tion saou­dienne s’est ren­due en Tur­quie le 12 oc­tobre pour des en­tre­tiens por­tant sur l’en­quête sur le sort du jour­na­liste, col­la­bo­ra­teur du Wa­shing­ton Post. Lors de la réunion de Ge­nève, une mul­ti­tude de pays, en ma­jo­ri­té oc­ci­den­taux, à l’ins­tar des Etats-Unis, ont dé­non­cé ce «meurtre com­mis avec pré­mé­di­ta­tion» et de­man­dé à Riyad de me­ner une en­quête «trans­pa­rente».

Newspapers in French

Newspapers from Algeria

© PressReader. All rights reserved.