L’UTI­LI­SA­TION DU GPL, LE VRAI DU FAUX

Contrai­re­ment aux prix des car­bu­rants, ceux du GPL (gaz de pé­trole li­qué­fié), res­tent fixés à 9 DA le litre ! Un ta­rif qui n’in­té­resse pour­tant pas grand-monde et qui sus­cite une cer­taine ré­ti­cence. Il y a même des craintes, no­tam­ment celles liées au «ren

El Watan week-end - - La Une - Mou­nir Dja­bri wee­kend@el­wa­tan.com

L’Etat ap­plique des sub­ven­tions sur les kits GPL

Vrai «De­puis 2011, le programme «Air propre 1» a été lan­cé par l’APRUE (Agence na­tio­nale pour la pro­mo­tion et la ra­tio­na­li­sa­tion de l’uti­li­sa­tion de l’éner­gie), sous tu­telle du mi­nis­tère de l’Éner­gie. Le programme vise à en­cou­ra­ger les ci­toyens al­gé­riens à conver­tir leurs vé­hi­cules en kit GPL. À cet ef­fet, l’Etat a pro­cé­dé à la sub­ven­tion de 20 000 vé­hi­cules, à rai­son de 50%», nous a in­di­qué notre source au mi­nis­tère de l’Ener­gie. En 2014, le gou­ver­ne­ment a re­lan­cé le programme «Propre-Air 2». Cette fois, «le quo­ta an­nuel des vé­hi­cules sub­ven­tion­nés a été porté de 20 000 à 50 000», est-il pré­ci­sé. Il existe des fonds spé­ciaux créés spé­ci­fi­que­ment pour ac­com­pa­gner les deux pro­grammes lan­cés par l’Aprue.

La conver­sion vers le GPL rac­cour­cit la du­rée de vie du mo­teur

Faux Ex­pli­ca­tions de Mo­ha­med Ara­chiche :

«La tech­no­lo­gie a évo­lué, et cer­taines idées chez les Al­gé­riens sont ar­chaïques quant à ce point. Les sys­tèmes d’in­jec­tion sé­quen­tielle sont conçus pour mieux s‘adap­ter aux vé­hi­cules mo­dernes. Ils sont condamnés par une cen­trale comme pour les mo­teurs à es­sence, donc il y a un do­sage de com­bus­tion Air/Gaz». Il note aus­si qu’avec les sys­tèmes de dernière gé­né­ra­tion, et les vé­hi­cules d’au­jourd’hui, vous n’avez plus de pro­blème. Les fa­bri­cants de mo­teur uti­lisent des sou­papes en al­liage spé­cial, plus ren­for­cé, pour mieux ré­sis­ter aux tem­pé­ra­tures et aux condi­tions sèches du mo­teur. Et aus­si le GPL ne ré­duit pas le ti­rage ou la puis­sance du mo­teur, contrai­re­ment aux idées re­çues. Car le ré­glage de la puis­sance de ti­rage du mo­teur est dé­sor­mais cal­cu­lé par or­di­na­teur. La perte en puis­sance qui était de 15-20% a été ré­duite à 3-5 % et les mo­teurs ré­sistent mieux.

Les ré­ser­voirs GPL pré­sentent un haut risque d’ex­plo­sion

Faux Le ci­toyens al­gé­rien se fait de fausses idées concer­nant la sé­cu­ri­té des kits GPL. «Les avan­cées tech­no­lo­giques nous ont per­mis de maî­tri­ser tout le pro­ces­sus de mon­tage du kit. Il faut sa­voir que vous êtes plus en sé­cu­ri­té avec un ré­ser­voir

GPL, qu’avec un ré­ser­voir es­sence !», ex­plique Mo­ha­med Ara­chiche, di­rec­teur ad­joint de Sarl Gha­zal (ins­tal­la­teur pri­vé des kits GPL). Mais, ajoute-il en­core, «à condi­tion que l’ins­tal­la­tion du kit soit faite par des pro­fes­sion­nels, et que ce kit soit do­té d’un équi­pe­ment de haut de gamme».

Il ar­gu­mente ses pro­pos par l’ab­sence d’ac­ci­dents de­puis les an­nées 1990.

«Nous n’avons si­gna­lé au­cun in­ci­dent lié di­rec­te­ment au GPL». Un avis par­ta­gé par notre source au mi­nis­tère de l’Éner­gie, qui pré­cise : «Les rares in­ci­dents qui se sont pro­duits sont dus à une mau­vaise uti­li­sa­tion, no­tam­ment le non-res­pect du taux de rem­plis­sage du ré­ser­voir qui est fixé à 80%» a-t-il in­di­qué.

Les conven­tions sont payées di­rec­te­ment au ci­toyen

Faux Un kit GPL es­ti­mé à 80 000 DA coû­te­ra 40 000 DA à son uti­li­sa­teur. Le client paie uni­que­ment 50% du prix ini­tial du kit GPL. L’Aprue pren­dra en charge les 50% res­tants, qui se­ront res­ti­tués à l’ins­tal­la­teur après une pro­cé­dure ju­gée «lourde» par

notre source au mi­nis­tère de l’Ener­gie.

Le client est «dés­in­for­mé» sur l’ac­tion de pro­mo­tion éner­gé­tique de l’Etat

Vrai «La com­mu­ni­ca­tion a tou­jours été l’un des points faibles de nos ins­ti­tu­tions. Les stra­té­gies gou­ver­ne­men­tales n’ar­rivent que peu à in­té­grer l’ac­tion de com­mu­ni­quer. C’est dans ce sens que l’Aprue sous tu­telle du mi­nis­tère a «failli» à son de­voir d’in­for­mer les ci­toyens sur ce programme, et tant d’autres ! Ra­len­tis­sant ain­si tous les ef­forts four­nis par les uns et les autres», nous in­forme notre source au mi­nis­tère de l’Ener­gie. «Chaque an­née, le mi­nis­tère de l’Ener­gie or­ga­nise un évé­ne­ment an­nuel au ni­veau du mi­nis­tère, afin de pro­mou­voir et sen­si­bi­li­ser les particuliers et les en­tre­prises quant aux en­jeux cli­ma­tiques, en in­vi­tant les dif­fé­rents collaborateurs, les associations.. On au­rait ai­mé que de tels évé­ne­ments soient ap­pli­qués tout au long de l’an­née, de ma­nière conti­nue, ré­pon­dant à un plan de com­mu­ni­ca­tion, éva­lué et sui­vi de près», rap­pelle tou­jours notre source du mi­nis­tère de l’Ener­gie.

Le GPL, plus éco­no­mique et plus éco­lo­gique que les autres éner­gies

Vrai «Rou­ler 15 000 km en GPL vous coû­te­ra la somme de 12.254 DA. Tan­dis qu’en ga­soil/Su­per, elle vous coû­te­ra la somme ap­proxi­ma­tive de 53.076 DA. Sur 15.000 km, vous éco­no­mi­se­rez 28.568 DA, et pour 30 000 km, vous éco­no­mi­se­rez 53. 076 DA. À 60 000 km, 114.278 DA en car­bu­rant. En d’autres termes, le kit GPL qui coû­te­ra 80 000 DA, sub­ven­tion­né à rai­son de

50% par l’Aprue, se­ra ren­ta­bi­li­sé par le bé­né­fi­ciaire sur une courte pé­riode», nous

in­forme le di­rec­teur de la Sarl Gha­zal.

Le ré­ser­voir GPL en­combre la malle de la voi­ture

Faux La pro­blé­ma­tique du ré­ser­voir cy­lin­drique qui oc­cupe la ma­jo­ri­té de l’es­pace de la malle du vé­hi­cule, est main­te­nant ré­so­lue. De nos jours, on équipe les vé­hi­cules lé­gers d’un ré­ser­voir to­rique cir­cu­laire qu’on ins­talle à la place de la roue de secours.

Le kit GPL sou­mis à un contrôle ré­gu­lier

Vrai «C’est pour cette rai­son que nos ser­vices ont ac­cen­tué le contrôle des ré­ser­voirs, qui est as­su­ré par le mi­nis­tère de l’In­dus­trie et ses ser­vices dé­con­cen­trés des wi­layas (Ser­vices des mines) en trois vo­lets : l’ac­qui­si­tion ou la pro­duc­tion des ré­ser­voirs GPL est ré­gle­men­tée par le dé­cret 90-245, por­tant ré­gle­men­ta­tion des ap­pa­reils à pres­sion (vé­ri­fi­ca­tion des modes de cal­cul, cer­ti­fi­ca­tion des es­sais confor­mé­ment aux normes en vi­gueur). An­nexé par un rè­gle­ment tech­nique qui fixe les exi­gences de ces ap­pa­reils», in­dique notre source au mi­nis­tère de l’Ener­gie. Par ailleurs, «un contrôle pé­rio­dique chaque 5 ans pour l’en­semble des ré­ser­voirs en ex­ploi­ta­tion est as­su­ré par des tech­ni­ciens agréés par le mi­nis­tère de l’In­dus­trie en contrôle ré­gle­men­taire des ap­pa­reils à pres­sion (contrôle vi­suel, contrôle par en­do­scope…), as­sure aus­si la même source. D’autre part, «toute nou­velle ins­tal­la­tion des kits GPL sur un vé­hi­cule est réa­li­sée par un agent agréé par le mi­nis­tère de l’In­dus­trie, et contrô­lée par l’in­gé­nieur des mines ter­ri­to­ria­le­ment com­pé­tent avant l’oc­troi du droit de mon­tage», sou­tient le même res­pon­sable au mi­nis­tère de l’Ener­gie.

Newspapers in French

Newspapers from Algeria

© PressReader. All rights reserved.