Une avo­cate traite la so­cié­té de «mal édu­quée»

El Watan week-end - - 7 Jours - A. F.

Une avo­cate a dé­ra­pé lun­di der­nier en dé­cla­rant, de­vant le juge du tri­bu­nal de Boui­ra, que la so­cié­té al­gé­rienne est «mal éle­vée et mal édu­quée», a-t-on consta­té sur place. En­ga­gée par la Di­rec­tion gé­né­rale de la Sû­re­té na­tio­nale (DGSN), dans un pro­cès in­ten­té par un ci­toyen contre des po­li­ciers de la sû­re­té de wi­laya de Boui­ra pour «sé­ques­tra­tion et agres­sion», l’avo­cate en ques­tion n’a trou­vé mieux pour jus­tiNJer les «ré­ac­tions mus­clées» des po­li­ciers mo­bi­li­sés dans le cadre des ma­ni­fes­ta­tions de rue, par le fait que «ces ci­toyens sont tout bon­ne­ment mal édu­qués». Une dé­cla­ra­tion qui a sus­ci­té de vives ré­ac­tions par­mi l’assistance pré­sente dans la salle d’au­dience. «C’est parce qu’ils ont en face un peuple mal édu­qué», a-telle lâ­ché, avant d’être in­vi­tée po­li­ment par la juge à évi­ter ce genre de «dé­cla­ra­tions ir­res­pon­sables». Pré­sent sur place, l’avo­cat et mi­li­tant des droits de l’homme Mus­ta­pha Bou­cha­chi, stu­pé­fait de la dé­cla­ra­tion éton­nante de sa col­lègue de Boui­ra, a ap­pe­lé à ce que le com­por­te­ment violent et agres­sif des po­li­ciers en­vers des ci­toyens cesse. Ve­nu dé­fendre un ci­toyen ac­cu­sant des po­li­ciers de la sû­re­té de wi­laya de «sé­ques­tra­tion» et d’«agres­sion» au cours des évé­ne­ments ayant se­coué le chef-lieu de wi­laya l’an­née der­nière à l’oc­ca­sion de l’af­fi­chage des listes d’at­tri­bu­tion de lo­ge­ments so­ciaux, l’avo­cat a rap­pe­lé que plu­sieurs af­faires si­mi­laires ont été en­re­gis­trées, ci­tant le cas d’un mé­de­cin agres­sé par un agent de l’ordre au cours des ma­ni­fes­ta­tions de rue des ré­si­dents au CHU Mus­ta­pha d’Al­ger.

Newspapers in French

Newspapers from Algeria

© PressReader. All rights reserved.