Il a dit

El Watan week-end - - Débrief’ - Ka­mel Noua­ri, ac­ti­viste dans l’édu­ca­tion

Pour com­men­cer, les élèves et leurs pa­rents doivent com­prendre que les deux langues, l’arabe et tamazight, sont des langues officielles et na­tio­nales et, donc, leur ap­pren­tis­sage est obli­ga­toire et non fa­cul­ta­tif. Le mi­nis­tère de l’Edu­ca­tion na­tio­nale avait dé­cla­ré que cer­tains di­rec­teurs d’éta­blis­se­ment avaient re­mis des for­mu­laires aux pa­rents concer­nant les cours de la langue ama­zigh…

Par ailleurs, les élèves doivent sa­voir que le boy­cott des cours va sû­re­ment les af­fec­ter dans leur cur­sus et leur ré­sul­tat, no­tam­ment lors des exa­mens of­fi­ciels. Les cours de tamazight doivent dé­sor­mais êtres gé­né­ra­li­sés à toutes les wi­layas du pays et im­po­sés dès les classes pri­maires. Main­te­nant, il faut que tous les élèves qui ont boy­cot­té les cours, d’arabe ou de tamazight, soient sanc­tion­nés. Je les ap­pelle à être rai­son­nables et à re­joindre les bancs de l’école.

Newspapers in French

Newspapers from Algeria

© PressReader. All rights reserved.