Que de­vient…

Erst hauchte sie, dann sang sie mit dün­ner Stimme. Und dann wurde Je t’aime… moi non plus anzü­glich. Für viele zu anzü­glich. Jane Bir­kins Kar­riere hat der Song je­doch nicht ges­cha­det.

Ecoute - - SOMMAIRE -

Ac­trice et chan­teuse, Jane Bir­kin est la plus fren­chy des An­glaises de notre pays. On aime sa sil­houette fine, sa voix can­dide et, bien sûr, son éter­nel ac­cent bri­tish. Jane Bir­kin est un vé­ri­table sexe-sym­bole. Avec le chan­teur Serge Gains­bourg, elle a for­mé, pen­dant 12 ans, le couple le plus re­pré­sen­ta­tif de la non­cha­lance et de la li­bé­ra­tion sexuelle des an­nées 1960-1970.

Née en 1946 à Londres, Jane gran­dit entre une mère co­mé­dienne, Ju­dith Camp­bell, et un père mi­li­taire, Da­vid Bir­kin, dans une fa­mille de la haute so­cié­té. Son père, ser­vant dans la Royal Na­vy, est connu pour ses faits d’armes dans la Ré­sis­tance fran­çaise. Ses pa­rents étaient donc, eux aus­si, un couple sous le feu des pro­jec­teurs.

En 1965, âgée de 18 ans, elle dé­bute au ci­né­ma en An­gle­terre. Elle se fait connaître en 1966 grâce à Blow up, qui re­ce­vra la Palme d’or à Cannes. Cette an­née-là, elle épouse le com­po­si­teur an­glais John Bar­ry – avec qui elle au­ra sa pre­mière fille Kate – pour le quit­ter un an plus tard, et al­ler ten­ter sa chance en France.

Lors­qu’elle pose ses ba­gages à Pa­ris, Jane a 20 ans. Elle tourne dans Slo­gan, en 1968. C’est là qu’elle ren­contre Gains­bourg, avec qui elle vi­vra une pas­sion sul­fu­reuse et dé­chi­rante. En 1969, elle en­re­gistre avec lui le cé­lèbre duo Je t’aime, moi non plus. Le mor­ceau de­vient un hit et lance sa car­rière dans la chan­son.

Jane Bir­kin est sur tous les fronts. Sur scène, elle connaît le suc­cès avec 69, an­née éro­tique, La ga­doue et Bal­lade de Me­lo­dy Nel­son. Pa­ral­lè­le­ment, elle tourne dans des films dont La Course à l’écha­lote de Claude Zi­di (1975), ou en­core Je t’aime moi non plus (1976) de Serge Gains­bourg. Avec lui, elle au­ra une fille : Char­lotte Gains­bourg.

Mais en 1980, de­vant l’al­coo­lisme et la dé­bauche per­ma­nente du chan­teur, Jane dé­cide de le quit­ter. La même an­née, elle ren­contre le réa­li­sa­teur Jacques Doillon. En­semble ils au­ront aus­si une fille, Lou.

Ayant ac­quis une grande ma­tu­ri­té en tant qu’ac­trice, Jane est re­pé­rée par les ci­néastes Jean-luc Go­dard, Pa­trice Le­conte et Agnès Var­da, avec qui elle de­vien­dra très amie. En­cou­ra­gée par cette der­nière, Jane Bir­kin réa­lise son pre­mier long mé­trage en 2007, Boxes, un film par­tiel­le­ment au­to­bio­gra­phique.

Bien­veillante et gé­né­reuse, l’ac­trice met à pro­fit ses qua­li­tés dans de nom­breuses causes hu­ma­ni­taires. In­fa­ti­gable, à 71 ans, elle est ac­tuel­le­ment en tour­née pour chan­ter ses an­ciens titres et duos, re­vi­si­tés avec un or­chestre sym­pho­nique. Une fa­çon aus­si de rendre hom­mage à Serge, l’amour de sa vie.

« Ris et le monde rit avec toi. Pleure et tu pleures toute seule. »

Newspapers in French

Newspapers from Austria

© PressReader. All rights reserved.