Moins op­ti­miste mais plus pré­voyant pour sa pen­sion

BRUXELLES Le Belge, d’ha­bi­tude glo­ba­le­ment op­ti­miste vis-à-vis de sa pen­sion, semble au­jourd’hui un peu plus pes­si­miste sur cette ques­tion. Mais plu­tôt que de se lais­ser abattre il prend da­van­tage les de­vants, ré­vèle le Ba­ro­mètre Pen­sion d’Axa.

Metro (French Edition) - - Front Page -

Le Belge était connu pour être glo­ba­le­ment op­ti­miste par rap­port à sa pen­sion. Pour­tant, si 77% des Belges ac­tifs voient la pen­sion de fa­çon po­si­tive, ils sont un sur trois à l’as­so­cier à la vieillesse, la ma­la­die, la so­li­tude ou la pau­vre­té. Les Belges sont ain­si en pre­mière po­si­tion du clas­se­ment des pays ayant une vi­sion né­ga­tive de la pen­sion. En ce qui concerne le mon­tant de leur pen­sion, les Belges sont plus pes­si­mistes au­jourd’hui qu’en 2004. 79% des ac­tifs et 88% des in­dé­pen­dants pensent que leur pen­sion se­ra moins éle­vée que leur der­nier sa­laire. Ce chiffre at­teint même 99% chez les pro­fes­sions li­bé­rales. A la ques­tion de sa­voir si le mon­tant de per­sonne sur deux es­time que oui, alors qu’en 2004 ils étaient 65%. Les néer­lan­do­phones semblent par ailleurs plus op­ti­mistes que les fran­co­phones. Du cô­té des in­dé­pen­dants on ne constate pas de chefs d’en­tre­prises sont 75% à pen­ser que alors que les ar­ti­sans, com­mer­çants et pro­fes­sions li­bé­rales sont par­ti­cu­liè­re­ment in­quiets. Pour­tant, mal­gré un re­ve­nu in­fé­rieur, 75% des ac­tifs pensent que leur ni­veau de vie lors de la pen­sion se­ra soit pré­ser­vé (63%), soit s’amé­lio­re­ra (12%). Mal­gré cette ten­dance moins op­ti­miste, le Belge ac­tif ne se laisse pas pour au­tant abattre. Il com­prend qu’il se­ra ame­né à tra­vailler plus long­temps qu’avant et pré­pare ac­ti­ve­ment sa pen­sion. 73% ont ain­si dé­jà com­men­cé à pré­pa­rer leur pen­sion, contre 54% en 2000. Les néer­lan­do­phones (79%) et les in­dé­pen­dants (82%) sont en­core plus nom­breux. Le Belge com­mence aus­si à épar­gner beau­coup plus tôt. Si en l’an 2000, l’âge moyen de dé­but de pré­pa­ra­tion à la pen­sion était de 42 ans, on est pas­sé à 31 ans au­jourd’hui. Se­lon le Ba­ro­mètre, le Belge met en moyenne Les in­dé­pen­dants dé­crochent la palme, par mois pour leurs vieux jours.

Newspapers in French

Newspapers from Belgium

© PressReader. All rights reserved.