Vers une con­fé­rence de ré­con­ci­lia­tion na­tio­nale en Somalie

AD­DIS ABE­BA Le pré­sident so­ma­lien Ab­dul­la­hi Yu­suf a ac­cep­té hier le prin­cipe d’une con­fé­rence de ré­con­ci­lia­tion na­tio­nale pour ten­ter de mettre fin à 16 an­nées d’anar­chie, ou­vrant la voie au dé­ploie­ment de sol­dats de main­tien de la paix afri­cains dans le

Metro (French Edition) - - World -

Sous la pres­sion des Etats-Unis, de l’Union eu­ro­péenne et des Na­tions unies pour une confé- rence, le pré­sident a fait sa­voir que son gou­ver­ne­ment était prêt à né­go­cier mal­gré une opposition im­por­tante au sein de son propre camp. Le som­met réuni­rait des chefs re­li­gieux et de clans. «Nous vou­lons né­go­cier avec tous les So­ma­liens qui veulent la paix», a-t-il dé­cla­ré. S’ex­pri­mant lors du som­met de l’Union afri­caine à Ad­dis Abe­ba, en Ethio­pie, le se­cré­taire gé­né­ral de l’ONU Ban Ki-Moon a es­ti­mé que ces dis­cus­sions de­vaient in­clure les di­ri­geants mo­dé­rés de l’Union des tri­bu­naux is­la­miques. A l’heure où l’Ethio­pie en­tame son re­trait, le vul­né­rable gou­ver­ne­ment de tran­si­tion craint de ne pou­voir as­seoir son au­to­ri­té sans l’aide d’une force in­ter­na­tio­nale. L’ac­cord d’Ab­dul­la­hi Yu­suf va ou­vrir la voie au dé­ploie­ment d’une force de main­tien de la paix de 8.000 hommes en Somalie. Les di­ri­geants afri­cains sou­haitent que la con­fé­rence ait lieu avant tout en­voi de troupes. Jus­qu’à pré- sent, seuls trois pays -l’Ou­gan­da, le Ni­ge­ria et le Ma­la­wi- se sont en­ga­gés à par­ti­ci­per à cette mis­sion.

Newspapers in French

Newspapers from Belgium

© PressReader. All rights reserved.