Dans le vi­seur d’ab­de­la­ziz

Jeune Afrique - - CONFIDENTIEL -

L’en­quête de la po­lice mau­ri­ta­nienne por­tant sur les ac­ti­vi­tés du sé­na­teur d’op­po­si­tion Mo­ha­med Ould Ghad­da, ar­rê­té le 10 août et soup­çon­né de ten­ter de « dé­sta­bi­li­ser le ré­gime en conni­vence avec des fi­gures du pa­tro­nat », pour­rait être éten­due à des hommes d’af­faires. Par­mi eux, Mus­ta­pha Ould Li­mam Cha­fi, qui fut conseiller de l’an­cien pré­sident bur­ki­na­bè Blaise Com­pao­ré et né­go­cia­teur dans le Sa­hel (lire p. 24 à 27), et Mo­ha­med Ould Boua­ma­tou, un en­tre­pre­neur ac­tif dans les mé­dias, la té­lé­pho­nie et la banque. Se­lon des di­plo­mates en poste à Nouak­chott, ces deux Mau­ri­ta­niens, qui ré­sident le plus sou­vent au Ma­roc, se­raient sur le point de faire l’ob­jet de man­dats d’ar­rêt in­ter­na­tio­naux. Reste que si Boua­ma­tou semble bel et bien sur la sel­lette, tel n’est pas for­cé­ment le cas de Li­mam Cha­fi. « L’en­quête pour­rait plu­tôt s’orien­ter vers Ah­med Ba­ba Ould Azi­zi, le di­ri­geant de l’union na­tio­nale du pa­tro­nat mau­ri­ta­nien, en froid avec la pré­si­dence », confie une source proche de ce dos­sier. Ce der­nier voyage aus­si ré­gu­liè­re­ment au Ma­roc. Du­rant la cam­pagne ré­fé­ren­daire, le pré­sident Ab­de­la­ziz avait as­su­ré dé­te­nir des preuves se­lon les­quelles des op­po­sants fi­nan­çaient des actes vi­sant à le dé­sta­bi­li­ser.

Mus­ta­pha Ould Li­mam Cha­fi (à g.) et Mo­ha­med Ould Boua­ma­tou.

Newspapers in French

Newspapers from Benin

© PressReader. All rights reserved.