BRAS DE FER FATAL

Jeune Afrique - - MAGHREB MOYEN-ORIENT ALGÉRIE - F.A.

Pour­quoi Ab­del­mad­jid Teb­boune a-t-il été éjec­té moins de trois mois après sa no­mi­na­tion ? De­puis son évic­tion, l’éphé­mère Pre­mier mi­nistre a fer­mé son por­table. Et son suc­ces­seur n’est pas homme à s’épan­cher au­près des jour­na­listes. teb­bo une a confié à des proches bé­né­fi­cier de la confiance du pré­sident, qui l’avait char­gé d’exé­cu­ter une feuille de route pré­cise : ré­or­ga­ni­ser le com­merce ex­té­rieur, mettre un terme à l’anar­chie dans les im­por­ta­tions, dont le mon­tant tu­toie 40 mil­liards de dol­lars par an, et sé­pa­rer les forces de l’ar­gent de la po­li­tique. Se­lon lui, l’état a ac­cor­dé, au cours des quinze der­nières an­nées, plus de 50 mil­liards de dol­lars d’aides, de sub­ven­tions et de prêts ban­caires à des en­tre­prises pri­vées. Les­quelles n’ont remboursé que 10 % de ce mon­tant.tou­jours se­lon l’ex-pre­mier mi­nistre, un in­dus­triel au­rait ob­te­nu 600 mil­lions de dol­lars pour un pro­jet au­to­mo­bile dont la fia­bi­li­té est sé­rieu­se­ment mise en doute. Les caisses de l’état se vi­dant à un rythme sou­te­nu et la crise s’ag­gra­vant, le gou­ver­ne­ment Teb­boune avait pour mis­sion de ré­cu­pé­rer les de­niers de l’état par tous les moyens lé­gaux. L’exP­re­mier mi­nistre, qui avait en­ga­gé un bras de fer avec Ali Had­dad, pa­tron des pa­trons et PDG du groupe ETRHB, a-t-il me­na­cé trop d’in­té­rêts, no­tam­ment ceux de cer­tains hommes d’af­faires, d’im­por­ta­teurs vé­reux et de pontes fai­sant leur beurre de l’anar­chie du com­merce ex­té­rieur ? La cam­pagne me­née contre lui par cer­tains mé­dias avant son li­mo­geage tend à ac­cré­di­ter cette hy­po­thèse.

Newspapers in French

Newspapers from Benin

© PressReader. All rights reserved.