Une prise de pou­voir or­ches­trée au cor­deau

Jeune Afrique - - GRAND ANGLE | THOMAS SANKARA -

Par Ab­doul Sa­lam Ka­bo­ré, phar­ma­cien et mi­nistre de la San­té de 1983 à 1986

« En juillet 1983, Tho­mas était en ré­si­dence sur­veillée à Oua­ga­dou­gou. Ce­la ne l’a ce­pen­dant pas em­pê­ché de pré­pa­rer sa prise du pou­voir contre Jean-bap­tiste Oué­drao­go avec plu­sieurs proches. J’étais pour ma part char­gé de faire le mes­sa­ger entre lui et Blaise Com­pao­ré, qui di­ri­geait la gar­ni­son com­man­do de Pô. Ils avaient une confiance to­tale l’un en­vers l’autre. Le 2 août, je suis ain­si al­lé in­for­mer Blaise que nous al­lions pas­ser à l’ac­tion deux jours plus tard, le 4 août. Le jour J, en dé­but de soi­rée, nous étions chez Tho­mas quand nous avons en­ten­du les pre­miers tirs ré­son­ner au loin. C’était Blaise et ses hommes qui en­traient dans Oua­ga. Au même mo­ment, nos fac­tions lo­cales dé­mar­raient les opé­ra­tions. Tho­mas et moi avons sau­té dans une Jeep et sommes al­lés re­joindre Blaise. Les deux hommes se sont sa­lués cha­leu­reu­se­ment, mais sans ef­fu­sion. Nous sommes en­suite al­lés à la Ra­dio­dif­fu­sion na­tio­nale pour an­non­cer notre prise du pou­voir, puis sur la place de la Na­tion. Sur le bord de la route, la po­pu­la­tion nous ac­cla­mait. »

Newspapers in French

Newspapers from Benin

© PressReader. All rights reserved.