Du bon usage des

Tom­bées comme un cou­pe­ret à la lu­mière du rap­port sur l’exé­cu­tion des pro­jets d’al Ho­cei­ma, les sanc­tions ex­trê­me­ment sé­vères dé­cré­tées par Mo­ham­med VI illus­trent un style de gou­ver­nance aus­si maî­tri­sé qu’im­pré­vi­sible. Ana­lyse.

Jeune Afrique - - MAGHREB MOYEN-ORIENT - À Ca­sa­blan­ca

FAHD IRAQI,

Séisme po­li­tique ! » La for­mule choi­sie par Mo­ham­med VI dans son dis­cours du 13 oc­tobre de­vant le Par­le­ment a pris tout son sens une di­zaine de jours plus tard. Le 24 oc­tobre, le ca­bi­net royal ren­dait pu­blic un com­mu­ni­qué aux al­lures de cou­pe­ret : quatre res­pon­sables gou­ver­ne­men­taux et un pa­tron d’une en­tre­prise pu­blique sont sè­che­ment li­mo­gés. Cinq autres an­ciens mi­nistres, ap­par­te­nant au gou­ver­ne­ment pré­cé­dent, sont ban­nis à vie et n’oc­cu­pe­ront plus ja­mais de poste of­fi­ciel. En­fin, qua­torze com­mis de l’état sont dans le pur­ga­toire en at­ten­dant les sanc­tions de Saa­ded­dine El Oth­ma­ni. Le chef du gou­ver­ne­ment, qui a as­sis­té, pan­tois, à la pré­sen­ta­tion de­vant le sou­ve­rain de la syn­thèse du rap­port de la Cour des comptes sur les dys­fonc­tion­ne­ments qui ont ponc­tué le pro­jet « Al Ho­cei­ma, phare de la Mé­di­ter­ra­née », se re­trouve dé­sor­mais face à une nou­velle crise à gé­rer. « Saa­ded­dine El Oth­ma­ni est te­nu de sé­vir contre des fonc­tion­naires, car le roi lui a de­man­dé de lui sou­mettre un rap­port dans ce sens, nous ex­plique un po­li­to­logue. Et pour cause, les sanc­tions royales n’ont concer­né jusque-là que les res­pon­sables qu’il nomme lui-même, mi­nistres et pa­trons d’en­tre­prises pu­bliques stra­té­giques, en ap­pli­ca­tion par­faite de la Cons­ti­tu­tion. »

VIO­LENTE CHARGE. Des sanc­tions d’une grande am­pleur, le Tout-ra­bat les at­ten­dait de­puis quelques mois en re­te­nant son souffle. Le 25 juin, der­nier jour du ra­ma­dan, le pre­mier Conseil des mi­nistres du gou­ver­ne­ment El Oth­ma­ni avait en ef­fet été le théâtre d’un re­ten­tis­sant coup de gueule royal. Après avoir ex­pri­mé sa dé­cep­tion et son mé­con­ten­te­ment, le sou­ve­rain

Le pa­lais de Ra­bat.

Newspapers in French

Newspapers from Benin

© PressReader. All rights reserved.