Sta­tu quo en vue pour 2018

Après une bonne an­née 2017, les prix des mé­taux de­vraient aug­men­ter mo­dé­ré­ment.

Jeune Afrique - - BAROMÈTRE - ALAIN FAU­JAS

L’an­née 2017 au­ra été bonne pour les ma­tières pre­mières mi­nières. Se­lon le rap­port pu­blié par la Banque mon­diale en oc­tobre, les cours des mé­taux ont bon­di de 22 % à la fin de l’an­née. Mais les prix des mé­taux pré­cieux n’ont pro­gres­sé que de 1 % en moyenne sous l’ef­fet d’une moindre de­mande en or due à la hausse en cours des taux d’in­té­rêt amé­ri­cains. C’est encore la Chine qui fait la pluie et le beau temps. Sa crois­sance a été plus ro­buste que pré­vu, et ses achats de mé­taux se sont for­te­ment ac­crus en rai­son du ra­len­tis­se­ment de sa pro­duc­tion do­mes­tique, pro­vo­quée par la fer­me­ture de ses usines les plus pol­luantes et les moins pro­duc­tives. Les mé­taux fa­vo­ri­sés par cette ap­pé­tence chi­noise ont été le fer, le zinc et le ni­ckel. À cause des in­cer­ti­tudes géo­po­li­tiques, les ex­perts s’ac­cordent sur la per­sis­tance d’une vo­la­ti­li­té des cours dans les pro­chains mois. Et, dans l’en­semble, ils s’at­tendent à une an­née 2018 mé­diocre pour les pro­duits miniers, en rai­son du ra­len­tis­se­ment iné­luc­table de la conjonc­ture chi­noise. L’agence Stan­dard & Poor’s es­time que l’offre et la de­mande mon­diales s’équi­librent. C’est pour­quoi elle table sur « des prix moyens glo­ba­le­ment plats pour la plu­part des pro­duits de base mé­tal­liques et miniers en 2018 et en 2019 ». « À l’ex­cep­tion du mi­ne­rai de fer, les prix des mé­taux de­vraient aug­men­ter mo­dé­ré­ment en 2018 », es­time la Banque mon­diale.

L’or tou­jours en de­mi-teinte

Le pe­tit re­bond de 2017 (+ 2 %) ne se confir­me­ra pas en 2018. Tout concourt à faire re­cu­ler le cours du mé­tal pré­cieux : les mou­li­nets de Trump font moins peur, il n’y a pas de guerre en vue avec la Co­rée du Nord, le pré­ten­du État is­la­mique est en dé­route en Sy­rie comme en Irak, les taux d’in­té­rêt amé­ri­cains sont en hausse. La Banque mon­diale avance une baisse de 1 %. Ce qui ne ré­joui­ra pas l’afrique du Sud, où les coûts de pro­duc­tion sont en hausse et les in­ves­tis­se­ments miniers en baisse.

La bonne dy­na­mique du cuivre

Dé­pas­ser les 7 000 dol­lars la tonne (5 500 dol­lars dé­but 2017) est à la por­tée du cuivre. En ef­fet, beau­coup d’in­ves­tis­seurs par­tagent les pré­vi­sions de la Chi­na Non­fer­rous Me­tals In­dus­try As­so­cia­tion, qui s’at­tend à ce que la mon­tée en puis­sance de la voiture élec­trique fasse pro­gres­ser la de­mande de cuivre raf­fi­né de 38 000 t au­jourd’hui à 280 000 t en 2025. Un risque de pé­nu­rie se pro­fi­le­rait à l’ho­ri­zon 2030. La Zam­bie et la RD Con­go en pro­fi­te­ront dès 2018… si elles par­viennent à four­nir à leurs mi­neurs l’élec­tri­ci­té dont ils ont be­soin.

L’alu­mi­nium boos­té par l’ap­pé­tit chi­nois

La Gui­née peut se frot­ter les mains ! L’ap­pé­tit chi­nois pour la bauxite de qua­li­té qui se ra­ré­fie dans l’em- pire du Mi­lieu ne se dé­men­ti­ra pas en 2018. Le géant amé­ri­cain Al­coa pré­dit même que la de­mande mon­diale pro­gres­se­ra de 8 % par an en moyenne d’ici à 2025. Pas­sé de 1 700 dol­lars la tonne à un peu plus de 2 000 dol­lars en 2017, le prix de l’alu­mi­nium de­vrait pour­suivre son as­cen­sion.

Le fer en quête de sta­bi­li­té

On connaît l’adage fi­nan­cier « les arbres ne montent pas jus­qu’au ciel ». Après une hausse de 85 % en 2016 pour cause d’une re­prise de la de­mande chi­noise, le fer a connu une an­née en dents de scie en 2017, fri­sant les 90 dol­lars la tonne pour ter­mi­ner l’an­née aux alen­tours de 70 dol­lars. Mal­gré la forte te­neur en fer des gi­se­ments gui­néens, sud-afri­cains, mau­ri­ta­niens, li­bé­riens et sier­ra-léo­nais qu’af­fec­tionne la Chine, on pré­dit un calme plat pour 2018.

L’ir­ré­sis­tible as­cen­sion du co­balt

Ce sous-pro­duit de l’ex­trac­tion du cuivre est ce­lui qui a le plus mon­té en 2017. « Son prix a dou­blé, à quelque 60 000 dol­lars la tonne, et ce­la ex­plique les bons ré­sul­tats de Glen­core en RD Con­go, pays qui dé­tient un tiers des ré­serves mon­diales », rap­porte Phi­lippe Chal­min, pré­sident de « Cy­clope », la bible des ma­tières pre­mières. Son as­cen­sion est néan­moins sus­pen­due au dé­ve­lop­pe­ment plus ou moins ra­pide de la voiture élec­trique, pour le­quel le co­balt des bat­te­ries li­thium-ion est in­dis­pen­sable.

Newspapers in French

Newspapers from Benin

© PressReader. All rights reserved.