Le match Ould Ab­de­la­ziz vs Boua­ma­tou

Jeune Afrique - - SOMMAIRE - JUS­TINE SPIEGEL

Le pré­sident mau­ri­ta­nien et son cousin n’en font pas mys­tère : ils sont en guerre.

De­puis plu­sieurs mois, à Nouak­chott, Mo­ha­med Ould Ab­de­la­ziz, le chef de l’état, monte un épais dos­sier contre son riche cousin, Mo­ha­med Ould Boua­ma­tou. Mé­tho­di­que­ment et dans le plus grand se­cret. Mis en exa­men pour cor­rup­tion en août 2017, l’homme d’af­faires fait l’ob­jet d’un man­dat d’ar­rêt en Mau­ri­ta­nie, le­quel a en­suite été trans­mis à In­ter­pol, qui ne l’a pas encore dif­fu­sé. Les en­quê­teurs es­timent avoir éta­bli l’exis­tence d’un lien fi­nan­cier entre le pa­tron du groupe Boua­ma­tou SA(BSA) et Mo­ha­me­dould­ghad­da, un par­le­men­taire ac­cu­sé d’avoir ache­té les sé­na­teurs afin qu’ils re­jettent, le 17 mars­der­nier, le pro­jet de­ré­forme consti­tu­tion­nelle qu’« Aziz » ap­pe­lait de ses voeux. La brève ar­res­ta­tion, lors d’un contrôle de douane, de Mo­ha­med Ould De­bagh, le bras droit de Boua­ma­tou, et la sai­sie des do­cu­ments qu’il trans­por­tait dans sa voiture leur au­raient permis d’étayer leurs ac­cu­sa­tions. Le pré­sident et son cousin ne font plus mys­tère de la guerre qui les op­pose. Pour­tant, avant qu’aziz arrive au pou­voir, les deux hommes ne se connais­saient pas. Certes, ils sont is­sus de la même tri­bu, les Ou­led Bous­baa. Mais, tout à son bu­si­ness, Boua­ma­tou s’était avan­ta­geu­se­ment as­so­cié à Ah­med Ould Taya, frère de l’an­cien chef de l’état, Maaouiya Ould Taya. Dis­cret com­man­dant du Ba­taillon pour la sé­cu­ri­té pré­si­den­tielle (Ba­sep), Aziz se te­nait, lui, éloi­gné des af­faires de la tri­bu. C’est la po­li­tique qui les a, dans un pre­mier temps, rap­pro­chés. En 2006, un conflit éclate entre le pa­tron de BSA et son vieil al­lié, le pré­sident Ely Ould Mo­ha­med Vall. Boua­ma­tou re­pro­chait à « Ely » d’avoir au­to­ri­sé l’ou­ver­ture d’une troi­sième li­cence de té­lé­pho­nie mo­bile (Boua­ma­tou est ac­tion­naire de la pre­mière, Mat­tel) et fa­vo­ri­sé l’im­plan­ta­tion de la So­cié­té gé­né­rale, alors que la Gé­né­rale de banque de Mau­ri­ta­nie (GBM) est le na­vire ami­ral de BSA. À peine élu, en 2007, Si­di Ould Cheikh Ab­dal­la­hi ne se montre guère mieux dis­po­sé à son égard. Quan­da­zizs’em­pa­re­du­pou­voir, en2008, son cousin lui ap­porte son sou­tien. Il né­go­cie pour que les au­to­ri­tés fran­çaises prennent acte du putsch en re­cou­rant à l’en­tre­gent de l’avo­cat Ro­bert Bour­gi (tous deux se sont ren­con­trés à Saint-tro­pez grâce au Sé­né­ga­lais Ka­rim Wade), et fi­nance la cam­pagne pré­si­den­tielle d’aziz en 2009. Mais Boua­ma­tou de­vient trop pré­sent aux yeux d’aziz, qui s’en agace. Pre­mier ac­croc pen­dant la cam­pagne, quand ce der­nier trans­fère à son do­mi­cile le QG que Boua­ma­tou avait ins­tal­lé à l’hô­tel At­lan­tic, puis me­nace de dif­fu­ser une liste d’hommes d’af­faires s’étant se­lon lui ren­dus cou­pables de mal­ver­sa­tions.

Tri­bune d’hon­neur

Une­fois au pou­voir, Aziz re­fuse de nom­merdes proches de son cousin au gouvernement (hor­mis Ous­mane Kane, aux Fi­nances) et re­tire à la Gbmles pri­vi­lèges dont elle bé­né­fi­ciait. Le jour de son in­ves­ti­ture, il n’a pas in­vi­té Boua­ma­tou à la tri­bune d’hon­neur. Ces ten­sions poussent l’homme d’af­faires à s’ex­pa­trier à Mar­ra­kech en 2010, puis à se re­plier à Bruxelles fin 2017. À tra­vers plu­sieurs jour­naux et sites in­ter­net (no­tam­ment Cri­dem, dont il est l’ac­tion­naire prin­ci­pal), il dé­nonce la « cor­rup­tion » et le « né­po­tisme » d’un pré­sident « de plus en plus des­po­tique », qu’il ac­cuse par ailleurs de ma­noeu­vrer pour se main­te­nir au pou­voir au-de­là du terme de son se­cond man­dat, en 2019. Aziz ri­poste sur le ter­rain ju­di­ciaire. Mi-dé­cembre, à Pa­ris, ses avo­cats ont co­or­don­né le dé­pôt de deux plaintes en dif­fa­ma­tion, vi­sant no­tam­ment le site Mon­da­frique, fi­nan­cé par Boua­ma­tou. Elles émanent du gé­né­ral Ndia­ga Dieng et de Zine El Abi­dine, le pré­sident du pa­tro­nat, tous deux ci­tés dans un rap­port de Sher­pa sur la cor­rup­tion en Mau­ri­ta­nie. Une as­so­cia­tion que di­rige William Bour­don, par ailleurs avo­cat de Boua­ma­tou…

Boua­ma­tou Ould Ab­de­la­ziz

Newspapers in French

Newspapers from Benin

© PressReader. All rights reserved.