Le match Ab­der­ra­zak Ma­kri vs Bou­guer­ra Sol­ta­ni

Jeune Afrique - - Sommaire -

DJAMILA OULD KHETTAB, à Al­ger

L’ex-mi­nistre ac­cuse le chef du MSP d’avoir re­lé­gué le par­ti en « deuxième di­vi­sion ».

Of­fi­ciel­le­ment, la ba­taille pour le contrôle du Mou­ve­ment de la so­cié­té pour la paix (MSP) n’a pas com­men­cé. D’ailleurs, per­sonne ne s’est en­core dé­cla­ré candidat. Les noms des com­pé­ti­teurs ne se­ront ré­vé­lés que le 10 mai, jour de l’ou­ver­ture du sep­tième con­grès na­tio­nal du par­ti. Mais nul doute que l’élec­tion du pré­sident de la pre­mière force is­la­miste du pays (33 dé­pu­tés) tour­ne­ra au duel. Les bret­teurs ? Ab­der­ra­zak Ma­kri, l’ac­tuel patron du MSP, et Bou­guer­ra Sol­ta­ni, son pré­dé­ces­seur.

L’af­fron­te­ment au­ra lieu à huis clos, de­vant les quelque 270 membres du con­seil consul­ta­tif du par­ti, qui n’ont fi­na­le­ment pas sou­hai­té que des pri­maires soient or­ga­ni­sées sur l’en­semble du ter­ri­toire al­gé­rien, ain­si que le de­man­dait Sol­ta­ni. Une telle opé­ra­tion au­rait coû­té bien trop cher, ont-ils ar­gué.

Dans les rangs du MSP, on se re­fuse à par­ler de ri­va­li­té. Les mi­li­tants pré­fèrent van­ter la « dé­mo­cra­tie » in­terne, qui donne sa­lu­tai­re­ment lieu à de « vifs dé­bats ». Il n’em­pêche, les deux lea­ders sont à la tête des deux prin­ci­paux cou­rants du MSP, les­quels campent sur des po­si­tions dia­mé­tra­le­ment op­po­sées. Leur prin­ci­pal point de désac­cord: l’at­ti­tude à adop­ter vis-à-vis du pou­voir.

Hé­ri­tier de Mah­foud Nah­nah (le fon­da­teur du par­ti), Bou­guer­ra Sol­ta­ni, 64 ans, mi­lite pour un re­tour aux af­faires. Par­ti­san de la stra­té­gie de l’en­trisme, l’an­cien mi­nistre du Tra­vail consi­dère que la for­ma­tion po­li­tique qu’il a di­ri­gée de 2003 à 2013 doit re­trou­ver les « ver­tus » de la gou­ver­nance.

Ab­der­ra­zak Ma­kri, 57 ans, dé­fend la thèse in­verse. En mai 2017, au len­de­main des élec­tions lé­gis­la­tives, Ab­del­ma­lek Sel­lal, alors chef du gou­ver­ne­ment, lui avait pro­po­sé un poste de mi­nistre. Il avait dé­cli­né. Au­jourd’hui, ce na­tif de M’si­la rêve plu­tôt de prendre la tête de

Newspapers in French

Newspapers from Benin

© PressReader. All rights reserved.