Cameroun Une vie dans l’ombre de Paul Biya

Dis­cret jus­qu’à l’ob­ses­sion, Adolphe Mou­di­ki di­rige la SNH de­puis vingt-cinq ans. Por­trait d’un homme aus­si fi­dèle que puis­sant, dont le chef de l’état re­fuse de se sé­pa­rer.

Jeune Afrique - - Sommaire - GEORGES DOUGUELI, en­voyé spé­cial à Yaoun­dé

C’est une af­faire qui re­bon­di­ra le 24 mai pro­chain de­vant la cour d’ap­pel de Paris. Elle op­pose la So­cié­té na­tio­nale des hy­dro­car­bures (SNH) aux fon­da­teurs d’in­ter­na­tio­nal Bu­si­ness Cor­po­ra­tion (IBC), une en­tre­prise de dis­tri­bu­tion d’aciers in­dus­triels. « Dès le jour de l’en­trée de la SNH au ca­pi­tal de cette en­tre­prise que j’ai bâ­tie de mes mains, son in­ten­tion était de m’en dé­pos­sé­der », se plaint l’homme d’af­faires Léo­pold Ek­wa Ngalle, pour­sui­vi pour dé­tour­ne­ment de fonds pu­blics et exi­lé aux États-unis. Li­mo­gé et rem­pla­cé en avril 2014 par un cadre de la SNHÀ la suite d’une aug­men­ta­tion de ca­pi­tal, il fut ex­pul­sé ma­nu mi­li­ta­ri de ses bu­reaux. Ré­pu­diée par les banques, plom­bée par les pertes, IBC a fi­na­le­ment été pla­cée en li­qui­da­tion, le 23 août 2017, et l’épi­sode en dit long sur les mé­thodes et la puis­sance du bras fi­nan­cier du ré­gime ca­me­rou­nais.

Qu’est al­lé cher­cher dans la mé­tal­lur­gie cet éta­blis­se­ment pu­blic char­gé de gé­rer les in­té­rêts de l’état dans le sec­teur pé­tro­lier ? Le fait qu’il soit dif­fi­cile de ré­pondre à cette ques­tion dit toute l’opa­ci­té qui en­toure les ac­ti­vi­tés de l’en­tre­prise. D’ailleurs, les ques­tions adres­sées à la Snh­de­meurent gé­né­ra­le­ment sans ré­ponse. « Je ne rends compte qu’au pré­sident de la Ré­pu­blique », ré­tor­qua un jour Jean As­sou­mou Mvé, l’an­cien pa­tron de la so­cié­té, à un jour­na­liste qu’il trou­vait trop cu­rieux. C’était à la fin des an­nées 1980, mais rien n’a vrai­ment chan­gé de­puis. Dece culte de la dis­cré­tion, Adolphe Mou­di­ki a, lui aus­si, fait un­pré­cepte.

L’art de se mou­voir sous les ra­dars

Di­rec­teur gé­né­ral de la Snh­de­puis 1993, Mou­di­ki en laisse en­core moins pa­raître que son de­van­cier. Il n’ac­corde pas d’interview. Re­tran­chée à l’abri des re­gards dans un im­meuble éloi­gné du centre-ville, la struc­ture feu­trée de l’en­tre­prise échappe au contrôle du Par­le­ment, alors que son im­por­tance est vi­tale pour les fi­nances pu­bliques. Lorsque la SNH dé­clare – sur son site in­ter­net – avoir trans­fé­ré au Tré­sor pu­blic près de 4528 mil­liards de F CFA entre 2008 et 2017, nul ne sait sur la base de quelle équa­tion. Mê­meles par­te­naires mul­ti­la­té­raux ne sont pas par­ve­nus à dis­si­per l’épais brouillard qui en­toure ses ac­ti­vi­tés. De­puis les an­nées 1990, le FMI ex­horte l’état à « ar­rê­ter de re­cou­rir à la SNH comme mé­ca­nisme hors bud­get de dé­penses par avance ». Dans son plan trien­nal 20172020, si­gné le 26 juin der­nier, il a ob­te­nu du Cameroun qu’il s’en­gage à li­mi­ter ce re­cours. A-t-il ob­tem­pé­ré? Rien n’est moins sûr. Sous la hou­lette de ce pa­tron re­mar­quable pour sa dis­cré­tion ob­ses­sion­nelle, la SNH a ap­pris à se mou­voir sous les ra­dars.

Âgé de 79 ans, lut­tant contre la ma­la­die, Mou­di­ki a confié à plu­sieurs per­sonnes son sou­hait de prendre sa re­traite. Mais, dans le sys­tème Biya, la re­traite est lais­sée à l’ap­pré­cia­tion dis­cré­tion­naire du chef, le­quel montre peu d’em­pres­se­ment à lais­ser par­tir ce col­la­bo­ra­teur fi­dèle qui lui a consa­cré qua­rante ans de sa vie.

Si­tôt nom­mé Pre­mier mi­nistre, en 1975, Paul Biya ap­pelle le jeune ma­gis­trat frais émou­lu de l’école na­tio­nale d’ad­mi­nis­tra­tion et de ma­gis­tra­ture (Enam) à son ca­bi­net comme conseiller tech­nique avant de le pro­mou­voir se­cré­taire gé­né­ral. En 1982, Biya suc­cède à Ahid­jo et dé­mé­nage avec son pro­té­gé à Etou­di. En 1988, Mou­di­ki hé­rite du poste stra­té­gique de di­rec­teur du ca­bi­net ci­vil de la pré­si­dence. Après un pas­sage à la tête de la Ré­gie na­tio­nale des che­mins de fer,

D’un na­tu­rel ré­ser­vé, il fuit la lu­mière et n’a plus, à 79 ans, que de rares amis.

Newspapers in French

Newspapers from Benin

© PressReader. All rights reserved.