UN CA­PI­TAL RE­DIS­TRI­BUÉ

Jeune Afrique - - Économie - R.D.

« La dette est sol­dée, conver­tie, mais il y a en­core beau­coup d’in­té­rêts à payer », ex­plique Se­bas­tian Mi­kosz, qui a dû si­gner un jour, une à une, 600 pages de do­cu­ments pour se li­bé­rer de ses créances. C’est une com­plexe in­gé­nie­rie fi­nan­cière qui a été mise au point pour pro­cé­der au désen­det­te­ment de la com­pa­gnie. Après dix-huit mois d’âpres né­go­cia­tions, tous les créan­ciers ont trans­for­mé leur dette en par­ti­ci­pa­tion. Après avoir ac­cor­dé 217 mil­lions de dol­lars (182,6 mil­lions d’eu­ros) de prêts, les banques et loueurs d’avions dé­tiennent dé­sor­mais 38,1 % du ca­pi­tal. Le gou­ver­ne­ment ké­nyan, qui avait avan­cé près de 238,1 mil­lions de dol­lars au trans­por­teur, voit sa par­ti­ci­pa­tion pas­ser de 29,8 % à 48,9 %. À l’is­sue de cette opé­ra­tion, Air France-klm ne dé­tient plus que 7,8 % du ca­pi­tal.

Newspapers in French

Newspapers from Benin

© PressReader. All rights reserved.