Alex Per­ron: le faux vrai coach

Échos vedettes - - SOMMAIRE - FRAN­CIS BOLDUC

VOUS ÊTES CÉ­LI­BA­TAIRE ET VOUS SOU­HAI­TEZ TROU­VER L’ÂME SOEUR, MAIS VOUS IGNOREZ COM­MENT Y PAR­VE­NIR? ALEX PER­RON A QUELQUES CONSEILS POUR VOUS! PEUT-ÊTRE QU’APRÈS AVOIR VU LE SPEC­TACLE LES 5 À 7 D’ALEX: TON

COACH DE VIE AMOU­REUSE SE­REZ-VOUS EN­CORE OBLI­GÉ DE CO­CHER LA CASE «CÉ­LI­BA­TAIRE» À LA QUES­TION SUR VOTRE ÉTAT CI­VIL, MAIS AU MOINS, VOUS AU­REZ QUELQUES BLAGUES EN RÉ­SERVE POUR VOTRE PRO­CHAINE DATE. ET PEUT-ÊTRE QU’À CE MO­MENT-LÀ, CUPIDON FE­RA SA JOB.

«La suite lo­gique pour un coach de vie, après avoir écrit un livre, c’est de faire des confé­rences. C’est donc ce que je vais com­men­cer à faire cet été», an­nonce Alex Per­ron dès les pre­mières se­condes de l’en­tre­vue qui porte sur le spec­tacle Les 5 à 7 d’Alex: Ton coach de vie amou­reuse, pré­sen­té dans le cadre du ZooFest. Avant de plon­ger dans le coeur du su­jet, on re­vient sur la pu­bli­ca­tion de son livre Le car­net se­cret d’Alex: Coach de vie... amou­reuse, qui est la ge­nèse du spec­tacle qu’il fe­ra à comp­ter du 5 juillet.

«Tout ça vient d’un nu­mé­ro que j’ai fait en juin 2017 au Co­me­diHa! à Qué­bec. C’était un nu­mé­ro de ga­la dans le­quel je don­nais ma meilleure re­cette pour faire une or­gie. C’était un mé­lange de toute la ter­mi­no­lo­gie qu’on re­trouve dans les livres de re­cettes et dans une or­gie.» Ce soir-là, il y avait dans la salle un édi­teur de la mai­son d’édi­tion Mi­chel La­fon. Le nu­mé­ro a, semble-t-il, très bien fonc­tion­né. Après le ga­la, l’édi­teur s’est pré­sen­té à l’hu­mo­riste. «Il m’a dit qu’il cher­chait, de­puis un cer­tain temps, quel­qu’un pour écrire un livre de re­cettes co­quines, et que mon nu­mé­ro cor­res­pon­dait à ce qu’il vou­lait. Il m’a de­man­dé si ça m’in­té­res­sait.»

Alex Per­ron a ac­cep­té de re­le­ver le dé­fi. Il s’est lancé dans l’écri­ture de re­cettes co­quines... jus­qu’à ce que la crainte d’être re­don­dant le prenne. «M’est alors ve­nue cette idée de coach de vie. Il y a quelques an­nées, on n’en­ten­dait pas par­ler de coachs

de vie et, main­te­nant, il y en a pour tout. J’ai donc pro­po­sé de de­ve­nir un genre de coach de vie de l’amour.» Le concept pro­po­sé a été re­te­nu, ain­si que les re­cettes. Le livre Le car­net se­cret d’Alex: Coach de vie... amou­reuse de­ve­nait réa­li­té. Le bou­quin a été pu­blié en jan­vier, et la ré­ac­tion a été su­per bonne. «Je re­çois par­fois des pho­tos de gens qui sont en train de lire mon livre au bord d’une pis­cine dans le Sud.»

DE LA TABLE À CA­FÉ À LA SALLE DE SPEC­TACLE

Si un nu­mé­ro de ga­la a me­né à la créa­tion d’un livre pour Alex Per­ron, un pas­sage à la té­lé a suf­fi pour qu’Even­ko lui offre de faire des confé­rences. «En­core une fois, je n’avais pas vrai­ment pen­sé à ça, mais comme la vie est bien faite, dans la même se­maine, j’ai eu deux pro­po­si­tions pour faire des confé­rences.» L’hu­mo­riste s’est donc mis à l’écri­ture en ayant en tête qu’il y avait une pos­si­bi­li­té de s’amu­ser dans le cadre d’une confé­rence. «Comme je l’avais fait avec le livre.»

Ain­si, Les 5 à 7 d’Alex est exac­te­ment construit comme une vraie confé­rence. «Je suis al­lé voir des vi­déos de confé­ren­ciers sur YouTube, au­tant des Qué­bé­cois que des Amé­ri­cains, et j’ai vrai­ment re­pris tous les pat­terns de ces vraies confé­rences. Je fais un show d’hu­mour, mais je le joue vrai­ment comme si c’était une vraie confé­rence. C’est une “fausse vraie” confé­rence!»

Alex Per­ron, qui ne se prend ab­so­lu­ment pas pour un vrai coach de vie, di­ra en­suite que les gens qui iront le voir, au ZooFest d’abord (les 5, 6, 7, 12, 13 et 14 juillet) et un peu par­tout en­suite, l’en­ten­dront par­ler de listes: ce qu’on dé­sire avoir et ce qu’on ne veut pas, les lieux pro­pices aux ren­contres, la bonne fa­çon de s’an­non­cer sur les sites de ren­contres, ou en­core quoi faire ou ne pas faire lors du premier ren­dez-vous.

On ter­mine l’en­tre­vue avec la ques­tion qui vous brûle les lèvres: Et lui, ses amours? «Il n’y a rien. Pour l’ins­tant, je ne peux pas, parce qu’un coach de vie doit se consa­crer aux autres. Alors, pour le mo­ment, je ne peux pas. (rires)»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.