3

Échos vedettes - - SOMMAIRE - FRAN­CIS BOLDUC

UN OR­GA­NISME DES ÉTATS-UNIS

Toute cette af­faire a dé­bu­té en no­vembre 2016, alors que l’ac­cu­sé a été ar­rê­té puis ac­cu­sé de trois chefs d’ac­cu­sa­tion. En plus de pos­sé­der de la por­no­gra­phie ju­vé­nile et d’avoir ac­cé­dé à ce type de ma­té­riel, l’homme s’était éga­le­ment fait re­pro­cher d’avoir dis­tri­bué de la por­no­gra­phie ju­vé­nile, mais cette der­nière ac­cu­sa­tion a été re­ti­rée en cours de pro­ces­sus. Les actes pour les­quels il s’est re­trou­vé de­vant la jus­tice se se­raient dé­rou­lés en 2015 et 2016, sur une pé­riode to­tale de 14 mois. C’est l’or­ga­nisme amé­ri­cain Na­tio­nal Cen­ter for Mis­sing and Ex­ploi­ted Chil­dren qui a son­né l’alarme après qu’on l’eut pré­ve­nu des ac­ti­vi­tés du co­mé­dien sur un site de par­tage de vi­déos. On a re­trou­vé chez Paul Ca­ge­let plus de 38 000 pho­tos et tout près de 300 vi­déos. À no­ter qu’il y avait plu­sieurs dou­blons par­mi les pho­tos et les do­cu­ments vi­déo. Il a été men­tion­né à la Cour que plu­sieurs des do­cu­ments vi­suels sai­sis dans cette af­faire met­taient en scène des en­fants âgés de 7 à 12 ans. La juge Rien­deau a men­tion­né que les ac­ti­vi­tés sexuelles mon­trées sur ces do­cu­ments étaient «plus ex­pli­cites» que de simples at­tou­che­ments.

Après les in­ter­ven­tions de la pro­cu­reure de la Cou­ronne, de l’avo­cat de la dé­fense et de la juge, Paul Ca­ge­let s’est ame­né à la barre pour lire un court texte dans le­quel il a de­man­dé par­don aux per­sonnes qu’il a of­fen­sées et dé­çues après avoir dit qu’il ne se pas­sait pas une jour­née sans qu’il re­grette les gestes qu’il a po­sés. Son au­dience s’est ter­mi­née avec son in­car­cé­ra­tion. Il a été me­not­té et fouillé dans la salle de la cour avant de prendre la di­rec­tion du bloc de dé­ten­tion avec ses ef­fets per­son­nels.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.