Steve Ga­gnon: Chez Du­ceppe, dans Rup­tures et en Afrique du Sud...

— Steve Ga­gnon d’une terre d’exil qui pour­rait les ac­cueillir. Ce ne se­ra pas vrai­ment des va­cances, car je se­rai lo­gé dans un pe­tit vil­lage à trois heures de la ca­pi­tale. J’y vais vrai­ment pour faire des ren­contres et pour écrire.»

Échos vedettes - - SOMMAIRE - SA­MUEL PRADIER

PARCE QU’IL ÉCRIT AUS­SI BIEN QU’IL JOUE, STEVE GA­GNON MUL­TI­PLIE LES PRO­JETS, QUE CE SOIT AU THÉÂTRE OU À LA TÉ­LÉ­VI­SION. IL FAIT AC­TUEL­LE­MENT PAR­TIE DE LA DIS­TRI­BU­TION D’OS­LO, CHEZ DU­CEPPE, MAIS IL EST ÉGA­LE­MENT DE RE­TOUR DANS LA SÉ­RIE RUP­TURES, À ICI RA­DIO-CA­NA­DA TÉ­LÉ. ENTRE DEUX REN­DEZ-VOUS, IL A AC­CEP­TÉ DE NOUS PAR­LER DE SES DIF­FÉ­RENTS PRO­JETS.

C’est dans la peau de Ron Pun­dak, un pro­fes­seur d’éco­no­mie is­raé­lien ayant par­ti­ci­pé aux né­go­cia­tions qui ont me­né aux ac­cords d’Os­lo en 1993, que Steve Ga­gnon foule ac­tuel­le­ment la scène du Théâtre Du­ceppe. «La pièce Os­lo s’ins­pire de la réa­li­té, de ce qui s’est pas­sé à cette époque, car les né­go­cia­tions étaient te­nues se­crètes.» Ce qui est le plus sur­pre­nant dans cette pièce, c’est de voir que les deux par­ties ont vrai­ment en­vie de trou­ver un ter­rain d’en­tente pour mettre fin au conflit. «Du­rant le pro­ces­sus de créa­tion, on a ren­con­tré un di­plo­mate ca­na­dien qui tra­vaillait en Is­raël du­rant cette pé­riode. Il nous a ex­pli­qué qu’il y avait réel­le­ment un res­pect mu­tuel des deux cô­tés, is­raé­lien et pa­les­ti­nien. Mal­gré le fait que ce soit des en­ne­mis de longue date, ils réus­sissent à se par­ler et même à s’ap­pré­cier. Ce sont des hu­mains qui ont en­vie de trou­ver des so­lu­tions pour avoir la paix, mais les en­jeux sont im­menses et les dé­passent.»

SON PER­SON­NAGE DANS RUP­TURES

Steve Ga­gnon est éga­le­ment de re­tour dans la sé­rie Rup­tures, à ICI Ra­dio-Ca­na­da Té­lé, dans le rôle de Mi­chaël, le frère d’Ariane (Mé­lis­sa

Dé­sor­meaux-Poulin). «Cette sai­son, ils en ap­pren­dront beau­coup sur ce qui s’est pas­sé lors de la mort de leur père. Ce se­ront des ré­vé­la­tions ex­trê­me­ment dé­sta­bi­li­santes et trou­blantes pour Ariane et Mi­chaël, d’au­tant plus que leur mère hé­site tou­jours à leur ré­vé­ler la vé­ri­té. Ébran­lés par tout ça, ils vont in­évi­ta­ble­ment chan­ger le re­gard qu’ils avaient sur leur vie de fa­mille.»

La re­la­tion entre le frère et la soeur en se­ra même to­ta­le­ment bou­le­ver­sée. «Mi­chaël de­vra sou­te­nir sa soeur, ce qui change un peu la dy­na­mique, car Ariane l’a tou­jours sou­te­nu jus­qu’à main­te­nant; ce se­ra donc un re­tour du ba­lan­cier. Tous deux sont très proches et s'équi­librent mu­tuel­le­ment. Ils sont cha­cun res­pon­sables de l’équi­libre de l’autre. On a eu beau­coup de plai­sir du­rant le tour­nage.»

NOU­VEAU RÔLE

La deuxième sai­son de la sé­rie Plan B, à la­quelle par­ti­cipe Steve Ga­gnon, se­ra of­ferte plus tard cet au­tomne, à Ici Tou.tv. «C’est une toute autre his­toire. On va suivre Flo­rence (So­phie

Lo­rain), une po­pu­laire ani­ma­trice de ra­dio, qui fe­ra ap­pel à la com­pa­gnie Plan B à la suite d’un drame fa­mi­lial épou­van­table. Elle va es­sayer de re­ve­nir en ar­rière pour chan­ger cer­taines choses. Je joue le réa­li­sa­teur de l’émis­sion de ra­dio de Flo­rence, qui est aus­si son jeune amant. Leur com­pli­ci­té est très grande, mais elle se­ra com­pro­mise par les en­jeux fa­mi­liaux.»

UN SÉ­JOUR EN AFRIQUE

Dans les pro­chaines se­maines, c’est sur­tout son cha­peau d’au­teur que Steve Ga­gnon por­te­ra. Il tra­vaille en ef­fet à l’adap­ta­tion ci­né­ma­to­gra­phique d’une de ses pièces, qu’il a jouée l’an der­nier à La Li­corne. «En no­vembre, je m’en vais au Ke­nya pour fi­nir l’écri­ture de la pièce

Pour qu’il y ait un dé­but de votre langue, qui se­ra jouée au Théâtre De­nise-Pel­le­tier en avril pro­chain. Je vais là-bas pour m’ins­pi­rer et pour ren­con­trer des membres de la com­mu­nau­té mas­saï, car les per­son­nages sont en quête

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.