Le prin­temps mé­dia­tique

Échos vedettes - - SPÉCIAL COUNTRY -

Pen­dant que l’hé­mi­sphère Nord pas­sait à l’au­tomne le 23 de ce mois, le prin­temps s’est ins­tal­lé à la ra­dio et à la té­lé­vi­sion. C’est ce que j’ap­pelle «le prin­temps mé­dia­tique»: nou­velles émis­sions, nou­veaux vi­sages, nou­veaux ani­ma­teurs, nou­veaux concepts ou an­ciens re­vam­pés, etc. On fi­nit par trou­ver ça nor­mal! Cer­taines émis­sions de ra­dio ou de té­lé ont la vie dure et sont tou­jours là. C’est qu’elles font la job — on ne change rien à une for­mule ga­gnante! D’autres n’ont du­ré qu’une ou deux sai­sons et, pour toutes sortes d’ex­cuses ou de rai­sons, ont été aus­si­tôt rem­pla­cées.

La ra­dio, comme la té­lé­vi­sion, est en per­pé­tuel chan­ge­ment. C’est leur vo­ca­tion: res­ter mo­derne et de leur temps en sui­vant les cou­rants pro­met­teurs ou en les cau­tion­nant, et, ce fai­sant, leur don­ner leurs lettres de no­blesse. Ces mé­dias sont des ca­ta­ly­seurs, des in­for­ma­teurs et des ar­chives. Per­sonne au XXIe siècle ne peut en­core se pas­ser de ces pla­te­formes qu’on a tant de fois tuées de­puis l’ar­ri­vée d’in­ter­net. Main­te­nant que la sur­prise de la nou­velle vague est pas­sée, de nou­velles ha­bi­tudes s’ins­tallent en même temps que d’an­ciennes se ren­forcent. Mais ça, c’est la vie qui bat, le temps qui passe, comme passe le sable dans le sa­blier pour mar­quer le temps.

Le 13, soit dans deux jours, je pas­se­rai moi aus­si à une autre sai­son de ma vie. J’hé­site à par­ler d’au­tomne, à 67 ans. Je me sens tou­jours jeune et j’ai en­core l’im­pres­sion d’être en été. Quoi qu’il en soit, je change en­core de chiffre. C’est donc ma fête le 13 oc­tobre. C’est peut-être aus­si la vôtre, alors, bonne fête à vous! Pro­fi­tez bien de tout ce que la vie vous donne de beau. Le reste, ne vous en for­ma­li­sez pas trop!

Bonne nou­velle sai­son ra­dio ou té­lé, quelle que soit votre pré­fé­rence! Vous me di­rez que je m’y prends un peu tard, mais il fal­lait bien que je nous laisse le temps de prendre le pouls de tout ça. La guerre des clans a un nou­vel ani­ma­teur en Jean-Fran­çois Breau, que tout le monde aime — c’est en­cou­ra­geant. France Beau­doin re­vient à la barre de sa pro­duc­tion phare Dans l’uni­vers de, et elle se lance un nou­veau dé­fi avec Pour

em­por­ter, un face-à-face à la me­sure de son im­mense ta­lent d’in­ter­vie­weuse. En­core du nou­veau, cette fois, aux com­mandes d’une ins­ti­tu­tion nom­mée La poule aux oeufs d’or.

L’été der­nier, après l’an­nonce du dé­part à la re­traite de Guy Mon­grain, c’est à Sé­bas­tien Be­noit qu’on a pen­sé pour le rem­pla­cer, puis on lui a ad­joint une coa­ni­ma­trice, Ju­lie Houle. Sans vou­loir dé­pré­cier l’ef­fort des deux col­lègues, on n’ou­blie pas aus­si fa­ci­le­ment Guy Mon­grain! So­nia Be­nez­ra re­prend du ser­vice: c’est bon pour le mo­ral! La deuxième sai­son de Rous­seau, à qui on avait pré­dit le pire, fait taire tous les pseu­do­con­nais­seurs. Puis vient la der­nière sai­son d’Uni­té 9, en même temps qu’on an­nonce une énième sai­son de La Voix — on ne s’en tanne pas. En­fin, contre toute at­tente, Tout

le monde en parle est de re­tour pour une 15e sai­son. Qui l’eût cru?

Du vieux, du ré­chauf­fé, de l’amé­lio­ré et du neuf. Bref, des nou­veau­tés et des va­leurs sûres, comme quand le prin­temps re­vient et que poussent de nou­velles fleurs dans les champs mil­lé­naires!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.