IL RISQUE 10 ANS DE PRI­SON

Échos vedettes - - WEB LU, VU, ENTENDU - MI­CHEL VENNE

En oc­tobre 2017, l’ani­ma­trice, au­teure et mi­li­tante fé­mi­niste Léa Cler­mont-Dion avait pu­blié un texte long et tou­chant sur Fa­ce­book, dé­non­çant l’agres­sion sexuelle qu’elle a su­bie étant ado. «2008. J’ai 17 ans. Je suis agres­sée sexuel­le­ment par mon pa­tron, un ba­by-boo­mer de gauche que tout le monde ad­mire, moi la pre­mière. Je viens de ter­mi­ner mon se­con­daire cinq. Je suis une jeune fille al­lu­mée, fon­ceuse et idéa­liste. Je n’ai peur de rien. J’ai pour idole un être cha­ris­ma­tique, in­tel­ligent et en­ga­gé. C’est mon boss, il s’ap­pelle Mi­chel Venne, peut-on lire. Je tra­vaille pour son or­ga­ni­sa­tion le temps d’un été. Je me sens vrai­ment co­ol et très choyée. Ad­vient un évé­ne­ment spé­cial où des cen­taines de jeunes se ras­semblent pour “re­faire le monde”. La sur­prise, j’ai droit à une “pro­mo­tion”. Je dois ac­com­pa­gner le grand boss pen­dant quelques jours. Je dé­chante un peu quand je constate que mon idole est étrange et dé­pla­cée. Je dé­chante tout court quand je me fais agres­ser.»

26 oc­tobre 2017: Léa Cler­mont-Dion a of­fi­ciel­le­ment dé­po­sé une plainte contre l’ex-di­rec­teur de l’Ins­ti­tut du Nou­veau Monde (INM) et ex-jour­na­liste du De­voir.

31 mai 2018: Un man­dat a été lan­cé contre Mi­chel Venne.

14 juin 2018: L’homme de 58 ans a été ar­rê­té par un en­quê­teur du Ser­vice de po­lice de la Ville de Qué­bec à la suite du man­dat. Il se se­rait li­vré au poste de po­lice de la Ville de Lon­gueuil après avoir conclu une en­tente avec l’en­quê­teur res­pon­sable du dos­sier.

18 juillet 2018: Venne a plai­dé non cou­pable aux accu­sa­tions d’agres­sion et d’ex­ploi­ta­tion sexuelles sur une ado­les­cente alors qu’il était en si­tua­tion d’au­to­ri­té. L’af­faire suit son cours. Il risque un maxi­mum de 10 ans de pri­son.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.