IL EN ME­NAIT LARGE SUR LES PLA­TEAUX

Échos vedettes - - WEB LU, VU, ENTENDU - SYL­VAIN ARCHAMBAULT

Le réa­li­sa­teur Syl­vain Archambault, connu pour être l’homme der­rière les sé­ries à suc­cès

Men­songes et Les pays d’en haut, a lui aus­si été vi­sé par des al­lé­ga­tions d’in­con­duites sexuelles dans un ar­ticle de La Presse pa­ru le 8 no­vembre 2017. Il au­rait fait su­bir des hu­mi­lia­tions à des co­mé­diennes, au­rait fait des com­men­taires dé­pla­cés et de l’abus de pou­voir sur les pla­teaux de tour­nage. Une ving­taine de té­moi­gnages ont été re­cueillis par le quo­ti­dien.

9 no­vembre 2017: Pour l’ar­ticle de La Presse et au mi­cro de Paul Ar­cand au 98,5 FM, l’ac­trice et pré­si­dente de l’Union des ar­tistes (UDA) So­phie Pré­gent a af­fir­mé qu’Archambault était «rem­pli de dé­fauts», mais que «ça s’ar­rête là». Elle a dé­cla­ré ne pas avoir été af­fec­tée par son com­por­te­ment. Elle a tou­te­fois pré­ci­sé qu’elle par­lait en tant qu’ac­trice et non en tant que pré­si­dente de l’Union des ar­tistes.

Les co­mé­diens Marc-An­dré Gron­din, Ka­rine Va­nasse et Ma­ga­lie Lé­pine-Blon­deau se sont in­di­gnés, sur les ré­seaux so­ciaux, des pro­pos de So­phie Pré­gent. Marc-An­dré a par­ta­gé sur Twit­ter une lettre des­ti­née à la pré­si­dente de l’UDA et dans la­quelle il l’a ac­cu­sée de s’être pla­cée en si­tua­tion de conflit d’in­té­rêts et d’avoir failli à son rôle. Il a éga­le­ment no­té que

des al­lé­ga­tions sur les com­por­te­ments dé­pla­cés de Syl­vain Archambault cir­cu­laient de­puis 15 ans et que So­phie avait mi­ni­mi­sé l’ex­pé­rience des vic­times. «Vous vous êtes pla­cée, ce ma­tin, à la dé­fense d’un réa­li­sa­teur, au dé­tri­ment de vos membres.» So­phie Pré­gent s’est ex­cu­sée de ses pro­pos.

10 no­vembre 2017: L’ac­trice Sté­pha­nie Crête-Blais (Vir­gi­nie) a joint sa voix à celle des autres sur sa page Fa­ce­book, au len­de­main de la pa­ru­tion de l’ar­ticle. «Je sor­tais du Con­ser­va­toire. Cas­ting pour une pub de bière. Nous sommes trois. “Okay, vous deux, vous al­lez l’in­sul­ter (moi) cha­cun votre tour, et toi, après chaque in­sulte, tu vas dire: ‘Moi, je couche avec des gars pour 5 $.’ Et plus tu te fais in­sul­ter, plus tu vas être triste.” On com­mence ce jeu ri­di­cule qui n’a stric­te­ment, mais stric­te­ment rien à voir avec la pu­bli­ci­té, on s’en­tend, a-t-elle écrit. Plus tard, j’ai un ap­pel, je suis choi­sie pour la pub. Il m’a ap­pe­lée Bubble butt toute la jour­née et d’autres pe­tits noms co­quins sur mes fesses! Avec les re­gards in­sis­tants et dé­pla­cés qui viennent avec.» 12 no­vembre 2017: Dans un com­mu­ni­qué, le réa­li­sa­teur a ad­mis que cer­taines al­lé­ga­tions «ont un fon­de­ment de vrai». Il nie ce­pen­dant avoir po­sé des gestes à ca­rac­tère sexuel. «J’ai­me­rais dire à ceux et celles qui ont pu se sen­tir hu­mi­liés par mes pro­pos ou bles­sés par des gestes dé­pla­cés que je n’ai ja­mais, au grand ja­mais, eu l’in­ten­tion de le faire. Si ce fut le cas, je m’en ex­cuse pro­fon­dé­ment, pou­vai­ton y lire. Il est vrai que j’ai fait usage dans toute ma car­rière d’un lan­gage et que j’ai po­sé des gestes qui ap­par­tiennent à une autre époque. Au­cun ce­pen­dant ne peut jus­ti­fier de me qua­li­fier d’agres­seur ou de har­ce­leur sexuel. [...] Ces com­por­te­ments étaient sans ma­lice ni mau­vaises in­ten­tions.»

28 mai 2018: En en­tre­vue dans le ma­ga­zine 7 Jours, Claude Bé­gin, qui a tour­né dans

Che­val-Serpent sous la di­rec­tion de Syl­vain Archambault avant qu’il ne soit rem­pla­cé par le réa­li­sa­teur Ra­faël Ouel­let, a dit avoir eu bien de la chance de ne pas avoir été vic­time du com­por­te­ment abu­sif d’Archambault. «Ç’a été très dur pour cer­tains ac­teurs. Comme il m’ai­mait bien, j’ai été épar­gné. Puis­qu’il s’agis­sait de ma pre­mière ex­pé­rience sur un pla­teau de tour­nage, je pen­sais que c’était tou­jours ain­si. C’est lorsque nous avons en­ta­mé la deuxième sai­son avec Ra­faël Ouel­let que j’ai dé­cou­vert qu’on pou­vait tra­vailler dans un tout autre cli­mat.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.