Les po­li­ciers de Mon­tréal signent leur con­ven­tion

24 Heures Montreal - - ACTUALITÉ - LAU­RENCE HOUDE-ROY

Après trois ans de bras de fer, les 4500 po­li­ciers syn­di­qués de Mon­tréal avaient adop­té en août cette nou­velle con­ven­tion col­lec­tive va­lide pour les cinq pro­chaines an­nées.

Se­lon ce contrat de tra­vail, des ca­dets pour­ront ef­fec­tuer les tâches re­liées à la ges­tion de la cir­cu­la­tion au­tour des chan­tiers de cons­truc­tion, ce qui en­traî­ne­ra des éco­no­mies de 6,2 mil­lions $ an­nuel­le­ment pour le ser­vice de po­lice.

Les contri­buables mont­réa­lais n’au­ront ain­si plus à payer des po­li­ciers du SPVM à 60 $ de l’heure pour gé­rer la cir­cu­la­tion puisque les ca­dets le feront pour quatre fois moins cher, soit entre 14,64 $ et 16,20 $ l’heure.

Cer­tains postes se­ront éga­le­ment trans­fé­rés à des ci­vils. Le SPVM sou­haite ain­si rem­pla­cer 115 ti­tu­laires de fonc­tions po­li­cières par des ti­tu­laires de fonc­tions ci­viles, pour des éco­no­mies an­nuelles de 5,8 mil­lions $.

Des hausses de sa­laire ont éga­le­ment été né­go­ciées. Se­lon un cal­cul ef­fec­tué par le 24 Heures au mois d’août, un pa­trouilleur avec six an­nées d’an­cien­ne­té ga­gne­ra 10 000 $ de plus d’ici 2021, en ver­tu de la nou­velle con­ven­tion col­lec­tive des po­li­ciers de Mon­tréal alors qu’un ca­pi­taine en­gran­ge­ra quant à lui 13 000 $ de plus.

En plus de leur sa­laire de base, les po­li­ciers ont ob­te­nu que leur « prime de mé­tro­pole » soit ma­jo­rée gra­duel­le­ment, pas­sant de 4 % à 7,5 % du sa­laire d’ici les quatre pro­chaines an­nées.

Mon­tréal leur at­tri­bue éga­le­ment une « prime de ni­veau de ser­vice » de 5 % qui se­ra éga­le­ment im­plan­tée gra­duel­le­ment d’ici 2020.

Les po­li­ciers de Mon­tréal ont si­gné hier le texte fi­nal de leur nou­velle con­ven­tion col­lec­tive conclue avec la Ville de Mon­tréal.

Ré­gimes de re­traite

L’un des prin­ci­paux points de désac­cord entre les po­li­ciers et la Ville por­tait sur la co­ti­sa­tion des agents du SPVM à leur re­traite.

Puisque le gou­ver­ne­ment pro­vin­cial im­pose dé­sor­mais la pa­ri­té entre em­ployé et em­ployeur, il n’était plus pos­sible que les po­li­ciers ne co­tisent qu’à hau­teur de 25 %.

Ce­ci avait en­traî­né des moyens de pres­sion pen­dant près de trois ans, où les po­li­ciers avaient adop­té le port du pantalon de ca­mou­flage ou « pantalon de clown » pour pro­tes­ter contre le pro­jet de loi sur les ré­gimes de re­traite du gou­ver­ne­ment li­bé­ral.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.