Qué­bec ne ferme pas la porte à des stages d’en­sei­gnants ré­mu­né­rés

24 Heures Montreal - - ACTUALITÉ -

ÉDUCATION La mi­nistre de l’En­sei­gne­ment su­pé­rieur a ou­vert la porte, hier, à des stages ré­mu­né­rés pour les fu­turs en­sei­gnants en der­nière an­née de for­ma­tion.

« On re­gar­de­la ques­tion », aas­su­ré Hé­lène Da­vid, sans se fixer d’échéan­cier pré­cis.

Le Jour­nal de Qué­bec ré­vé­lait lun­di der­nier que les sta­giaires en éducation ré­clament que le der­nier stage de leur for­ma­tion soit ré­mu­né­ré, puis­qu’ils doivent alors prendre une classe en charge pour une pé­riode de 9 à 12 se­maines. La Cam­pagne de re­ven- di­ca­tions et d’ac­tions in­ter­uni­ver­si­taires pour les étu­diantes et les étu­diants d’éducation en stage (CRAIES) me­nace même de boy­cot­ter les stages en cas de re­fus par Qué­bec. Les étu­diants pro­posent d’of­frir aux sta­giaires une ré­mu­né­ra­tion de 330 $ par se­maine et éva­luent le coût de­la me­sure à 11,5 mil­lions $ an­nuel­le­ment.

« Je ne dis pas que la ques­tion n’est pas in­té­res­sante : c’est une ques­tion nou­velle, qui mé­rite ré­flexion »,a in­sis­té la mi­nistre Da­vid.

Elle ajoute qu’une ré­flexion plus large est aus­si en cours. –PA­TRICK BELLEROSE, AGENCE QMI

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.