La Grande Bi­blio­thèque in­fes­tée de pu­naises de lit

Des membres de la Grande Bi­blio­thèque s’in­quiètent que des pu­naises de lit aient de nou­veau été dé­tec­tées dans l’éta­blis­se­ment, cette fois-ci sur des fau­teuils.

24 Heures Montreal - - Actualité - NA­DIA LEMIEUX

Ren­con­trés hier à la sor­tie de la Bi­blio­thèque et Archives na­tio­nales du Qué­bec (BANQ), cer­tains usa­gers ont af­fir­mé être in­quiets de la pré­sence de pu­naises de lit dans l’éta­blis­se­ment.

C’est le cas de Ju­lie Rose, qui a dû s’y rendre pour al­ler cher­cher des livres. « J’y reste pas. J’y vais pour em­prun­ter les livres et je re­pars. Au troi­sième étage, on voit les sec­tions fer­mées et on n’a pas vrai­ment d’in­di­ca­tions à l’en­trée, donc je trouve ça as­sez moyen comme ges­tion », a-t-elle af­fir­mé.

« Ça peut cau­ser des gros pro­blèmes. Je sais ce que c’est, j’ai dé­jà vé­cu ça, donc ça m’in­quiète un peu », a lan­cé Gilles La­belle.

Re­trait des fau­teuils

C’est lors d’une ins­pec­tion de rou­tine à la fin du mois de juin que l’ad­mi­nis­tra­tion de BANQ a no­té la pré­sence de ces in­dé­si­rables dans cer­tains fau­teuils rem­bour­rés. Le mo­bi­lier tou­ché a été trai­té à ce mo­ment, puis à nou­veau une se­maine après.

« Mais à titre pré­ven­tif, on a fer­mé les sec­tions où on trou­vait en grand nombre ces fau­teuils, a ex­pli­qué la di­rec­trice gé­né­rale de la Grande Bi­blio­thèque, Da­nielle Cha­gnon. On fait tous les ef­forts pour ré­soudre le pro­blème le plus ra­pi­de­ment pos­sible. »

Les 300 fau­teuils ont été re­ti­rés de la cir­cu­la­tion et en­tas­sés dans des es­paces tem­po­rai­re­ment res­treints au grand pu­blic. « On va tous les en­le­ver pour les en­tre­po­ser. D’ici ven­dre­di, il ne de­vrait plus y en avoir », a-telle as­su­ré.

Les fau­teuils de­meu­re­ront à l’écart pour un temps in­dé­ter­mi­né.

Ce n’est pas la pre­mière fois que des pu­naises de lit s’in­filtrent dans la Grande Bi­blio­thèque. Aux dires de Mme Cha­gnon, il s’écoule entre une à deux an­nées entre chaque dé­tec­tion de ces in­dé­si­rables dans l’éta­blis­se­ment.

Mais cette fois, un nombre plus im­por­tant de pu­naises a été dé­ce­lé. L’ad­mi­nis­tra­tion doit donc éva­luer s’il se­ra né­ces­saire de rem­pla­cer les fau­teuils rem­bour­rés par du nou­veau mo­bi­lier.

« Il y a 13 ans, quand on a choi­si ces fau­teuils-là, le pro­blème des pu­naises de lit n’était peut-être pas aus­si fla­grant, a-t-elle in­di­qué. Est-ce qu’on va rap­por­ter les fau­teuils ? On va se po­ser la ques­tion et éva­luer les coûts. On va agir pour que les usa­gers soient ras­su­rés. »

– PHO­TO NA­DIA LEMIEUX/24 HEURES

Quelque 300 fau­teuils conta­mi­nés ont été en­tas­sés dans des es­paces tem­po­rai­re­ment fer­més au grand pu­blic.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.