« Le ten­nis est le sport que j’aime le plus»

Ne cher­chez pas Alexandre Bar­rette dans les pro­chains jours. L’hu­mo­riste se­ra très pré­sent au Stade IGA, où se dé­rou­le­ra le tour­noi de ten­nis de la Coupe Ro­gers. Be­la­don, c’est lui le porte-pa­role !

24 Heures Montreal - - Weekend - - Fran­cis Bol­duc, Agence QMI

Chaque an­née, presque à pa­reille date, le stade de ten­nis si­tué au parc Jar­ry de­vient le ren­dez-vous des fans de ten­nis. En al­ter­nance, on y pré­sente la com­pé­ti­tion des mes­sieurs une an­née, et l’an­née d’après, celle des femmes. C’est donc à un homme qu’on a de­man­dé d’être porte-pa­role cet été, étant don­né que les ath­lètes qui se dis­pu­te­ront les hon­neurs se­ront des femmes.

En choi­sis­sant Alexandre Bar­rette, les res­pon­sables du tour­noi per­mettent à un pas­sion­né de vivre des mo­ments qu’il ajou­te­ra à sa longue liste de sou­ve­nirs liés à ce sport de ra­quette.

« Le ten­nis est dans ma vie de­puis l’âge de sept ans, et je joue tou­jours. C’est le sport que j’aime le plus et je suis le ten­nis pro­fes­sion­nel à lon­gueur d’an­née. Évi­dem­ment, je vais au ren­dez-vous de la Coupe Ro­gers chaque an­née, mais quand il y a les tour­nois du Grand Che­lem, comme Wim­ble­don, je pro­gramme mon ré­veille-ma­tin pour re­gar­der les matchs. Quand c’est l’aus­tra­lian Open, je me couche en dé­but de soi­rée pour pou­voir les re­gar­der en pleine nuit. Je suis un vrai fan de ten­nis ! Quand on m’a de­man­dé d’être porte-pa­role, pour moi, ça al­lait de soi », fait sa­voir Alexandre Bar­rette, qui a sui­vi ja­dis un pro­gramme de sports-études en ten­nis.

Très com­pé­ti­tif

Il a éga­le­ment fait de la com­pé­ti­tion au ni­veau pro­vin­cial chez les ju­niors et a vu son nom ins­crit dans les 20 pre­mières places au clas­se­ment. « Je pense que je me suis clas­sé 16e ou 18e au Qué­bec. »

Il confie en­suite que, dans sa jeu­nesse, il a rê­vé, à l’ins­tar de beau­coup de jeunes spor­tifs, de de­ve­nir pro­fes­sion­nel. « J’en rê­vais, mais il me man­quait bien des af­faires. »

Quant à son style de jeu, Alexandre ex­plique : « Je suis un re­pous­seur. Je mets la balle en jeu. Je ne suis pas un gars qui frappe su­per fort, mais je cours beau­coup et vite ; je couvre tout le ter­rain et je suis pa­tient. C’est ce qu’on ap­pelle un re­pous­seur. »

Alexandre, qui pré­fère jouer en so­lo, avoue qu’il est mau­vais per­dant. « Je suis un bon ga­gnant, car je n’ai pas d’ar­ro­gance, mais je ne suis pas un bon per­dant. C’est ce­pen­dant moins pire qu’avant. Plus jeune, j’étais co­lé­rique et j’ai cas­sé deux ou trois ra­quettes. Je ne di­gé­rais pas bien la dé­faite. Une mau­vaise dé­faite dans un tour­noi ju­nior pou­vait me dé­mo­lir pour une se­maine. Je suis très com­pé­ti­tif, mais en vieillis­sant j’ai réus­si à mieux do­ser tout ça. »

Ses pré­fé­rences

Dans ses pré­fé­rences, il parle de Se­re­na Williams même si, au mo­ment de l’en­tre­vue, sa pré­sence au tour­noi n’était pas en­core confir­mée.

« Tout ce qu’elle a ac­com­pli dans le ten­nis est im­pres­sion­nant. J’adore aus­si Ash­leigh Bar­ty, qui a bat­tu Eu­ge­nie Bou­chard à Wim­ble­don. »

Et son idole au ten­nis ? « Ro­ger Fe­de­rer, Ra­fael Na­dal et Andre Agas­si qui était, quant à lui, mon idole d’en­fance. »

PHO­TO TO­MA ICZKOVITS, AGENCE QMI

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.