Ce que vous igno­riez de Jo­nah Hill

24 Heures Montreal - - Weekend - - Isa­belle Hontebeyrie, Agence QMI

En quelques an­nées et au­tant de rôles, Jo­nah Hill est par­ve­nu à être re­con­nu comme un ac­teur sé­rieux, ca­pable de se me%re dans la peau de per­son­nages dra­ma­tiques. Au­jourd’hui, il passe der­rière la ca­mé­ra pour Été 95, dans le­quel il ne joue pas. Re­tour sur son par­cours aty­pique.

• Son vrai nom est Jo­nah Hill Feld­stein. Ses pa­rents gra­vitent dans le mi­lieu du show­biz. Sa mère est sty­liste et son père a été le comp­table de bon nombre de cé­lé­bri­tés… in­cluant le groupe Guns N’ Roses.

• Lors­qu’il avait sept ans, il vou­lait dé­mé­na­ger à Spring­field, la ville des Simp­son, et rê­vait d’écrire les dia­logues d’ho­mer ! Jus­qu’à ses 16 ans, il a rem­pli des ca­hiers de dia­logues ima­gi­naires du pa­triarche de la fa­mille ani­mée.

• Sa soeur, Bea­nie Feld­stein, de neuf ans sa ca­dette, est éga­le­ment ac­trice. On a pu la voir dans La­dy Bird de Gre­ta Ger­wig. Son frère aî­né, Jor­dan Feld­stein, est mort en 2017 d’une em­bo­lie pul­mo­naire alors qu’il n’avait que 40 ans. • À l’école, il est de­ve­nu ami avec Jake Hoff­man, fils de Dus­tin. Il l’a pré­sen­té à son cé­lèbre père qui lui a en­suite de­man­dé de pas­ser une au­di­tion pour J’aime Hu­cka­bees dans le­quel il a ob­te­nu un pe­tit rôle à 19 ans.

• Après des rôles se­con­daires de­vant les ca­mé­ras de 40 ans et en­core pu­ceau puis Gros­sesse sur­prise, Judd Apa­tow lui a confié l’un des deux rôles prin­ci­paux de Su­per­ma­lades dans le­quel il donne la ré­plique à Mi­chael Ce­ra. Jo­nah Hill est de­ve­nu une cé­lé­bri­té à 24 ans. « J’ai l’im­pres­sion d’avoir pas­sé ma ving­taine à es­sayer d’être ce que tout le monde vou­lait que je sois, a-t-il dit lors de son pas­sage à Jim­my Kim­mel Live!. Et je ne sa­vais pas qui j’étais. »

• Le suc­cès n’est pas ve­nu sans heurts pour ce­lui qui a en­suite en­chaî­né les rôles co­miques. « Je n’aime pas être cé­lèbre. J’adore créer des choses, ce qui m’a tou­jours pous­sé à de­ve­nir réa­li­sa­teur, ce dont je suis très fier, ex­pli­quait-il en juillet der­nier à 52 In­sights. Mais je dé­teste qu’on me re­marque. Je suis éga­le­ment très sen­sible et par­fois, quand on est sen­sible – sur­tout quand j’étais jeune – on se fait faire du mal très fa­ci­le­ment. »

• En 2011, son rôle dans Mo­ney­ball : l’art de ga­gner lui a va­lu sa pre­mière no­mi­na­tion aux Os­cars. Puis, il a ac­cep­té de fou­ler le pla­teau de 21 Jump Street et a col­la­bo­ré au scé­na­rio. Il a en­suite joué dans Djan­go dé­chaî­né de Quen­tin Ta­ran­ti­no. Le loup de Wall Street, sor­ti en 2013 et réa­li­sé par Mar­tin Scor­sese, lui a plus tard per­mis d’ob­te­nir une deuxième no­mi­na­tion aux Os­cars.

• Il a alors dé­ci­dé de perdre du poids afin de conti­nuer à ob­te­nir des rôles im­por­tants. Il a em­bau­ché un en­traî­neur, un nu­tri­tion­niste et a com­men­cé à man­ger des su­shis. Il a dé­mé­na­gé à New York après avoir réa­li­sé que ses réa­li­sa­teurs pré­fé­rés n’ha­bitent pas à Los An­geles, mais dans la Grosse Pomme.

• Plus tôt cette an­née, on l’a vu dans Pas de pa­nique, il n’ira pas loin à pied de Gus Van Sant.

• Été 95 n’est pas, mal­gré les thé­ma­tiques de l’ado­les­cence et du be­soin d’ap­par­te­nir à un groupe tout en dé­cou­vrant son iden­ti­té, bio­gra­phique. En fait, Jo­nah Hill avait com­men­cé à écrire le scé­na­rio en se concen­trant sur un homme dans la tren­taine, une idée qu’il a fi­na­le­ment aban­don­née.

• Afin de se pré­pa­rer à sa pre­mière réa­li­sa­tion, il a pas­sé quatre heures avec Mar­tin Scor­sese, a de­man­dé con­seil à Ethan Coen qu’il connaît de­puis le tour­nage d’ave, Cé­sar ! et s’est ins­pi­ré de la ma­nière de tra­vailler du Ca­na­dien Seth Ro­gen.

• Au ma­ga­zine New York, il a confié : « lorsque je suis ar­ri­vé, le pre­mier jour, sur le pla­teau d’été 95, que les ca­mé­ras étaient pla­cées, que les ca­mions étaient ga­rés, que les jeunes étaient dans leurs cos­tumes, que j’étais der­rière la ca­mé­ra, je me suis dit que j’étais à la mai­son. Je sa­vais que c’était ce que je vou­lais dans la vie. Et je n’ai pas eu le sen­ti­ment que ce­la m’avait été don­né ; j’ai eu le sen­ti­ment que j’avais tra­vaillé pour. »

Été 95 prend l’af­fiche dans toute la pro­vince dès le 19 oc­tobre.

Jo­nah Hill lors du tour­nage d’été 95. Mo­ney­ball : l’art de ga­gner

Bea­nie Feld­stein

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.