For­mat des ali­ments : payons-nous plus pour en avoir moins ?

5/15 - - Sommaire - Par Mi­lé­na Ba­bin

Vos bis­cuits pré­fé­rés vous semblent plus pe­tits qu’avant? Votre boîte de cé­réales n’a plus le même for­mat? Non, vous ne rê­vez pas: les com­pa­gnies uti­lisent bel et bien des as­tuces d’em­bal­lage trompe-l’oeil! Voi­ci quelques pistes pour y voir plus clair!

De­puis quelques an­nées, plu­tôt que de haus­ser le prix de leurs pro­duits – ce que les consom­ma­teurs re­marquent fa­ci­le­ment –, les com­pa­gnies ont sou­vent re­cours au down­si­zing (sous-di­men­sion­ne­ment). Sans que l’on paie né­ces­sai­re­ment plus pour en avoir moins, il ar­rive que l’on en ait moins qu’avant pour le même prix. Par exemple, si les pâtes ou les craquelins que vous ache­tez ha­bi­tuel­le­ment portent la men­tion «nou­vel em­bal­lage» ou «nou­veau look», il est fort à pa­rier que le fa­bri­cant uti­lise cette men­tion pour ré­duire la quan­ti­té of­ferte dans l’em­bal­lage… sans pour au­tant ré­duire son prix! Même si le nou­vel em­bal­lage est exac­te­ment du même for­mat, le nombre de grammes peut avoir chu­té. Il ar­rive même aus­si par­fois que l’on ait l’im­pres­sion, à tort, d’en avoir plus pour notre ar­gent. Ce­la se pro­duit lorsque les com­pa­gnies de jus, de sauces, de lé­gumes ma­ri­nés et autres ali­ments pré­sen­tés en pots amin­cissent et al­longent leurs conte­nants pour don­ner l’im­pres­sion d’un plus gros pot. Ain­si, le prix et le poids n’au­ront pas chan­gé, mais le consom­ma­teur au­ra l’im­pres­sion d’en avoir plus pour le même prix et croi­ra, au pre­mier coup d’oeil, à une offre in­té­res­sante.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.