La­dy­sur Ga­ga

Une idole taillée me­sure Star qui ne laisse per­sonne in­dif­fé­rent, la chan­teuse aux mille looks a connu un par­cours hors normes de­puis que, à l’âge de quatre ans, elle a po­sé pour la pre­mière fois ses doigts sur un pia­no.

7 Jours - - BIO EXPRESS -

2010

Sor­tie de la chan­son Te­le­phone, met­tant éga­le­ment en ve­dette Beyon­cé. Ce simple pré­cède Ale­jan­dro et suc­cède à Bad Ro­mance, qui ont aus­si connu un vif suc­cès.

2010

Ste­fa­ni crée la contro­verse lors­qu’elle se pré­sente aux MTV Video Mu­sic Awards vê­tue d’une robe faite de viande, créée par Franc Fer­nan­dez. Elle a été cri­ti­quée par di­vers or­ga­nismes de dé­fense des droits des ani­maux pour son choix ves­ti­men­taire dou­teux.

2009

Le 27 no­vembre, à Mon­tréal, elle lance sa tour­née in­ter­na­tio­nale The Mons­ter

Ball, qui de­vient un des spec­tacles les plus lu­cra­tifs de tous les temps.

2011

Ga­ga lance son troi­sième al­bum, Born This Way. La pièce épo­nyme se vend à un mil­lion de té­lé­char­ge­ments en cinq jours et de­vien­dra la 1000e chan­son à at­teindre le som­met des pal­ma­rès amé­ri­cains de­puis leur créa­tion. Elle mar­que­ra éga­le­ment le dé­but de sa ri­va­li­té avec Ma­don­na, qui l’ac­cuse d’avoir co­pié la chan­son sur son propre suc­cès Ex­press Your­self.

2008

La­dy Ga­ga dé­mé­nage à Los An­geles et lance son pre­mier al­bum, The Fame. Son pre­mier simple,

Just Dance, s’ins­crit sur les pal­ma­rès in­ter­na­tio­naux. La chan­son Po­ker Face, dont elle ven­dra près de 10 mil­lions d’exem­plaires, fe­ra d’elle une ve­dette pla­né­taire.

2012

Lan­ce­ment au Ja­pon, puis en Oc­ci­dent, de son pre­mier par­fum, La­dy Ga­ga Fame, dont elle ven­dra plus de 30 mil­lions de bou­teilles avant la fin de 2013.

1986

Le 28 mars, à Man­hat­tan, naît Ste­fa­ni Joanne An­ge­li­na Ger­ma­not­ta au sein d’une fa­mille de confes­sion ca­tho­lique. Son père, Jo­seph, est un en­tre­pre­neur spé­cia­li­sé dans le web, et sa mère, Cyn­thia, tra­vaille dans les té­lé­com­mu­ni­ca­tions. Sa soeur, Na­ta­li, naî­tra quelques an­nées plus tard, le 10 mars 1992. Sa soeur, Na­ta­li.

2014

Après le suc­cès mi­ti­gé de son qua­trième disque,

Art­pop, la ve­dette se re­tire mo­men­ta­né­ment de la mu­sique pop pour en­re­gis­trer l’al­bum Cheek to

Cheek avec une fi­gure my­thique du jazz, To­ny Ben­nett.

1999

Elle étu­die au Couvent du Sa­cré- Coeur et ap­prend le pia­no dès l’âge de quatre ans. Elle écrit sa pre­mière bal­lade à 13 ans. Dans les an­nées qui suivent, elle par­ti­cipe à de nom­breuses soi­rées de jeunes talents ain­si qu’à des pro­duc­tions sco­laires.

2007

En­cou­ra­gée par Fu­sa­ri, elle se lance dans l’écri­ture de chan­sons pour d’autres ar­tistes, dont Brit­ney Spears, les New Kids on the Block et les Pus­sy­cat Dolls. Elle signe éga­le­ment avec l’éti­quette Cher­ry­tree Re­cords.

2016

Après avoir joué un pe­tit rôle dans le film Ma­chete

Kills, elle rem­porte un Gol­den Globe pour son rôle dans la sé­rie Ame­ri­can Hor­ror Sto­ry: Ho­tel, dans la­quelle elle in­carne la com­tesse Eli­za­beth John­son.

2001

À 15 ans, elle dé­croche un pe­tit rôle dans La valse des men­songes, un épi­sode de la troi­sième sai­son de la po­pu­laire sé­rie Les So­pra­nos.

2005

Elle en­re­gistre deux chan­sons avec l’ar­tiste hip-hop Grand­mas­ter Melle Mel pour ac­com­pa­gner le livre The Por­tal in the Park. Elle met aus­si sur pied le Ste­fa­ni Ger­ma­not­ta Band avec des amis.

2006

Ste­fa­ni com­mence à fré­quente­r le pro­duc­teur Rob Fu­sa­ri, qui l’au­rait ai­dée à créer le per­son­nage de La­dy Ga­ga. Elle signe avec la pres­ti­gieuse éti­quette Def Jam, qui la laisse tom­ber quelques mois plus tard avant même d’avoir lan­cé un al­bum. À la suite de cet échec, elle de­vient dan­seuse, ex­pé­ri­mente avec les drogues et s’aliène une par­tie de son en­tou­rage. En juillet, le site TMZ an­nonce la rup­ture de La­dy Ga­ga avec son fian­cé et amou­reux des cinq der­nières an­nées, le co­mé­dien Tay­lor Kin­ney de la sé­rie Chi­ca­go Fire. Quelques se­maines plus tard, elle lance un nou­veau simple, Per­fect

Illu­sion, pre­mier simple de son cin­quième al­bum, Joanne. 2017 Lors du 51e Su­per Bowl, pré­sen­té à Hous­ton, elle s’élance du toit du NRG Sta­dium en­tou­rée de drones et en­tame cer­tains de ses grands suc­cès de­vant 100 mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs.

Dès son plus jeune âge, la pe­tite Ste­fa­ni avait le sens du spec­tacle. Une jeune ado­les­cente ta­len­tueuse.

Ses pa­rents, Joe et Cyn­thia.

Dans Les So­pra­nos.

Avec son amie La­dy Star­light.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.