Vous êtes mon ins­pi­ra­tion!

Après chaque con­fé­rence, je prends le temps de dis­cu­ter avec les gens du pu­blic, des gens qui, ve­nus s’ins­pi­rer, fi­nissent par m’ins­pi­rer aus­si avec leurs his­toires. Des gens qui ont vé­cu des choses pires que les miennes, et qui mal­gré tout conti­nuent d’a

7 Jours - - Choix - Par Jo­sée Bou­dreault

PER­SÉ­VÉ­RANCE

J’ai ren­con­tré Ge­ne­viève Mo­rel pour la pre­mière fois l’au­tomne der­nier à une soi­rée pour la Fon­da­tion des ma­la­dies du coeur et de l’AVC. Son his­toire bou­le­ver­sante et sa ré­si­lience m’ont pro­fon­dé­ment mar­quée et ins­pi­rée. À 26 ans, au cours du sixième mois de sa gros­sesse, elle a su­bi un AVC hé­mor­ra­gique grave qui l’a pa­ra­ly­sée du cô­té gauche. Son fils est né, trois mois plus tard, en san­té. Elle a en­suite pas­sé deux ans en ré­adap­ta­tion, où l’idée de faire des confé­rences sur ce qu’elle a vé­cu, ses mo­ti­va­tions et sa fa­çon de voir la vie lui est ve­nue. Et c’est ce qu’elle a fait: au­jourd’hui, Ge­ne­viève ins­pire les gens par son dis­cours sur la per­sé­vé­rance. Lorsque je l’ai ren­con­trée, j’ai vrai­ment été émue. Cette femme a dû tra­vailler fort en phy­sio­thé­ra­pie tout en s’oc­cu­pant de son bé­bé, sa source de mo­ti­va­tion du­rant cette épreuve. Je la trouve cou­ra­geuse, forte et, sur­tout, ins­pi­rante!

MO­MENT PRÉ­SENT

Des gens ins­pi­rants, il y en a beau­coup! À chaque con­fé­rence, je ren­contre d’autres per­sonnes vic­times d’un AVC qui me ra­content leur ex­pé­rience, leurs bons et leurs mau­vais mo­ments. Je fais connais­sance avec des gens qui ont une ma­la­die dé­gé­né­ra­tive, qui m’ex­pliquent l’im­por­tance de pro­fi­ter du mo­ment pré­sent, de ne pas pen­ser au né­ga­tif... J’ad­mire leur ca­pa­ci­té à trou­ver le bon­heur et la beau­té dans la sim­pli­ci­té. Il y a aus­si des per­sonnes en fau­teuil rou­lant, sou­riantes et pas­sion­nées parce qu’elles ont com­pris la fra­gi­li­té de la vie. Elles dé­bordent d’op­ti­misme mal­gré ce qui a pu leur ar­ri­ver. Elles m’ex­pliquent le pour­quoi du fau­teuil rou­lant et le comment de leur pré­sence lu­mi­neuse. Et puis, j’ai ren­con­tré des gens qui ont sur­vé­cu au cau­che­mar de perdre un en­fant ou leur conjoint, et qui, grâce à une force hors du com­mun, ont pu faire leur deuil et pour­suivre leur che­min avec op­ti­misme.

RÉ­SI­LIENCE

Toutes ces ren­contres me gonflent d’ins­pi­ra­tion. C’est fou le nombre de gens ré­si­lients que j’ai ren­con­trés, et il y en a tel­le­ment d’autres! Nous for­mons un tout, un grand cercle de cha­leur. Nous sommes tous liés par une force com­mune que nous avons su trou­ver au fond de nous-mêmes pour la pro­je­ter vers une vie po­si­tive. Nous avons su gar­der une at­ti­tude construc­tive, et c’est ce qui ex­plique notre pré­sence au­jourd’hui. Nous avons re­gar­dé vers l’avant, en sa­chant très bien que des temps meilleurs étaient à ve­nir. Nous sa­vons main­te­nant pro­fi­ter du mo­ment pré­sent, car nous connais­sons la fra­gi­li­té de tout ce qui nous en­toure.

UN SENS À L’ÉPREUVE

Nous ai­mons la vie, nos proches, notre réa­li­té, parce que nous connais­sons la va­leur de nos ef­forts. Nous sommes fiers de notre par­cours et même de nos em­bûches, car nous les avons sur­mon­tées avec per­sé­vé­rance, et s’il y en a d’autres, nous saurons les af­fron­ter! Tout le monde a des gens forts au­tour d’eux. Dites-leur mer­ci, faites-en votre source d’ins­pi­ra­tion dans les mo­ments dif­fi­ciles. Vous leur fe­rez le ma­gni­fique ca­deau de don­ner un sens à leurs épreuves.

«Tout­le­monde ades­gens­forts au­tourd’eux. Faites-en vo­tre­source d’ins­pi­ra­tion!» Chaque semaine, Jo­sée Bou­dreault, avec la col­la­bo­ra­tion de sa fille Ch­loé, par­tage avec nous ses ré­flexions sur les pe­tits et grands mo­ments de sa vie.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.