Jean-Pierre Fer­land

PLACE AUX FEMMES

7 Jours - - Sommaire - PHO­TOS: PA­TRICK SÉGUIN

Pour son plus ré­cent al­bum, Jean-Pierre Fer­land s’est fait plai­sir en en­re­gis­trant quelques-unes de ses chan­sons les plus connues en duo avec 11 in­ter­prètes fé­mi­nines qui ont mar­qué la culture po­pu­laire de leur ma­gni­fique voix. Au­jourd’hui, c’est au tour de ces chan­teuses d’of­frir des mots d’amour à ce­lui qui les a tou­jours ché­ries.

DIANE TELL

«J’ai ren­con­tré Jean-Pierre Fer­land dans le sa­lon de mes pa­rents à Vald’Or dans les an­nées 1960! J’étais toute pe­tite. Pa­pa ai­mait re­ce­voir à la mai­son les ar­tistes qu’il al­lait voir en concert. Celle qui al­lait de­ve­nir ma mar­raine de confir­ma­tion et la plus grande at­ta­chée de presse du Qué­bec était peut-être des nôtres ce soir-là. Fran­cine Cha­loult a vé­cu en Abi­ti­bi. À l’époque, son chum était mé­de­cin, col­lègue, voi­sin et ami de mon père. Pa­pa ai­mait beau­coup Jean-Pierre. L’al­bum Jaune, sor­ti en 1970, mit toutes les gé­né­ra­tions d’ac­cord. Quand, en 2016, Fran­cine me fit par­ve­nir la su­perbe in­ter­pré­ta­tion de Si j’étais un homme par Jean-Pierre pour son al­bum Chan­sons ja­louses, j’en ai braillé. Au té­lé­phone, il m’a de­man­dé l’au­to­ri­sa­tion de rem­pla­cer «un homme» par «ton homme». Quelle idée de gé­nie! Idée d’au­teur. À la ques­tion: “Diane, tu veux po­ser ta voix sur la sienne, les yeux dans les yeux pour la chan­son T’es mon amour, t’es ma maî­tresse?” J’ai ré­pon­du: “Quelle dé­li­cieuse idée! Une in­vi­ta­tion qui ne se re­fuse pas!” Mer­ci, Jean-Pierre.»

LA­RA FA­BIAN

«Faire du feu dans la che­mi­née, puis re­ve­nir chez nous… Pou­voir me pro­je­ter un peu plus... un peu plus loin… Voi­là com­ment je me suis sen­tie... le jour où j’ai chan­té avec M. Fer­land.»

JU­LIE ANNE SAU­MUR

«Jean-Pierre Fer­land est un homme d’une sen­si­bi­li­té à fleur de peau. C’est jus­te­ment pour cette rai­son qu’il peut écrire des choses que per­sonne d’autre n’ose­rait écrire. Il est pour moi une grande ins­pi­ra­tion. Je n’au­rai ja­mais son ta­lent d’écri­ture, mais je peux ap­pré­cier toute l’en­ver­gure de son ta­lent de poète! Il est tel­le­ment une per­sonne terre à terre, je me de­mande tous les jours où il va cher­cher cette ins­pi­ra­tion! Il est mon amour plein d’hu­mour, de sen­si­bi­li­té, un im­pro­vi­sa­teur in­con­tour­nable! Il me fait tou­jours rire et il est tel­le­ment pas­sion­né de tout, de son jar­din, de tout ce qui l’en­toure: il ap­pré­cie les pe­tites choses de la vie! Il fuit sa tris­tesse na­tu­relle en créant les plus belles chan­sons et les plus beaux jar­dins! Il est mon homme! Il est l’homme de ma vie! J’ai choi­si la chan­son Que veux-tu que je te dise, parce qu’il n’y a pas seule­ment les belles chan­sons d’amour qui en­tourent un couple, mais aus­si la peur de se perdre et de s’ou­blier; et quand on s’est don­nés com­plè­te­ment, et qu’un jour, peut-être, on se perd, ce se­ra très dif­fi­cile d’ou­blier cet homme que j’aime de tout mon être!»

ISA­BELLE BOU­LAY

«J’aime Jean-Pierre parce qu’il a la grâce de la ma­tu­ri­té et le pou­voir de la jeu­nesse éter­nelle… Dans son oeil et dans ses mots s’en­tre­lacent sans re­lâche la brû­lure de la lu­ci­di­té et l’im­mense joie de re­tour­ner en en­fance. Je vou­lais l’ac­com­pa­gner dans cette chan­son belle comme une nuit blanche, lorsque l’on est trop heu­reux pour fer­mer l’oeil et où l’on re­trouve l’amour qui nous donne tous les cou­rages…»

MÉ­LIS­SA BÉDARD

«Mon GRAND Jean-Pierre! Com­ment ex­pri­mer ma gra­ti­tude de chan­ter avec cette lé­gende, mais sur­tout de le re­gar­der et... d’ap­prendre! Quel plai­sir de me re­trou­ver der­rière lui à cha­cun de ses spec­tacles alors qu’il n’y a pas si long­temps, j’ap­pre­nais à chan­ter avec ses propres mots. Que veux-tu que je te dise re­pré­sente pour moi la sen­sa­tion de perdre le contrôle lorsque nous per­dons quel­qu’un qui nous est cher, la vo­lon­té d’ou­blier et l’im­puis­sance de le faire, mais sur­tout l’amour qui prend le des­sus sur tout ça. Mer­ci, Jean-Pierre, pour ta mu­sique, ton ta­lent, ton âme et ton temps. Mer­ci d’être aus­si vrai.»

LUCE DUFAULT

«Jean-Pierre est aus­si grand et ir­ré­sis­tible que son oeuvre, sur la­quelle le temps n’a au­cune em­prise. La mu­sique est, pour moi, sa plus belle chan­son d’amour: le re­flet de l’âme de toutes les femmes de sa vie.»

MA­RIE-EVE JAN­VIER

«L’oeuvre de Jean-Pierre Fer­land a mar­qué et tra­ver­sé les gé­né­ra­tions. Avoir la chance de chan­ter avec un ar­tiste qui a tou­ché des mil­lions de coeurs fut un réel hon­neur pour moi. Une ex­pé­rience in­croyable de plus à ran­ger dans mes sou­ve­nirs! La pro­po­si­tion de JeanPierre de faire Si on s’y met­tait avec lui m’a sur­prise. Je ne pen­sais pas qu’il voyait cette “fo­lie” en moi! La prise de voix a été un pur plai­sir! Quelle joie de pou­voir pla­cer le plai­sir de chan­ter avant tout, de jouer avec la mu­sique et la mé­lo­die, de se per­mettre d’être heu­reux et fou! Ç’a été ça, pour moi, de chan­ter avec Jean-Pierre Fer­land!»

FLO­RENCE K

«Les textes de Jean-Pierre sont des perles, des his­toires. Toutes ses pa­roles se mettent en image lorsque l’on ferme les yeux et que l’on se laisse ber­cer par son grain de voix unique. C’est ce qui m’a tou­jours at­ti­rée vers sa mu­sique. Ses chan­sons sont beau­coup plus que des chan­sons, cha­cune d’entre elles est en fait un film. Un beau film.»

NANETTE WORKMAN

«L’oeuvre de Jean-Pierre est im­mense et son ap­port à la mu­sique est in­cal­cu­lable. Ori­gi­na­le­ment conçue pour l’al­bum Jaune, Sing Sing se vou­lait la suite di­recte des évé­ne­ments évo­qués dans la chan­son Quand on aime on a tou­jours 20 ans. De re­vi­si­ter le ré­per­toire sous forme de duos of­frait une belle oc­ca­sion de pré­sen­ter cette oeuvre sous un re­gard dif­fé­rent.»

YAMA LAURENT

«La col­la­bo­ra­tion avec M. Fer­land est plus que fa­bu­leuse à mes yeux. Une icône de la chan­son qué­bé­coise de­puis plus de 50 ans, alors que moi, toute pe­tite au bas de l’échelle, et j'ai l’hon­neur de faire un duo avec lui! C’est une lu­mière pour un bon et cha­leu­reux dé­but de che­min pour moi dans ce mé­tier... comme une bé­né­dic­tion, une splen­deur en­tière! C’est une grande fier­té de me re­trou­ver aux cô­tés de ces femmes pion­nières... Quel bon­heur! Je re­mer­cie énor­mé­ment Jean-Pierre Fer­land d’avoir pen­sé à moi et de m’avoir of­fert une place dans ce ma­gni­fique pro­jet. Je n’ou­blie­rai ja­mais cette ren­contre rem­plie d’hu­mour, de cha­risme et de sou­ve­nirs cap­ti­vants. Ho­no­rée de main­te­nant faire par­tie des femmes de sa vie!»

La­ra Fa­bian chante Un peu plus haut, un plus loin avec le cé­lèbre chan­teur. Jean-Pierre a choi­si Diane Tell pour in­ter­pré­ter T’es mon amour, t’es ma maî­tresse.

Jean-Pierre Fer­land a choi­si Isa­belle Bou­lay pour re­vi­si­ter Je ne veux pas dor­mir ce soir.

Ju­lie Anne Sau­mur et Mé­lis­sa Bédard in­ter­prètent Que veux-tu que je te dise en duo avec le chan­teur.

C’est sur la pièce La mu­sique que Luce Dufault et Jean-Pierre Fer­land unissent leurs voix.

Ma­rie-Eve a prê­té sa voix à la chan­son Si on s’y met­tait. Nanette et Jean-Pierre: un duo par­fait pour la chan­son Sing Sing! Flo­rence mêle sa voix à celle de Jean-Pierre sur la pièce Les cour­ti­sanes.

L’al­bum Toutes les femmes de ma vie est dis­po­nible dès main­te­nant en for­mat phy­sique et sur toutes les pla­te­formes nu­mé­riques.

Au fond des choses le so­leil em­mène au so­leil, en duo avec Yama Laurent, est le pre­mier ex­trait de l’al­bum.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.