Pen­sez frais: des fruits et des lé­gumes bon mar­ché bien­tôt dis­tri­bués dans la ré­gion Chaleur

Acadie Nouvelle - - ACTUALITÉS -

Le pro­gramme Pen­sez frais, qui per­met aux consom­ma­teurs d’ache­ter des fruits et des lé­gumes à bon mar­ché, est en pré­pa­ra­tion dans la ré­gion Chaleur.

Une fois par mois, les gens qui adhé­re­ront au pro­gramme pour­ront ra­mas­ser leur sac de pro­duits frais à un point de dis­tri­bu­tion qu’il reste à dé­ter­mi­ner.

«Il va y avoir des sacs à 10$ et à 20$. Si les gens achètent un sac à 20$, on es­time que la va­leur réel s’élève à 40$. Quand on sait que les fruits et les lé­gumes sont très chers, ce se­ra l’oc­ca­sion pour plu­sieurs d’en man­ger plus», fait re­mar­quer Ju­lie Syn­nott, la co­or­di­na­trice du Ré­seau d’in­clu­sion com­mu­nau­taire Chaleur, dont l’or­ga­nisme cha­peaute le pro­jet, en col­la­bo­ra­tion avec le ser­vice du mieux-être Chaleur.

L’ini­tia­tive a dé­jà fait ses preuves dans d’autres ré­gions de la pro­vince. Lors d’une ses­sion d’in­for­ma­tion à Ba­thurst, la se­maine der­nière, des res­pon­sables du con­cept à Fre­de­ric­ton et à Mi­ra­mi­chi ont par­ta­gé leur ex­pé­rience à la qua­ran­taine de per­sonnes pré­sentes.

La ré­ponse de la com­mu­nau­té est un si­gnal fort pour le Ré­seau d’in­clu­sion com­mu­nau­taire Chaleur.

«Nous avons dé­mar­ré un groupe qui s’ap­pelle le co­mi­té d’ali­men­ta­tion saine. Avec les consul­ta­tions pu­bliques qui ont été te­nues dans les der­nières an­nées, il a été ré­vé­lé que la sé­cu­ri­té ali­men­taire de­vait être abor­dée dans notre ré­gion. Et un des vo­lets est d’avoir ac­cès à de la nour­ri­ture saine à lon­gueur d’an­née», ex­plique Mme Syn­nott.

La for­mule, qui est simple, est de réunir de nom­breux ache­teurs pour ob­te­nir de meilleurs prix.

«En met­tant l’ar­gent en­semble, nous se­rons ca­pables de faire ap­pel à un gros­siste qui va nous four­nir une fois par mois. C’est un pro­jet in­clu­sif parce que ça per­met à ceux qui ont moins les moyens de bien se nour­rir et c’est aus­si une op­por­tu­ni­té pour les ache­teurs qui veulent avoir un bon ra­bais.»

«N’im­porte qui peut par­ti­ci­per à l’ini­tia­tive. En fait, plus les gens vont s’y joindre, plus le pou­voir d’achat se­ra grand», sou­tient Mme Syn­nott.

Les pro­ta­go­nistes ont dans leur mire fé­vrier pour dé­mar­rer le con­cept Pen­sez frais.

«Nous conti­nuons à tâ­ter le pouls de la Elle com­mande des choix de re­pas en ligne, où le temps de cuis­son est in­di­qué, ain­si que les ca­lo­ries et les ap­ports nu­tri­tifs. Tous les in­gré­dients ar­rivent dans un em­bal­lage ré­fri­gé­ré. Mme Sa­voie est conquise par cette fa­çon de se nour­rir. «Tout est su­per frais. La qua­li­té est ex­cel­lente. En plus, il n’y a pas de pertes parce que les por­tions sont bien cal­cu­lées. Tu as la re­cette sur une fiche et en gé­né­ral, ça prend en­vi­ron 30 mi­nutes pour la pré­pa­ra­tion et la cuis­son du re­pas, donc c’est quand même as­sez vite. Par­fois, ça peut prendre 45 mi­nutes, mais c’est plu­tôt rare», dé­taille-t-elle. «Il y a aus­si beau­coup de re­pas eth­niques, que ce soit in­dien ou asia­tique. C’est plai­sant. Si ça prend des in­gré­dients spé­ciaux, ils t’en­voient la dose exacte. Tu n’as pas be­soin de cou­rir à l’épi­ce­rie pour en ache­ter en po­pu­la­tion pour voir s’il y a un in­té­rêt. Jus­qu’à pré­sent, la ré­ponse est ma­gni­fique. Nous avons ap­pro­ché plein de monde dans la grande ré­gion Chaleur. Nous avons même des gens qui sont prêts à em­bar­quer pour as­su­rer la par­tie bé­né­vo­lat, né­ces­saire pour em­pa­que­ter les pro­duits frais une fois par mois», pré­cise Ju­lie Syn­nott.

Le groupe veut dé­ve­lop­per un par­te­na­riat avec l’As­so­cia­tion du Nou­veauB­runs­wick pour l’in­té­gra­tion com­mu­nau­taire, afin que les per­sonnes à be­soins spé­ciaux de­viennent bé­né­voles et membres.

«Aus­si, nous vi­sons une col­la­bo­ra­tion avec les banques ali­men­taires. La beau­té du pro­jet est qu’il est glo­bal. Nous voyons aus­si l’in­té­rêt des écoles et de per­sonnes âgées à faire du bé­né­vo­lat.»

La pro­chaine ren­contre, fixée au 18 sep­tembre, ser­vi­ra à dé­fi­nir les pro­chaines étapes. grandes quan­ti­tés, si même tu peux en trou­ver. La der­nière fois, ils m’ont en­voyé de la canne à sucre ou en­core des tiges de ci­tron­nelle», dit-elle. Les com­pa­gnies qui offrent ce ser­vice sont flexibles pour les com­mandes d’une se­maine à l’autre. «Une se­maine, tu peux prendre le for­mat fa­mi­lial. La se­maine sui­vante, tu peux avoir les por­tions pour deux ou le re­pas clas­sique. Je veux aus­si dire que je n’ai ja­mais vu la même re­cette deux fois de­puis le dé­but de l’an­née que nous com­man­dons. C’est vrai­ment agréable parce que ce sont tou­jours des nou­velles idées», ex­prime la mère de fa­mille. Il est aus­si pos­sible de sauter une se­maine ou de ré­si­lier son abon­ne­ment à tout mo­ment. Les prix sont as­sez abor­dables. Une fa­mille de quatre per­sonnes peut s’en ti­rer avec un re­pas pour une somme de 35$ et 40$. - BS

La co­or­di­na­trice du Ré­seau d’in­clu­sion com­mu­nau­taire Chaleur (à droite), Ju­lie Syn­nott, oeuvre pour la mise en place un pro­gramme d’ac­cès à des fruits et des lé­gumes à bas prix dans la ré­gion Chaleur. - Aca­die Nou­velle Béatrice Sey­mour

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.