LA SECOUSSE SE FAIT SEN­TIR

Acadie Nouvelle - - LA UNE - sebastien.la­chance@aca­die­nou­velle.com @Sbas­tienLa­chan4

La li­qui­da­tion des ma­ga­sins et des ac­tifs de Sears Ca­na­da por­te­ra un dur coup pour le sec­teur de l’emploi dans di­verses com­mu­nau­tés du N.-B.

C’est par­ti­cu­liè­re­ment le cas à Ed­mund­ston et à Saint-Jean, où sont si­tués des centres d’ap­pels de l’en­tre­prise qui em­ploie plu­sieurs cen­taines de tra­vailleurs.

À Ed­mund­ston, en­vi­ron 125 per­sonnes se re­trou­ve­ront sans tra­vail au cours des pro­chaines se­maines, lorsque le centre d’ap­pels si­tué dans le quar­tier Saint-Ba­sile fer­me­ra dé­fi­ni­ti­ve­ment ses portes.

«Per­sonnes ne peut nier que c’est une dé­cep­tion, en par­ti­cu­lier pour les gens et les fa­milles qui sont af­fec­tées. Ma pre­mière pré­oc­cu­pa­tion est de m’as­su­rer d’être avec eux dans cette épreuve», a tout d’abord in­di­qué Cy­rille Si­mard, le maire d’Ed­mund­ston.

Avec un taux de chô­mage d’à peine 5%, le maire qua­li­fie la ré­gion d’Ed­mund­ston de zone de «plein emploi».

«Heu­reu­se­ment, il y a des oc­ca­sions d’emploi dans le sec­teur ma­nu­fac­tu­rier, de l’hô­tel­le­rie et de la res­tau­ra­tion pour quel­qu’un qui veut s’as­su­rer un sa­laire», illustre Cy­rille Si­mard.

«C’est dom­mage pour les gens, mais c’est le mar­ché qui dicte la réa­li­té. Il faut se re­le­ver les manches pour créer de meilleures condi­tions pour ces gens-là afin qu’ils se trouvent un emploi dans la ré­gion», ré­sume le maire d’Ed­mund­ston, en qua­li­fiant Sears de fleu­ron du com­merce au dé­tail qui a frap­pé l’ima­gi­naire des consom­ma­teurs ca­na­diens.

La si­tua­tion à Saint-Jean n’est guère plus re­lui­sante pour en­vi­ron 400 tra­vailleurs du centre d’ap­pels et du ma­ga­sin Sears qui ont per­du ou per­dront pro­chai­ne­ment leur emploi.

«C’est tout sim­ple­ment une nou­velle ter­rible», a lan­cé Wayne Long, le dé­pu­té de la cir­cons­crip­tion de Saint-Jean-Ro­the­say.

La mai­resse ad­jointe de Saint-Jean, Shir­ley McA­la­ry, a te­nu des propos si­mi­laires au­près de l’Aca­die Nou­velle.

«Ce sont de mau­vaises nou­velles, tant pour ceux qui dé­te­naient dé­jà un emploi chez Sears que pour ceux qui étaient en pro­ces­sus de re­cru­te­ment. Tout le monde était ex­ci­té lors de l’ou­ver­ture du centre d’ap­pels. Main­te­nant tout le monde est dé­çu de voir Sears dis­pa­raître si ra­pi­de­ment.»

Se­lon la conseillère mu­ni­ci­pale, ceux-ci au­ront l’oc­ca­sion de se tour­ner vers d’autres en­tre­prises qui pro­cèdent ac­tuel­le­ment au re­cru­te­ment de tra­vailleurs spé­cia­li­sés dans le ser­vice à la clien­tèle.

Par exemple, Air Ca­na­da est ac­tuel­le­ment à la re­cherche d’agents aux ventes et au ser­vice à la clien­tèle dans son centre de ser­vices.

Se­lon cer­taines ru­meurs, le géant amé­ri­cain du sec­teur tech­no­lo­gique Xe­rox Cor­po­ra­tion pour­rait bien­tôt an­non­cer un pro­gramme d’em­bauche à ses ins­tal­la­tions de Saint-Jean.

«J’étais au ma­ga­sin Sears de Saint-Jean il y a quelques jours, tous les vi­sages des gens pré­sents à l’in­té­rieur étaient tristes», ra­conte Shir­ley McA­la­ry.

Mal­gré la fin im­mi­nente des ac­ti­vi­tés de la so­cié­té, des offres d’em­plois de com­mis ven­deur dans dif­fé­rents ma­ga­sins Sears, dont ceux de Monc­ton et de Fre­de­ric­ton, ont étran­ge­ment fait leur ap­pa­ri­tion au cours des deux der­nières se­maines dans dif­fé­rents sites de re­cherche d’emploi.

Ed­mund­ston et Saint-Jean sont dou­ble­ment tou­chées. Sears y ferme ses ma­ga­sins de même que des centres de ser­vice à la clien­tèle. - Ar­chives

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.