SUSPENSE EN ACADIE

Por­tée par une dis­tri­bu­tion prin­ci­pa­le­ment aca­dienne, la sé­rie dra­ma­tique Le siège plonge dans un sus­pens ha­le­tant. Cette prise d’otage en six épi­sodes ne laisse pas beau­coup de ré­pit. Pré­pa­rez­vous à vivre des émo­tions fortes.

Acadie Nouvelle - - LA UNE - Syl­vie Mous­seau syl­vie.mous­seau@aca­die­nou­velle.com

Tour­né en Acadie, plus par­ti­cu­liè­re­ment dans la ré­gion de Monc­ton, Le siège est le plus ré­cent pro­jet de Phare-Est Mé­dia, co­pro­duit avec At­trac­tion Images. Après Belle Baie et Le Clan, cette nou­velle télésérie nous trans­porte dans un tout autre uni­vers, ce­lui d’une fer­me­ture d’usine; prin­ci­pal gagne-pain d’une pe­tite ville in­dus­trielle au Nou­veau-Bruns­wick, ap­pe­lée Cole Creek.

Les 1000 em­ployés de l’usine de ther­mo­for­ma­tage Smiths-Thomp­son ont ap­pris que la di­rec­tion a dé­ci­dé de trans­fé­rer toutes les ac­ti­vi­tés de l’en­tre­prise à Sas­ka­toon. Dans un mois, tous les em­ployés per­dront leurs em­plois. Me­nés par le chef syn­di­cal Ma­rio Cor­mier (Gilles Re­naud) qui a conclu une en­tente avec le pa­tron Mar­cel Ro­drigue (Mar­cel-Ro­main Thé­riault), les em­ployés s’ap­prêtent à faire une jour­née de pro­tes­ta­tion pa­ci­fique. Mais les évé­ne­ments ne se dé­roulent pas comme pré­vu.

Un pe­tit groupe de mé­ca­ni­ciens di­ri­gé par Alexis Go­din (Alexandre Goyette) met le feu aux poudres et pro­fite de la ma­ni­fes­ta­tion pour prendre en otage le pa­tron de l’usine et quelques em­ployés. Leur ob­jec­tif est de gar­der l’usine dans la ville. Le chef syn­di­cal dé­cide de res­ter dans l’usine pour ten­ter de ré­gler le conflit. La si­tua­tion dé­gé­nère et tout peut ex­plo­ser à tout mo­ment. On as­siste à un face à face ma­gis­tral entre deux grands co­mé­diens, Gilles Re­naud et Alexandre Goyette. L’es­couade spé­ciale de la po­lice na­tio­nale gui­dée, par le lieu­te­nant Pel­le­tier (Luc LeB­lanc) et la né­go­cia­trice en chef Chan­tal Trempe (De­nise Bou­chard), ten­te­ront de dé­nouer l’im­passe d’une ma­nière pa­ci­fique.

Dès les pre­mières scènes de la sé­rie, on sent la ten­sion qui s’ins­talle. Sur les 21 rôles prin­ci­paux, 15 sont te­nus par des ac­teurs de l’Acadie. Plu­sieurs d’entre eux brillent à l’écran en li­vrant de so­lides per­for­mances.

Cer­tains sortent lit­té­ra­le­ment de leur zone de con­fort. C’est le cas no­tam­ment de Luc LeB­lanc, qui in­carne un lieu­te­nant ri­gide, strict et tout en re­te­nue. On est à des an­nées­lu­mière du per­son­nage de Ci­trouille au Pays de la Sa­gouine. Men­tion­nons aus­si le jeu de Diane Lo­sier dans le rôle émou­vant de l’ad­jointe au di­rec­teur, ce­lui de Lou Poi­rier comme res­pon­sable de la gar­de­rie de l’usine qui se re­trouve, mal­gré elle, prise en otage ou en­core la per­for­mance in­tense de Ch­ris­tian Es­siambre dans la peau de l’un des ra­vis­seurs.

«En­fin, l’Acadie va re­con­naître ses in­ter­prètes, ses co­mé­diens qui sont tous ex­cel­lents et qui portent des cou­leurs dif­fé­rentes. C’est ma plus grande joie et ma plus grande sa­tis­fac­tion. Nous sommes ma­jo­ri­taires et ex­cel­lents et ar­rê­tons de nous com­pa­rer. Il fal­lait juste avoir la chance de le faire, que quel­qu’un ose le dire et Phare-Est l’a fait en col­la­bo­ra­tion avec At­trac­tion Images. Ils nous ont fait confiance», a fait va­loir De­nise Bou­chard, dont le per­son­nage est cen­tral dans cette sé­rie.

DE MÈRE DE FA­MILLE À NÉ­GO­CIA­TRICE EN CHEF

Celle qui avait in­ter­pré­té le rôle d’une mère de fa­mille dys­fonc­tion­nelle dans Le Clan ex­plore un tout autre re­gistre dans cette sé­rie. Son per­son­nage Chan­tal Trempe, qui ar­rive d’un congé de ma­la­die après une prise d’otage qui a vi­ré au fias­co, est ébran­lée. Or elle ne doit pas lais­ser pa­raître ses émo­tions dans ses échanges avec Alexis Go­din et Ma­rio Cor­mier. Elle est as­sis­tée d’un jeune psy­cho­logue ju­di­ciaire (Lud­ger Beau­lieu) avec qui elle a quelques di­ver­gences idéo­lo­giques.

«Il a fal­lu que je re­tienne mes élans et que je joue dans un contrôle to­tal tout en pen­sant à la chro­no­lo­gie des évé­ne­ments pour ar­ri­ver à un som­met, sans mon­trer mes émo­tions. C’était tout un tra­vail men­tal.»

La co­mé­dienne d’ex­pé­rience n’avait ja­mais joué ce genre de rôle. Pour se pré­pa­rer, elle a ren­con­tré un ami en­quê­teur qui lui a ex­pli­qué un peu les rouages du mé­tier. De­nise Bou­chard confie que le tour­nage a été ex­trê­me­ment in­tense. Pen­dant 60 heures sur quelques jours, ils ont tour­né dans un lieu fer­mé. Elle était dans un pe­tit bu­reau à par­ler au té­lé­phone avec les ra­vis­seurs.

«Je n’ai ja­mais vé­cu ça sur un pla­teau. C’était scène après scène pen­dant dix heures de temps», a com­men­té l’ac­trice qui a fait confiance au réa­li­sa­teur Jim Do­no­van. Ce­lui-ci a si­gné aus­si la réa­li­sa­tion du Clan.

On re­trouve aus­si dans cette sé­rie les ac­teurs Jean-Ni­co­las Ver­reault, Marc La­mon­tagne, Guy Fre­nette, Ra­phaël But­ler, Mat­thew K. Willis­ton, Ka­rène Chias­son, Éric But­ler, An­dré Roy, Hugues Pau­lin, Sa­cha Charles, Ma­rie-Gi­nette Guay et Ch­ris­ti­na Bor­to­lot­ti. Il y a aus­si plu­sieurs fi­gu­rants.

«J’es­père que nos gou­ver­ne­ments vont réa­li­ser que la té­lé­vi­sion de fic­tion en Acadie est bonne. Elle est belle et il fau­drait qu’ils nous ap­puient plus dans nos dé­marches. On ne peut pas pas­ser à cô­té de ça», conclut Mme Bou­chard.

Le siège se­ra dif­fu­sé sur ARTV les sa­me­dis du 21 oc­tobre au 4 no­vembre à rai­son de deux épi­sodes par se­maine. La sé­rie pren­dra l’an­tenne de Ra­dio-Ca­na­da les lun­dis à 22h à comp­ter du 6 no­vembre, ain­si que sur Tou.tv. L’au­teur Pierre-Marc Drouin a été ac­com­pa­gné de Re­née Blan­char et de Jo­hanne La­rue comme conseillère à la scé­na­ri­sa­tion.

– Gra­cieu­se­té

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.