«Très en co­lère» ou «ex­trê­me­ment heu­reux»

Acadie Nouvelle - - ACTUALITÉS -

Le mi­lieu des af­faires n’a pas tar­dé à ré­agir à cette hausse sa­lée, jeu­di après-mi­di. Le porte-pa­role de la Fé­dé­ra­tion ca­na­dienne de l’en­tre­prise in­dé­pen­dante (FCEI), LouisP­hi­lippe Gau­thier, n’y est pas al­lé de main morte.

« La hausse des coûts n’est en fait pas liée à une aug­men­ta­tion des ac­ci­dents du tra­vail, mais au dé­ra­page du ré­gime d’in­dem­ni­sa­tion. Les pro­prié­taires d’en­tre­prise sont exas­pé­rés et très en co­lère», a-t-il af­fir­mé dans un com­mu­ni­qué de presse.

Son confrère Tho­mas Raf­fy, PDG du Con­seil éco­no­mique du Nou­veau-Bruns­wick (CÉNB), a lui aus­si ré­agi né­ga­ti­ve­ment aux hausses pré­vues pour 2019.

«Il s’agit d’une aug­men­ta­tion dra­ma­tique à la­quelle beau­coup d’en­tre­prises ne sont pas né­ces­sai­re­ment prêtes.»

L’his­toire est très dif­fé­rente du cô­té de la Fé­dé­ra­tion des tra­vailleurs et tra­vailleuses du Nou­veau-Bruns­wick (FTTNB). Son pré­sident, Pa­trick Col­ford, voit d’un bon oeil le taux moyen an­non­cé jeu­di par Tra­vail sé­cu­ri­taire NB.

«La Fé­dé­ra­tion et nos af­fi­liés sont ex­trê­me­ment heu­reux de voir que l’on a réa­li­sé le vrai coût de l’aide ap­por­tée aux tra­vailleurs bles­sés», a-t-il af­fir­mé à l’Acadie Nou­velle.

Il es­time que cette hausse pous­se­ra peut-être des em­ployeurs à adop­ter des me­sures pour faire di­mi­nuer la fré­quence des ac­ci­dents en mi­lieu de tra­vail.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.