Mais où donc loge l’in­to­lé­rance?

Acadie Nouvelle - - MON OPINION - Dr Paul Doyon, psy­cho­logue Ris­ti­gouche Sud-Est, Qc

La pe­tite mu­ni­ci­pa­li­té de Chip­man a dû re­ti­rer le fa­meux dra­peau «hé­té­ro» que le con­seil mu­ni­ci­pal avait dé­ci­dé à l’una­ni­mi­té de his­ser, après avoir dû­ment fait flot­ter le dra­peau arc-en-ciel de la com­mu­nau­té LGBTQ+.

Dans son ar­ticle du 23 oc­tobre der­nier, Si­mon De­lattre af­firme que «l’af­faire a scan­da­li­sé M. Charles MacDou­gall de Monc­ton, co­or­don­na­teur de la Ri­vière de la Fier­té du Grand Monc­ton. Ce der­nier es­time que der­rière les ap­pels à re­ven­di­quer son hé­té­ro­sexua­li­té, se cache bien sou­vent un fort re­lent d’ho­mo­pho­bie.» Non, mais quelle ma­ni­fes­ta­tion de mau­vaise foi évi­dente! De plus, ce dra­peau se­rait vu comme un dra­peau «an­ti­mi­no­ri­tés»! Et plus loin, dans son ar­ticle du 27 oc­tobre, Pa­trick La­celle écrit que Na­tha­lie Chias­son, pré­si­dente de la Com­mis­sion des Droits de la Per­sonne du Nou­veau-Bruns­wick af­firme «que le vil­lage (Chip­man) au­rait dû de­man­der con­seil à son or­ga­nisme» avant d’agir; or­ga­nisme qu’elle di­rige bien sûr!

De tels pro­pos dé­passent l’en­ten­de­ment. Donc, les pe­tits conseils mu­ni­ci­paux de pro­vince ne de­vraient ja­mais faire l’er­reur de prendre des ini­tia­tives de leur propre chef, sans consul­ter les «élites» de la ca­pi­tale. Je n’en re­viens tou­jours pas. Mais je pose donc la ques­tion: de quel cô­té se trouve l’in­to­lé­rance, je vous le de­mande!

La pe­tite mu­ni­ci­pa­li­té a dû re­ti­rer son dra­peau «suite à la ré­ac­tion du pu­blic et ils (les con­seillers) dé­noncent au pas­sage les at­taques per­son­nelles, les me­naces et le cy­be­rhar­cè­le­ment» (Si­mon De­lattre, 23 oc­tobre). Eh bien, je me joins à eux au­jourd’hui et dé­nonce ou­ver­te­ment moi aus­si ces «me­naces et le cy­be­rhar­cè­le­ment» dont ils ont été vic­times.

Mais votre jour­nal en ra­joute une couche et jette de l’huile sur le feu en fai­sant dé­bor­der le vase de l’in­to­lé­rance par la pu­bli­ca­tion d’un des­sin (du ca­ri­ca­tu­riste Mi­chael de Ad­der, 27 oc­tobre) dans le­quel on voit les dra­peaux aca­diens, du Nou­veauB­runs­wick, et de la fier­té gaie as­so­ciés au mot «fier­té» et le dra­peau «hé­té­ro» as­so­cié au mot «haine»! Non, mais quelle équa­tion de mau­vais goût! Vrai­ment là, c’en est trop. J’ai tou­jours res­pec­té et ap­pré­cié votre jour­nal; ses ar­ticles, ses ex­cel­lents com­men­taires, etc. N’étant pas moi-même d’ori­gine aca­dienne, votre jour­nal me per­met de mieux com­prendre l’his­toire, la culture et – je di­rais même – l’âme aca­diennes. Mais cette triste ca­ri­ca­ture porte en elle-même le germe de l’in­to­lé­rance et de l’igno­rance. Honte à l’Acadie Nou­velle d’avoir osé pu­blier cette ter­rible image qui as­so­cie sans plus de pro­cès l’hé­té­ro­sexua­li­té à la haine.

Vous sa­vez quoi? Je suis fier d’être hé­té­ro­sexuel, fier d’avoir mis quatre en­fants au monde et d’en avoir éle­ver six. Je n’ai ab­so­lu­ment rien contre les ho­mo­sexuels et la com­mu­nau­té LGBTQ+ et je ne suis sur­tout pas ho­mo­phobe. Plus en­core, je compte par­mi mes ami(e)s des ho­mo­sexuels et les­biennes et eux et elles aus­si sont car­ré­ment scan­da­li­sé(e)s par ce pi­toyable bar­bouillage. Et je n’en­tre­tiens de haine en­vers per­sonne. Je ne suis pas non plus un su­pré­ma­ciste blanc. Est-ce as­sez clair?

Bra­vo en­core aux membres du con­seil mu­ni­ci­pal de Chip­man d’avoir osé ce geste pu­re­ment dé­mo­cra­tique et – je di­rais même – in­clu­sif. Mais je suis tel­le­ment dé­çu que vous ayez été contraint d’ab­di­quer suite aux me­naces de cer­tains bien-pen­sants de la com­mu­nau­té LGBTQ+ et cer­taines élites qui se per­mettent de ju­ger les autres. Mais sur­tout, honte à l’Acadie Nou­velle d’avoir osé pu­blier cette ca­ri­ca­ture qui sème la dis­corde.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.