MA­RI­LOU: «JE PRENDS LES COM­MANDES»

Allô Vedettes - - SOMMAIRE -

Au mois d’août der­nier, Ma­ri­lou et Alexandre Cham­pagne an­non­çaient leur sé­pa­ra­tion après trois ans de ma­riage. Deux mois à la suite de cette an­nonce, la jeune femme d’af­faires re­prend le flam­beau de l’en­tre­prise Trois fois par jour et tente de s’ac­cli­ma­ter à sa nou­velle vie.

Au prin­temps pro­chain, cette pe­tite en­tre­prise cé­lé­bre­ra son cin­quième an­ni­ver­saire. Pour la femme de 27 ans, ce se­ra une fête bien simple: «On est dans une pé­riode de chan­ge­ment. Je prends les com­mandes. C’est une fête qui se fe­ra dans l’hu­mi­li­té. Je suis fière que ça fasse cinq ans et je suis fière de voir com­ment on a fait les choses.» En en­tre­vue à l’émis­sion En mode Salvail, Ma­ri­lou af­fir­mait être mal à l’aise avec l’opi­nion des gens sur sa rup­ture: « Le monde pense que je suis mal­heu­reuse en ce mo­ment ou qu’Alex est mal­heu­reux en ce mo­ment. Parce que, tech­ni­que­ment, ce qu’on a vu d’Alex et moi était vrai. Mais le fait de se faire dire: “Vous êtes par­faits, vous êtes beaux, vous avez une com­pli­ci­té rê­vée”, ça in­fluence beau­coup les choix de vie. Sur­tout pour moi, parce que je suis très sen­sible.»

Elle a même dit lors de cette pre­mière en­tre­vue té­lé­vi­sée de­puis leur sé­pa­ra­tion que cet évé­ne­ment les a rap­pro­chés: « Pour nous, c’est la fa­çon de nous rap­pro­cher da­van­tage. Le fait de ne plus avoir cette pres­sion-là nous per­met de par­ta­ger beau­coup plus de choses. Je l’ap­pelle en­core quand j’ai des ques­tions sur Trois fois par jour ou sur notre fille. Nous for­mons en­core une bonne équipe.» D’ailleurs, il ne faut pas croire que cette si­tua­tion vien­dra frei­ner les pro­jets de l’en­tre­prise: «Je veux sta­bi­li­ser le tout. J’ai trou­vé que les trois pre­mières an­nées ont été ex­plo­sives. Je suis ac­tuel­le­ment en train de re­tom­ber sur mes pattes et de re­prendre l’en­tre­prise. C’est beau­coup d’in­ves­tis­se­ment en temps, mais aus­si sur le plan émo­tif.» Il n’était pas non plus ques­tion pour Ma­ri­lou de re­pous- ser des pro­jets pen­dant que la pous­sière re­tombe: «Nous n’au­rions rien re­pous­sé. D’ailleurs, Alex et moi écri­vons notre pro­chain livre en­semble. Nous avons beau­coup de plai­sir. C’est le pro­jet pour le­quel nous avons le plus de plai­sir, peut-être parce que nous avons moins de pres­sion sur notre vie per­son­nelle. Nous sommes vrai­ment contents.»

Lors de notre en­tre­vue, elle a confié être tou­chée par les mots de ré­con­fort du pu­blic: «J’ai ap­pris avec les ré­seaux so­ciaux qu’il faut en prendre et en lais­ser quand c’est po­si­tif et né­ga­tif.

«Je suis ac­tuel­le­ment en train de re­tom­ber sur mes pattes.»

Je re­pose mon bonheur sur ce­lui de ma fille, de mes proches, d’Alex. Je veux m’as­su­rer que ce noyau soit so­lide. Le reste, c’est du gros bo­nus, comme une tape sur l’épaule. C’est ré­con­for­tant et doux pour l’âme.»

«MON âME A BE­SOIN DE CALME» En avril 2002, Ma­ri­lou se fai­sait connaître du grand pu­blic en in­ter­pré­tant «Ce n’était qu’un rêve» à La Fu­reur de Cé­line. Il y a donc 15 ans que la chan­teuse fait car­rière: «On di­rait que c’est trois vies. J’ai 27 ans et j’ai l’im­pres­sion d’avoir le ba­gage d’une per­sonne de 45 ans.ans C’est dif­fi­dif­fi cile pour moi de faire un bi­lan, car je suis dans le feu de l’ac­tion. Je crois que j’ar­rive près du mo­ment où je pour­rai m’as­seoir et dé­can­ter ma vie. Je vais avoir un por­trait glo­bal pour éva­luer ce qui s’est pas­sé pour moi et l’im­pact que ça a eu.»

En 15 ans, elle a tout de même si­gné une en­tente avec So­ny, as­su­ré les pre­mières par­ties de Ga­rou, lan­cé quatre al­bums, chan­té dans Notre Dame de Pa­ris en France et mis sur pied l’en­tre­prise Trois fois par jour avec des ma­ga­zines, des livres,livres des cap­sules vi­déo,vi­déo une sé­rie pour Vé­ro.TV ain­si qu’une bou­tique en ligne: «J’ai vé­cu beau­coup de choses en 15 ans. J’ai même vé­cu un ma­riage et un di­vorce. Je pense que c’était né­ces­saire que je le vive à ce mo­ment-là. Les échecs et les réus­sites sont né­ces­saires. J’ap­prends beau­coup de tout ça. Je pense que mes 30 ans se dé­rou­le­ront à un rythme plus rai­son­nable.»

En ef­fet, Ma­ri­lou nous a confié au cours de cet en­tre­tien qu’elle sou­haite re­pla­cer ses prio­ri­tés dans le bon ordre et di­mi­nuer la ca­dence: «Je me rends compte que c’est la mau­vaise par­tie de moi qui vou­drait que ça conti­nue à ce rythme. Il y a une par­tie qui nour­rit mon ego, mais mon âme a be­soin de calme. J’ai be­soin de me va­lo­ri­ser pour qui je suis, pour la mère que je suis et pour la femme que je suis. Alex est le père de ma fa­mille. On a une belle re­la­tion et on a une vie pour peau­fi­ner cette nou­velle forme de re­la­tion. Si j’ai quel­qu’un d’autre dans ma vie, je veux prio­ri­ser ça aus­si. Je pense que c’est juste sain.»

Ma­ri­lou est une per­sonne lu­mi­neuse qui a vé­cu beau­coup de choses au cours de la der­nière dé­cen­nie.

Jeanne, bien­tôt deux ans, pro­fite de l’au­tomne et des der­niers mo­ments à Bou­cher­ville avant que la mai­son ne soit ven­due.

Son ex, Alexandre Cham­pagne, lui a sou­hai­té de mer­veilleux voeux pour son 27e an­ni­ver­saire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.