Hol­ly­wood en émoi

Allô Vedettes - - SOMMAIRE - Luc De­non­court

Le 5 oc­tobre der­nier, le a fait pa­raître un texte qui a eu l’ef­fet d’une bombe sur Hol­ly­wood alors que des al­lé­ga­tions de viol et de har­cè­le­ment sexuel pèsent sur le pro­duc­teur Har­vey Wein­stein. Cinq jours plus tard, le New Yor­ker a pu­blié un autre ar­ticle sur cette his­toire.

À ce jour, c’est plus d’une tren­taine de femmes qui ont pris la pa­role contre le co­fon­da­teur de Mi­ra­max. Cette so­cié­té est der­rière le suc­cès des films Le pa­tient an­glais, Fic­tion pul­peuse ou en­core Kill Bill.

Une des pre­mières per­son­na­li­tés à avoir dé­non­cé l’homme de 65 ans est Ash­ley Judd, qui af­firme que ce der­nier l’a fait mon­ter dans sa chambre d’hô­tel où il l’a re­çue en robe de chambre. Il lui au­rait alors de­man­dé s’il pou­vait la mas­ser ou si elle pou­vait le re­gar­der prendre sa douche. Dans le même ar­ticle du New York Times, en plus des té­moi­gnages de quelques as­sis­tantes de ce monstre, l’ac­trice Rose McGo­wan joint sa voix à celle des autres femmes. Elle ra­conte la même his­toire qu’Ash­ley Judd et qu’il lui au­rait of­fert 100 000 $ pour qu’elle se taise.

Dans le New Yor­ker, cinq jours plus tard, plu­sieurs autres femmes ont té­moi­gné des agis­se­ments af­freux de cet homme. Em­ma de Caunes ra­conte qu’elle a vu Har­vey com­plè­te­ment nu: «J’ai en­ten­du la douche cou­ler dans la salle de bain. Il est en­suite sor­ti de la douche, nu, le sexe en érec­tion. Il m’a de­man­dé de m’al­lon­ger sur le lit et m’a ex­pli­qué que beau­coup d’autres l’ont fait avant moi.» Ro­san­na Ar­quette au­rait dé­jà re­fu­sé les avances du pro­duc­teur, mais ce­lui-ci lui au­rait ré­tor­qué: «Ro­san­na, tu fais une grosse er­reur.» Mi­ra Sor­vi­no a dé­jà été ap­pe­lée au beau mi­lieu de la nuit par ce der­nier: «J’ai pa­ni­qué et j’ai ap­pe­lé un ami pour lui de­man­der de ve­nir et de pré­tendre qu’il était mon pe­tit ami. Quand Wein­stein est ar­ri­vé, j’ai ou­vert la porte, ter­ri­fiée, je lui ai dit que mon co­pain dor­mait chez moi, il s’est dé­cou­ra­gé et est par­ti.» An­ge­li­na Jo­lie et Gwy­neth Pal­trow ont éga­le­ment fait une sor­tie contre le pro­duc­teur.

Dans les jours qui ont sui­vi la pu­bli­ca­tion de ces deux ar­ticles, des ac­trices et plu­sieurs autres em­ployés de Har­vey ont dé­non­cé ses agis­se­ments. Hea­ther Gra­ham a même af­fir­mé au Va­rie­ty que l’homme lui avait par­lé d’un ar­ran­ge­ment avec sa femme: «Il m’a ex­pli­qué qu’il avait un ac­cord avec sa femme. Il pou­vait cou­cher avec qui il vou­lait quand il était en dé­pla­ce­ment. Je suis sor­ti de la réunion mal à l’aise.» Ca­ra De­le­vingne a ra­con­té sur Ins­ta­gram que Wein­stein sou­hai­tait qu’elle em­brasse une autre

femme: «En ar­ri­vant dans la chambre, j’ai d’abord été ras­su­rée en voyant qu’une autre femme était pré­sente. Il nous a de­man­dé de nous em­bras­ser et elle a com­men­cé à l’agui­cher.» L’ac­trice Léa Sey­doux a éga­le­ment té­moi­gné au Guar­dian: «Nous par­lions sur le ca­na­pé quand il a sau­té sur moi et a es­sayé de m’em­bras­ser. J’ai dû me dé­fendre. Il est grand, et gros, alors j’ai dû ré­sis­ter vi­gou­reu­se­ment. Je suis par­tie, com­plè­te­ment dé­goû­tée, mais je n’ai ce­pen­dant ja­mais eu peur de lui, car je sa­vais dès le dé­but à qui j’avais af­faire.»

En 2005, Court­ney Love avait ten­té d’aver­tir les femmes des agis­se­ments de Har­vey Wein­stein. TMZ a même dif­fu­sé une vi­déo où la chan­teuse est in­ter­viewée sur un ta­pis rouge. La jour­na­liste lui de­mande: «Avez-vous un conseil pour une jeune fille qui veut ve­nir s’ins­tal­ler à Hol­ly­wood?» Ce à quoi Court­ney Love ré­pond aus­si­tôt: «Je se­rais pour­sui­vie en dif­fa­ma­tion si je le di­sais... Si Har­vey Wein­stein vous in­vite à une fête pri­vée au Four Sea­sons, n’y al­lez pas.»

UN MOT-CLIC QUI FAIT Ré­AGIR L’ac­trice Alys­sa Mi­la­no a in­ci­té toutes les femmes vic­times de har­cè­le­ment sexuel à uti­li­ser le mot-clic #Me­Too ou #MoiAus­si. «Si vous avez été har­ce­lée ou agres­sée sexuel­le­ment, écri­vez “moi aus­si” dans votre ré­ponse à ce tweet» , a écrit la jeune star sur son compte Twit­ter. Ce mou­ve­ment a pris de l’am­pleur très ra­pi­de­ment sur la scène in­ter­na­tio­nale. Le mot-clic a en ef­fet été en haut du clas­se­ment des su­jets les plus chauds de la fin de se­maine. D’ailleurs, plu­sieurs per­son­na­li­tés qué­bé­coises ont uti­li­sé le mot-clic au cours des der­niers jours, comme vous pour­rez le lire en pages 14 et 15.

L’ac­trice Ma­rion Co­tillard a aus­si fait une sor­tie sur son compte Ins­ta­gram lun­di der­nier, où elle in­vite les femmes à dé­non­cer ces gens qui sont beau­coup trop nom­breux en­core à ce jour: « Plus d’une fois, au cours de ma car­rière, j’ai été con­fron­tée à une si­tua­tion dans la­quelle j’ai dû évi­ter des pré­da­teurs. Toutes les femmes cou­ra­geuses qui ont pris la pa­role ouvrent, je l’es­père, un nou­veau cha­pitre. J’ai beau­coup de res­pect pour elles et je les sou­tiens de tout mon coeur. Il est temps de dé­cons­truire un sys­tème hor­ri­fiant. Il est temps que les femmes ET les hommes dé­noncent ce­la si fort que nous puis­sions créer un pro­fond chan­ge­ment et que ces choses hor­ribles n’ar­rivent plus ja­mais. Il est temps de faire notre exa­men de conscience et de nous de­man­der jus­qu’où nous al­lons to­lé­rer ces abus. Il est temps de gué­rir. »

32 dé­non­cia­tions à ce jour.

Sa femme, Geor­gi­na Chap­man, a of­fi­ciel­le­ment

de­man­dé le di­vorce. Hilla­ry Clin­ton et Ba­rack Oba­ma sont dé­goû­tés par les agis­se­ments de Wein­stein. An­ge­li­na s’est tou­jours mé­fiée de lui et elle a aver­ti les gens de son en­tou­rage de s’en éloi­gner.

Alors que Gwy­neth sor­tait avec Brad, ce der­nier avait pris sa dé­fense contre Wein­stein.

Court­ney Love Jen­ni­fer La­wrence Jes­si­ca Chas­tain Le­na Dun­ham Ma­rion Co­tillard

Brie Lar­son Rose McGo­wen

Pa­tri­cia Ar­quette

Ro­san­na Ar­quette a re­fu­sé les avances de Har­vey Wein­stein en lui lan­çant: «Je ne se­rai ja­mais cette fille.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.