«La jeune mil­lion­naire» nie tout!

Éliane Ga­mache La­tou­relle ac­cu­sée de toutes parts

Allô Vedettes - - SOMMAIRE -

Celle qu’on sur­nom­mait «la jeune mil­lion­naire » est dans de beaux draps de­puis le 24 jan­vier, jour où l’ar­ticle de Na­tha­lie Pe­trows­ki a fait les man­chettes. Or, la si­tua­tion ne semble pas vou­loir s’amé­lio­rer.

Le livre ra­con­tant son as­cen­sion vers la ri­chesse est sor­ti en 2014. De­puis, la phar­ma­cienne et confé­ren­cière a vu sa po­pu­la­ri­té gran­dir, si bien que ses ser­vices dans le monde du coa­ching ont pris de l’am­pleur. Éliane di­sait vou­loir ai­der ses clients (qui dé­bour­saient en moyenne 5 000 $ an­nuel­le­ment pour avoir ac­cès à ses conseils) à de­ve­nir mil­lion­naires, eux aus­si. Rap­pe­lons que quelques per­sonnes l’ac­cusent au­jourd’hui d’être une im­pos­trice: elle crou­le­rait sous les dettes, vi­vrait à cré­dit et au­rait floué cer­tains clients. L’en­tre­pre­neure Ariane Leduc l’ac­cuse éga­le­ment de fausse re­pré­sen­ta­tion pour lui avoir ven­du l’en­tre­prise L’Ac­ti­va­trice, sans l’in­for­mer qu’elle était dé­fi­ci­taire.

De­puis le re­por­tage de La Presse ré­vè­lant qu’elle ne se­rait pas celle qu’elle pré­tend, Éliane Ga­mache La­tou­relle tente de se dé­fendre par l’en­tre­mise des ré­seaux so­ciaux.

San­té pré­caire? Pour­tant, l’ex-amou­reuse du co­mé­dien Joey Scar­pel­li­no per­siste à nier les al­lé­ga­tions. Elle a tout d’abord pu­blié sur Fa­ce­book un té­moi­gnage ex­pli­quant qu’elle n’a rien à se re­pro­cher, si ce ne sont que quelques er­reurs sans consé­quence: «Je ne suis pas par­faite. J’ai clai­re­ment fait des er­reurs dans mon par­cours […] mais je sais aus­si que j’ai eu une in­fluence po­si­tive si­gni­fi­ca­tive dans la vie de plu­sieurs autres.» Éliane a aus­si

in­sis­té sur le fait qu’Ariane Leduc lui en vou­drait parce qu’elle n’au­rait pas vou­lu ra­che­ter l’en­tre­prise qu’elle lui avait ven­due. Elle se se­rait alors mise à “com­plo­ter” avec Na­tha­lie Pe­trows­ki pour sa­lir sa ré­pu­ta­tion.

Ce qui est éton­nant est que la Qué­bé­coise re­fuse d’ac­cor­der des en­tre­vues de­puis le mois de dé­cembre, pré­tex­tant qu’elle est trop ma­lade: «Ma san­té men­tale et phy­sique en a pris un coup du­rant la der­nière an­née.» Plu­sieurs pensent que c’est la seule échap­pa­toire qu’elle au­rait trou­vée pour ne pas af­fron­ter la tem­pête, puis­qu’elle a pour­tant eu la force de don­ner quelques confé­rences en dé­cembre.

Une lettre adres­sée à GUy a. le­paGe Le 28 jan­vier der­nier, la jour­na­liste Na­tha­lie Pe­trows­ki et l’en­tre­pre­neure Ariane Leduc étaient in­vi­tées sur le pla­teau de Tout le monde en parle. Elles nous ap­pre­naient qu’une quin­zaine de per­sonnes en­vi­ron se disent flouées par le men­to­rat d’Éliane. Mais sur­tout, qu’elles au­raient été trou­blées par leur ren­contre avec la jeune femme. « Elle pou­vait être sé­dui­sante avec elles, puis tout à coup très dure et hu­mi­liante» , a ex­pli­qué Pe­trows­ki. Éliane Ga­mache La­tou­relle au­rait aus­si de­man­dé à quelques clients d’in­ves­tir dans ses propres en­tre­prises, dont le Shack San­té qu’elle dé­te­nait à l’époque avec Scar­pel­li­no et qui a fait faillite. Bonne joueuse, la jour­na­liste a aus­si men­tion­né que ce n’est pas tous les clients d’Éliane qui étaient dé­çus des ser­vices re­çus: «J’ai par­lé à une femme pro­prié­taire d’une en­tre­prise de ca­ba­nons qui a été enchantée par sa col­la­bo­ra­tion avec Éliane.»

Au len­de­main de la dif­fu­sion, la phar­ma­cienne a pu­blié sur sa page Fa­ce­book un très long texte adres­sé di­rec­te­ment à Guy A. Le­page, l’ani­ma­teur de l’émis­sion. Elle sous-en­tend que mon­sieur Le­page au­rait été mal­hon­nête, re­fu­sant d’ad­mettre qu’il ne croyait pas ses in­vi­tés: «Vous voyez Guy, je ne crois pas et je sais très bien que vous aus­si vous ne croyez pas un ins­tant que ma­dame Pe­trows­ki a fait une en­quête ob­jec­tive […] J’ai fa­ci­le­ment re­mar­qué que vous n’avez pas cru Ariane un ins­tant… qu’elle men­tait. Pre­nez le temps de bien re­mar­quer en re­vi­sion­nant l’en­re­gis­tre­ment que Na­tha­lie ré­pon­dait pour elle […] J’adore les gens et je veux ai­der les femmes à réus­sir. Guy, vous sa­vez clai­re­ment que je me suis en­tou­rée d’un or­ga­nisme spé­cia­li­sé contre l’in­ti­mi­da­tion et toutes formes d’agres­sions…»

La jeune femme n’a pas man­qué d’ex­pli­quer éga­le­ment le mal que cette nou­velle a créé au sein de sa fa­mille: «Sa­viez-vous que mon père est dé­cé­dé il n’y a pas long­temps? Sa­viez-vous que ma mère vit en­core son deuil, en plus de cette grande in­jus­tice et ce grand choc à mon égard?»

sa mai­son d’édi­tion à la res­coUsse Per­sonne ne semble se por­ter à la dé­fense de la jeune femme, si ce n’est l’au­teur Marc Fi­sher – se­lon sa page Fa­ce­book, il por­te­ra plainte sous peu contre Na­tha­lie Pe­trows­ki au Con­seil de dé­on­to­lo­gie jour­na­lis­tique – ain­si que la mai­son d’édi­tion (Un monde dif­fé­rent) où a été pu­blié son livre. Celle-ci a éga­le­ment ré­agi via les ré­seaux so­ciaux: «Évi­dem­ment, nous n’avons pas exi­gé de bi­lan “au­di­té” à sa­voir si elle était mil­lion­naire ou non […] Mais elle était bel et bien co­pro­prié­taire de cinq phar­ma­cies au mo­ment de la si­gna­ture du contrat […] ain­si que la nièce d’un des fon­da­teurs du Cirque du So­leil.»

La jour­na­liste Na­tha­lie Pe­trows­ki, en com­pa­gnie d’Ariane Leduc et de Maxime La­cha­pelle. Leur couple au­rait failli écla­ter à cause de cette his­toire.

Son couple for­mé avec Joey Scar­pel­li­no fut bref…

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.