Élyse Marquis: «Je risque plus»

On a vu peu sou­vent la co­mé­dienne de­puis 30 vies. Mais voi­là qu’Élyse Marquis joue dans Trop sur les ondes de Vé­ro.tv. De plus, elle re­pren­dra l’ani­ma­tion de l’émis­sion Les Chefs! dans quelques mois.

Allô Vedettes - - SOMMAIRE - Luc De­non­court

L.D.: Avec ce nou­veau rôle dans Trop, ai­me­rais-tu re­ve­nir au jeu de plus en plus? É.M.: «J’ai­me­rais ça. Ça vien­dra peut-être après la dif­fu­sion de Trop. Je suis très ou­verte. J’ai­me­rais re­jouer, mais je ne force rien. De plus, on va tour­ner Les Chefs! sous peu.» Parle-nous de ton per­son­nage… «J’in­ter­prète la psy­cho­logue de Marc-An­toine, le per­son­nage

«Alice est une pre­mière de classe.»

d’Éric Bru­neau. La réa­li­sa­trice nous per­met­tait d’im­pro­vi­ser un peu. Nous avons eu du plai­sir toute la jour­née et ça a vrai­ment cli­qué.» L’an der­nier, tu étais de re­tour avec l’équipe de l’émis­sion Les Chefs!, qui a connu un grand suc­cès. Es-tu heu­reuse de ce re­tour-sur­prise? «Je n’en re­ve­nais pas lors­qu’ils m’ont ap­pe­lée. Do­mi­nique Cha­loult a eu beau­coup de cran. Elle nous avait dit que c’était un test et ça a bien fonc­tion­né. Nous avons fait cette sai­son dans le plai­sir. Nous ne nous étions pas mis de pres­sion, nous vou­lions seule­ment faire le mieux pos­sible. C’est com­plexe d’éta­blir l’ho­raire des chefs, car ils tra­vaillent par­tout, mais ils font beau­coup de conces­sions parce qu’ils aiment ça.» Es-tu meilleure cui­si­nière? «Oh, oui. Je ne suis pas une grande cui­si­nière comme à l’émis­sion Les Chefs!, tou­te­fois, je cui­sine da­van­tage. Ils m’ont por­tée à épi­cer mes re­cettes da­van­tage et à prendre un peu plus de risques. Au­pa­ra­vant, je jouais la pru­dence. Main­te­nant, s’il me manque un in­gré­dient, j’ef­fec­tue des es­sais.» Ta fille, Alice, a par­ti­ci­pé à l’aven­ture Ma­ry Pop­pins. Sou­haite-telle conti­nuer dans le do­maine? «Elle fait beau­coup de dou­blage et, si je n’en re­fu­sais pas, elle en au­rait tous les soirs. Elle a ré­cem­ment dou­blé un film dans le­quel elle tient le rôle prin­ci­pal. Je vois qu’elle se réa­lise beau­coup là-de­dans. Elle peut jouer des émo­tions. Elle a ado­ré le théâtre, mais c’est plus exi­geant et ce n’est pas su­per pour la fa­mille. Tou­te­fois, s’il y a une autre oc­ca­sion, je di­rai oui parce qu’elle aime trop ça.» Est-ce com­plexe de conju­guer études et tra­vail? «Alice est une pre­mière de classe. Elle fai­sait Ma­ry Pop­pins et ob­te­nait des 100 % dans ses exa­mens. Je pense que c’était trop. Elle fai­sait de l’an­xié­té de per­for­mance et de­vait être bonne par­tout. J’ai de­man­dé de moins grandes notes et moins de pro­jets. On a bais­sé les at­tentes sco­laires. On ne vise pas de notes. Il faut bien étu­dier et faire de son mieux.» À quoi ont res­sem­blé tes Fêtes? «On a tou­jours un Noël avec Marc [Dé­ry], Alice et ma mère. Marc et moi ne sommes pas re­ve­nus en­semble, mais nous sommes de­meu­rés de bons amis. Nous nous par­lons tous les jours. C’est par­fait pour Alice. Nous avons été 17 ans en­semble et nous n’avons pas eu de chi­cane. Nous avons aus­si eu un Noël chez Joël Le­gendre et sa fa­mille. Les ju­melles sont le centre de notre at­ten­tion. Nous sommes al­lés éga­le­ment dans la fa­mille de mon père. J’ai eu plein de pe­tites soi­rées avec des gens que j’aime.»

De­puis sa par­ti­ci­pa­tion à l’émis­sions Les Chefs!, Élyse cui­sine da­van­tage.

Avec ses col­lègues de la té­lé­sé­rie Trop. Avec sa fille, Alice.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.