PoUr l’en­seI­gne­Ment

Allô Vedettes - - ENTREVUE - Luc De­non­court

De­puis quelques an­nées, Fran­çois Ché­nier écrit des pièces pour le théâtre. Cet été, on peut d’ailleurs voir sa créa­tion Fais-toi une belle vie. Le co­mé­dien en­seigne éga­le­ment dans un pro­gramme arts-études.

L.D.: De­puis quelques se­maines, on peut te voir dans une de tes créa­tions; d’où t’es ve­nue l’idée de dé­part? F.C.: «C’est Guillaume [ Le­mayT­hi­vierge] qui m’a ap­pe­lé pour pro­duire une pièce de théâtre. On a cher­ché une pièce, mais comme on n’en trou­vait pas, je lui ai pro­po­sé une idée que j’avais et il a tout de suite em­bar­qué.» Yves Des­ga­gnés en fait la mise en scène; comment était-ce de tra­vailler avec lui? «J’ai tra­vaillé avec Yves il y a plus de 20 ans et on a fait deux ou trois pièces en­semble au dé­but des an­nées 1990. Il m’a ai­dé avec son ta­lent de script-édi­teur. J’avais une bonne idée d’où j’al­lais, mais il a don­né une di­rec­tion à la pièce et sou­li­gné ses forces.» De­puis quelques an­nées, on peut te voir dans La­dies Night, où chaque soir des cen­taines de filles sifflent les co­mé­diens. Comment le vis-tu de­puis la scène? «À part Guillaume, dans ce show, nous ne sommes pas des pé­tards et ça crie comme si on était au [ club de strip­tea­seurs] 281! Elles tombent en amour avec les per­son­nages et leurs dé­fauts. C’est un mi­roir, en même temps, car les femmes y voient leurs chums. C’est une si­tua­tion su­per ga­gnante.» Tu écris pour le théâtre de­puis quelque temps; comment est ve­nu le be­soin de créer des pièces? «C’est ve­nu du be­soin d’être mon propre boss à un mo­ment don­né. J’ai­mais beau­coup les tour­nages comme Su­bi­to tex­to, mais il y a une part de créa­tion en moi qui était moins sa­tis­faite. L’écri­ture est ar­ri­vée au bon mo­ment. J’ai com­men­cé avec Mi­chel Charette au Théâtre des Hi­ron­delles et c’est de­ve­nu plus na­tu­rel pour moi.» La pièce Fais-toi une belle vie se­ra en tour­née; est-ce que tu au­ras tout de même un peu de va­cances? «Je n’en ai pas tel­le­ment eu cet été. L’été pro­chain, j’ef­fec­tue­rai mon re­tour avec Mi­chel au Théâtre des Hi­ron­delles, alors qu’on fe­ra un texte et une mise en scène en­semble. Ça va nous lais­ser plus de temps libre du­rant l’été puis­qu’on ne joue­ra pas dans la pièce.» Est-ce que tes en­fants viennent voir la pièce? «Oui et ils viennent de­puis les dé­buts. Ils ont pas­sé beau­coup de temps dans les cou­lisses de La­dies Night avec les en­fants de Guillaume et de Mar­cel. Ils ont vu des choses qu’ils ne de­vraient pas voir à leur âge! Ils sont ha­bi­tués aux cou­lisses.» Est-ce que tu sens qu’ils ont le dé­sir de suivre vos traces, à Catherine et toi? «J’en­seigne à La­val dans une école se­con­daire pour un pro­gramme arts-études. Mes deux en­fants y sont ins­crits. J’ai été en­ga­gé à cette école au même mo­ment où on pen­sait ins­crire notre fille dans ce pro­gramme. Il y a un band de 40 étu­diants qui font de la musique, ain­si que des co­mé­diens et des chan­teurs. Mon fils, qui est en pre­mière se­con­daire dé­bute, alors que ma fille, qui est en qua­trième se­con­daire, fait de grosses pro­duc­tions avec le groupe avan­cé. Elle chante su­per bien tan­dis que mon fils est ca­pi­taine de son équipe d’im­pro. C’est sûr que je se­rais éton­né s’ils al­laient en phy­sique nu­cléaire!» Aimes-tu être en­sei­gnant? «C’est fan­tas­tique! J’aime beau­coup mes étu­diants. Si je n’avais pas été co­mé­dien, j’au­rais ai­mé être pro­fes­seur. Mes deux frères sont profs, mon père est prof, mes beaux­pa­rents l’étaient.» On peut voir Fran­çois Ché­nier dans la pièce Fais-toi une belle vie aux cô­tés de Char­lie Le­may-Thi­vierge, Guillaume Le­may-Thi­vierge, Émi­ly Bé­gin et Sandrine Bis­son. Vi­si­tez fais­toiu­ne­bel­le­vie.ca.

Leurs en­fants suivent leurs traces. Fran­çois Ché­nier avec sa conjointe, Catherine La­chance, et leurs deux en­fants en 2016.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.