La grande bles­sure de Sal­ly Field

À 71 ans, l’ac­trice pu­blie­ra bien­tôt son au­to­bio­gra­phie. On y trou­ve­ra des dé­tails sur sa vie pro­fes­sion­nelle et des confi­dences au su­jet d’abus dont elle a été vic­time dans le pas­sé.

Allô Vedettes - - SOMMAIRE - Ju­lie Loi­selle

La sor­tie du livre In Pieces est pré­vue pour le 18 sep­tembre. Dans une en­tre­vue au New York Times, celle qu’on a vue dans le film Ma­dame Doubt­fire a tou­te­fois don­né un avant-goût de son ré­cit. Dans la fou­lée des dé­non­cia­tions du mou­ve­ment #MeToo, l’ac­trice, que l’on pour­ra voir cet

Elle a dû su­bir un avor­te­ment au Mexique à 17 ans.

au­tomne dans la sé­rie Ma­niac, fe­ra état du har­cè­le­ment dont elle a été vic­time lors de cer­taines au­di­tions. Elle ra­con­te­ra éga­le­ment son rap­port avec la cé­lé­bri­té: «Lorsque j’ai eu mes pre­miers contrats pro­fes­sion­nels avec Gid­get et La soeur vo­lante, j’ai sen­ti que je ne fai­sais plus par­tie de la nor­ma­li­té. Je ne fai­sais plus par­tie du clan hu­main. J’étais de­ve­nue une cé­lé­bri­té.»

Beau-père sans scru­puLes C’est en 2012, un an après la mort de sa mère, que Sal­ly Field a évo­qué pour la pre­mière fois les abus dont elle a été vic­time dans son en­fance. Son au­to­bio­gra­phie nous en ap­pren­dra par contre da­van­tage. En 1951, la mère de Sal­ly a com­men­cé à fré­quen­ter Jock Ma­ho­ney, un cas­ca­deur et ac­teur sur­nom­mé Jo­cko. «Ça au­rait été tel­le­ment plus fa­cile si mes sen­ti­ments n’avaient pas été am­bi­va­lents, si Jo­cko n’avait été que cruel et ef­frayant. Mais ce n’était pas le cas, a-t-elle écrit dans son livre. Il pou­vait être ma­gique comme le joueur de flûte de Ha­me­lin avec les membres de notre fa­mille, qui le sui­vaient joyeu­se­ment» , ex­plique-t-elle. Elle ajoute que son beau-père la fai­sait ve­nir dans sa chambre et qu’elle se sen­tait à la fois puis­sante et im­puis­sante: «Je sa­vais. Comme une en­fant, je me sen­tais im­puis­sante, et aus­si puis­sante, comme une adulte. Je sen­tais que je pos­sé­dais du pou­voir, mais je vou­lais être une en­fant – et pour­tant.» Le pré­su­mé pé­do­phile au­rait ces­sé d’abu­ser d’elle lors­qu’elle a eu 14 ans.

Trois ans plus tard, à 17 ans, celle qui a au­jourd’hui trois gar­çons dit avoir su­bi un avor­te­ment en se­cret, qui s’est dé­rou­lé au Mexique. Les dé­tails se­raient dé­voi­lés dans le livre.

La droGue et Burt rey­noLds Une autre ré­vé­la­tion éton­nante de l’ac­trice amé­ri­caine concerne sa vie amou­reuse. Elle a ren­con­tré l’ac­teur Burt Rey­nolds, dé­cé­dé le 6 sep­tembre der­nier, sur le tour­nage du film Cours après moi, shé­rif, en 1976. Leur re­la­tion a du­ré cinq ans. En en­tre­vue, Sal­ly Field est re­ve­nue sur la pos­sible consom­ma­tion de drogues de son ex-conjoint: «Il pre­nait du Per­co­dan, des Va­lium et il s’in­jec­tait quelque chose dans la poi­trine.» L’ac­trice af­firme que leur re­la­tion n’était pas saine. Elle croit même qu’elle avait in­cons­ciem­ment re­créé le même type de lien abu­sif qu’elle avait eu avec son beau-père.

C’est à l’âge de 14 ans que son cal­vaire avec son beau-père a pris fin.

Sal­ly et Burt vi­vaient en ap­pa­rence une belle re­la­tion…

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.