La beLLe aven­ture de Jeff bou­dreauLt

Il y a quelques mois, le co­mé­dien Jeff Bou­dreault a dé­ci­dé de s’as­so­cier avec l’équipe de la Mi­cro Bee­mer. Cette dis­til­le­rie a le vent dans les voiles ac­tuel­le­ment, si bien que de belles nou­veau­tés s’an­noncent.

Allô Vedettes - - AFFAIRES - Luc De­non­court

«On y a in­ves­ti plus de deux mil­lions de dol­lars.»

L.D.: Comment se porte l’en­tre­prise Mi­cro Bee­mer? J.B.: «Ça va su­per bien. On y a in­ves­ti plus de deux mil­lions de dol­lars. On a ache­té une nou­velle bâ­tisse beau­coup plus grande. Il y a quelques tra­vaux à faire et on va y ins­tal­ler la dis­til­le­rie sous peu. La mi­cro­bras­se­rie de­meu­re­ra au même en­droit, et une fois que la dis­til­le­rie se­ra ins­tal­lée et que les pro­duits vont sor­tir, on va trans­fé­rer la bras­se­rie au même en­droit. L’an­cien édi­fice ser­vi­ra d’en­tre­pôt.» Concer­nant Dis­trict 31, ton per­son­nage de Jean Brière re­vient de loin après avoir été at­teint par balle. Est-ce qu’il se­ra dif­fé­rent? «Il est un peu plus sur ses gardes et un peu plus chiant. Il a vain­cu les balles. Il doit gar­der ses en­trées avec les po­li­ciers, mais s’il est trop chiant, ça ne fonc­tion­ne­ra pas. Il se­ra un peu plus pré­sent. Comme j’avais plus de dis­po­ni­bi­li­tés, j’ai dit à l’équipe de se lais­ser al­ler.» Quelle se­ra sa re­la­tion avec Yan­nick et Ga­brielle, les nou­veaux ve­nus du dis­trict? «Avec Yan­nick, ça com­mence sur les cha­peaux de roues à cause d’une en­quête dans la­quelle ils ne s’en­ten­dront pas. Ga­brielle, c’est un per­son­nage qui a de la poigne, il dit d’elle qu’elle a une main de fer dans un gant de plomb.» Tu as tour­né dans La dé­rape. Es-tu heu­reux de re­trou­ver le monde de la course par le jeu? «J’avais au­di­tion­né au dé­part pour le per­son­nage de Guy Jo­doin. Le réa­li­sa­teur m’a dit en­suite qu’il al­lait me rap­pe­ler s’il avait quelque chose. Cette an­née, mon per­son­nage y se­ra pour un seul épi­sode, mais par la suite, il se­ra plus pré­sent.» Y joue­ras-tu un pi­lote? «Je fais le pro­prié­taire de l’écu­rie de For­mule 1600. C’est drôle parce que cette an­née, l’équipe de Mi­cra m’a de­man­dé si je vou­lais faire la course du Grand Prix de Trois-Ri­vières le 10 août, et je ne pou­vais pas puisque je tour­nais, mais je ne sa­vais pas à quel en­droit. Fi­na­le­ment, on a tour­né au Grand Prix. C’était drôle, car je connais­sais tout le monde.» Tu t’es ins­tal­lé dans ta nou­velle mai­son, il y a quelques mois. As-tu pu en pro­fi­ter un peu? «J’en ai pro­fi­té en masse. Je vou­lais ter­mi­ner mon pay­sa­ge­ment avant les tour­nages de Dis­trict 31 et j’ai réus­si. Il me reste un pa­tio à faire l’an pro­chain. C’est comme un cha­let pour moi. Lorsque j’ai eu mon cha­let pen­dant 16 ans, mon fun, c’était de tra­vailler sur la mai­son, alors je fais la même chose.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.