Les ter­rains de l’an­cienne raf­fi­ne­rie Shell trouvent pre­neur

Avenir PaT - Montréal-Est - - LA UNE - RALPH-BONET SANON ralph-bonet.sanon@tc.tc

ÉCO­NO­MIE. Sept ans après la fermeture de la raf­fi­ne­rie Shell de Mon­tréal-Est, l’en­tre­prise qui dé­con­ta­mine les im­menses ter­rains lais­sés va­cants, Groupe La­ga­nière, in­suffle un es­poir de ré­dé­ve­lop­pe­ment en pre­nant pos­ses­sion des 228 acres de terres.

Les ter­rains per­met­tront à Groupe La­ga­nière, en­tre­prise éta­blie à Mon­tréal-Est de­puis 55 ans, de pour­suivre [son[ ex­pan­sion et de pré­voir [son] dé­ve­lop­pe­ment fu­tur, af­firme sa di­rec­trice du dé­ve­lop­pe­ment et du mar­ke­ting, Va­lé­rie La­ga­nière, dans une dé­cla­ra­tion com­mune trans­mise à TC Media.

Pour sa part, Shell se ré­jouit d’avoir « at­teint [son] ob­jec­tif en trans­fé­rant [ses] ter­rains va­cants à une en­tre­prise lo­cale et fa­mi­liale, spé­cia­li­sée en éva­lua­tion et ges­tion en­vi­ron­ne­men­tale », dé­clare le di­rec­teur de por­te­feuille pour Shell Im­mo­bi­lier – Amé­riques, Pierre-Oli­vier Si­mard.

La tran­sac­tion et passation of­fi­cielle des pro­prié­tés fut conclue la se­maine der­nière. L’en­tente fut si­gnée le jeu­di 14 dé­cembre et en­re­gis­trée le 15 dé­cembre.

En juin 2016, Shell a mis en vente quatre lots ayant fait l’ob­jet de plu­sieurs offres. To­ta­li­sant près de huit mil­lions de pieds car­rés, ils forment le plus grand site ter­restre en vente sur l’île de Mon­tréal, a fait va­loir le cour­tier Lloyd Coo­per, de l’agence Cush­man & Wa­ke­field.

Les ter­rains ont ac­cueilli la raf­fi­ne­rie Shell de Mon­tréal-Est de 1933 à 2010. La­ga­nière y mène une dé­con­ta­mi­na­tion de­puis plus de cinq ans.

TRAN­SI­TION

En se por­tant ac­qué­reur de ter­rains qu’il connaît, Groupe La­ga­nière se­ra à même de les sé­pa­rer en plu­sieurs lots et de les re­vendre pour les dé­ve­lop­per, es­père le maire de Mon­tréal-Est.

«C’est une ex­cel­lente nou­velle, une tran­si­tion im­por­tante pour le fu­tur», dit Ro­bert Cou­tu, fier de voir une en­tre­prise lo­cale avec la­quelle la Ville a d’« ex­cel­lentes re­la­tions » rem­por­ter un ap­pel d’offres in­ter­na­tio­nal.

Au terme d’un dé­ve­lop­pe­ment, les ter­rains gé­né­re­raient au­tant, voire plus que les cinq mil­lions de dol­lars en taxes fon­cières et les cen­taines d’em­plois que rap­por­tait la raf­fi­ne­rie Shell, rêve le maire.

« L’idéal se­rait de ren­ver­ser ce qui a été fait en 2009, en plus de pro­lon­ger la route du bou­le­vard Jo­seph-Ver­sailles, et avec La­ga­nière, ce se­ra en­core plus fa­cile. Je suis fier que ce soit une en­tre­prise de chez nous », dit-il.

SU­PERBE OP­POR­TU­NI­TÉ

Des ter­rains de cette am­pleur pour­raient at­ti­rer de nom­breuses en­tre­prises se ré­jouit la Chambre de com­merce de l’est de Mon­tréal (CCEM), qui parle d’une « très belle et grande nou­velle ».

Ils re­pré­sentent une « su­perbe » op­por­tu­ni­té de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique, de créa­tion d’em­ploi, d’in­ves­tis­se­ments im­por­tants dans l’est et de ré­amé­na­ge­ment,

« On sou­haite que se réa­lise l’ar­ri­vée de nou­veaux joueurs éco­no­miques dans l’est, qui gé­nèrent des em­plois qua­li­fiés, bien ré­mu­né­rés. Si en plus, on dé­ve­loppe une ex­per­tise ou ren­force celle exis­tante, c’est de bon au­gure. C’est l’oc­ca­sion de re­dé­fi­nir l’iden­ti­té éco­no­mique de l’est de Mon­tréal », ré­agit la PDG de la Chambre, Ch­ris­tine Fré­chette.

La tran­sac­tion bé­né­fi­cie du sou­tien du Fonds d’ac­tion CSN et d’In­ves­tis­se­ment Qué­bec, signe que ces ins­tances « ont à coeur le de­ve­nir » des ter­rains, sou­ligne Mme Fré­chette.

phy­sio­de­la­pointe.ca

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.