De plus en plus d’aî­nés dans le be­soin

Avenir PaT - Montréal-Est - - LA UNE - RALPH-BONET SANON ralph-bonet.sanon@tc.tc

SO­CIÉ­TÉ. Des aî­nés font de plus en plus sou­vent ap­pel à la banque ali­men­taire et autres ser­vices d’Ac­tion Se­cours Vie d’Es­poir (ASVE), se­lon les constats de la di­rec­trice de l’or­ga­nisme fré­quen­té par des cen­taines de per­sonnes de Mon­tréal-Est et de Pointe-aux-Trembles.

Les aî­nés sont plus nom­breux à faire par­tie des quelque 120 par­ti­ci­pants à la dis­tri­bu­tion heb­do­ma­daire de pa­niers ali­men­taires, constate Su­zanne Bou­chard.

Se­lon elle, ces aî­nés n’ont sou­vent qu’une source de re­ve­nus, qui ne leur suf­fit pas à se nour­rir.

«Une fa­mille sur l’aide so­ciale peut re­ce­voir, par exemple, jus­qu’à 2000$ par mois en al­lo­ca­tions fa­mi­liales, sou­ligne-t-elle. Elle va ve­nir à la banque ali­men­taire, mais quand même mieux s’en sor­tir qu’une per­sonne âgée qui re­çoit un chèque de pen­sion de 600 ou 700$ par mois. Cette per­sonne âgée là n’a pas autre chose pour com­bler.»

«EX­CEP­TION­NEL»

Du­rant le plus ré­cent Ma­ga­sin-Par­tage de Noël d’Ac­tion Se­cours Vie d’Es­poir, deux par­ti­ci­pants sur cinq vi­vaient de rente d’in­va­li­di­té ou de rente de vieillesse, montre un bi­lan de l’évé­ne­ment du 21 dé­cembre der­nier.

La ten­dance est à la hausse, note la nou­velle di­rec­trice gé­né­rale, à par­tir de sta­tis­tiques des an­nées pré­cé­dentes.

«Je peux dire que le nombre de per­sonnes âgées a beau­coup aug­men­té. C’est quelque chose qui était moins ha­bi­tuel. Cette an­née, c’est ex­cep­tion­nel», com­mente Mme Ber­nard, dont l’OBNL sert aus­si des pe­tits dé­jeu­ners (plus de 76 000 en 2017)

dans des écoles du quar­tier de­puis 11 ans.

DÉ­SERT ALI­MEN­TAIRE

La pro­blé­ma­tique est connue: nombre d’aî­nés ne peuvent comp­ter que sur leur chèque men­suel du gou­ver­ne­ment et n’ont pas as­sez d’argent pour se nour­rir, une fois les autres dé­penses ef­fec­tuées, comme le loyer, les comptes et les mé­di­ca­ments.

À ce pro­blème fi­nan­cier s’ajoute le pro­blème d’un dé­sert ali­men­taire, par­ti­cu­liè­re­ment à l’est de la 52e ave­nue, dans le sec­teur du «Bout-del’île», fait re­mar­quer la pré­si­dente de la Table de concer­ta­tion des aî­nés de Pointe-aux-Trembles/ Mon­tréal-Est, Louise Crous­set.

«Les per­sonnes âgées qui ont de la dif­fi­cul­té à se mou­voir ne sont pas ca­pables de se rendre aux épi­ce­ries bon mar­ché […] et n’ont pas les moyens pour se payer un taxi, re­lève Mme Crous­set. En plus, ces épi­ce­ries ne font pas de li­vrai­son. Par exemple, ceux qui ha­bitent dans les ré­si­dences pour per­sonnes âgées sur Notre-Dame doivent ache­ter au dé­pan­neur.»

Près de 2 ré­si­dents de Ri­vière-desP­rai­ries–Pointe-aux-Trembles, Mon­tréal-Est, Mer­cier-Est et An­jou sur 3 n’ont pas ac­cès à des fruits et lé­gumes frais à 500 m de chez eux, se­lon une étude pu­bliée en 2013 par la Di­rec­tion de la san­té pu­blique. Et pour les quelque 27 000 ré­si­dents vi­vant sous le seuil de faible re­ve­nu (dont plus de 5000 à Mon­tréal-Est et Pointe-aux-Trembles, le pro­blème était double.

(Pho­to TC Me­dia — Ralph-Bonet Sanon)

De plus en plus d’aî­nés font par­tie des quelque 120 per­sonnes qui se pro­curent un pa­nier ali­men­taire à Ac­tion Se­cours Vie d’es­poir, constate sa di­rec­trice gé­né­rale.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.