L’après-jfk: re­par­tir à neuf

Jac­que­line Ken­ne­dy n’a que 34 ans lors­qu’elle se re­trouve veuve. Elle est pro­fon­dé­ment af­fli­gée par l’as­sas­si­nat de son ma­ri, mais elle ne se consi­dère pas comme une vic­time. Loin de là. Deux choses vont l’ai­der à faire son deuil: l’amour et les voyages.

Biographies Collection - - Jeunesse -

Après les fu­né­railles, Ja­ckie pleure jour et nuit, dort peu et fait des cau­che­mars. Les scènes du meurtre de son ma­ri hantent son som­meil, et elle craint qu’on s’en prenne à la vie de ses en­fants. Elle sombre peu à peu dans un état dé­pres­sif qui l’oblige à prendre des tran­quilli­sants. Ca­ro­line, âgée de six ans, de­vient maus­sade et ta­ci­turne, alors que John- John, trois ans, se trans­forme en en­fant tur­bu­lent.

« Le monde a per­du sa lu­mière »

À la mort de son ma­ri, Ja­ckie Ken­ne­dy de­meure une très belle femme de seule­ment 34 ans.

Elle re­fait sa vie à New York, ici on la voit à vé­lo dans Cen­tral Park.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.