La force de cé­line

Il y a eu un dé­fer­le­ment d’amour comme on en a ra­re­ment vu au Qué­bec. Des cen­taines de per­sonnes, voire des mil­liers, s’étaient mas­sées de­vant la ba­si­lique. Cer­taines étaient même sur place de­puis 6 h le ma­tin.

Biographies Collection - - La Une -

Elle se te­nait tout près de son ma­ri, avec à ses cô­tés Re­né-charles et Pa­trick, le fils aî­né de Re­né qui gar­dait un oeil bien­veillant sur sa bel­le­mère. Tout de noir vê­tue, elle avait les che­veux at­ta­chés en un simple chi­gnon. Der­rière le voile dé­li­cat qui lui cou­vrait une par­tie du vi­sage, nous pou­vions voir ses yeux em­brouillés par les larmes. Qu’à ce­la ne tienne, elle pre­nait soin de re­gar­der droit dans les yeux chaque per­sonne qui se pré­sen­tait de­vant elle, dis­po­nible

Re­né en cha­pelle ar­dente, un homme d’une pro­fonde hu­ma­ni­té.

et à l’écoute, al­lant jus­qu’à en­la­cer ou em­bras­ser cer­taines d’entre elles. Mal­gré la peine et la dou­leur, elle pos­sède tou­jours ce don de faire sen­tir les gens im­por­tants. «Cé­line est re­mar­quable, a lâ­ché l’ani­ma­trice Sonia Be­nez­ra. Elle est là, en train de re­mer­cier tout le monde qui la croise; cer­tains lui pleurent dans les bras. Pour­tant, ça de­vrait être nous qui la ré­con­for­tons. C’est elle qui

Tout le monde a su or­ga­ni­ser cette cé­lé­bra­tion d’une fa­çon ex­cep­tion­nelle, soit l’équipe de la ba­si­lique ain­si que celle de Re­né.

sou­tient les autres.» La plu­part des proches sont re­par­tis vers 15 h alors que Cé­line est res­tée toute la jour­née! Tous les vi­si­teurs, à la sor­tie de l’église, avaient le même dis­cours: «Quelle femme forte

et gé­né­reuse!» En dé­pit du cha­grin et de la tris­tesse, elle de­meu­rait droite et so­lide comme un roc.

Une vague d’amour

Par le cô­té, des proches du couple avaient eu un ac­cès à la ba­si­lique avant l’ou­ver­ture des portes au grand pu­blic pour se re­cueillir de­vant la dé­pouille du dé­funt. Rod­ger Bru­lotte, un ami fi­dèle de Re­né, a été in­ter­cep­té par un jour­na­liste de RDI au mo­ment où il quit­tait les lieux:

Pour Cé­line, Re­né a tout or­ches­tré, même ses ob­sèques.

«La fa­mille se porte très bien. Cé­line dé­montre une fois de plus qu’elle est une dame in­croyable. Elle prend le temps de par­ler à chaque per­sonne qui la croise. C’est un mo­ment pri­vi­lé­gié d’avoir été in­vi­té là.» Cette vague d’amour pour Re­né était un juste re­tour du ba­lan­cier

aux yeux de Ju­lie Sny­der: « Voir tout ce monde ici au­jourd’hui, lui qui a tel­le­ment été là pour le pu­blic, à tou­jours pen­ser en fonc­tion du pu­blic... Je suis cer­taine qu’il nous voit et qu’il est très content.»

Re­né An­gé­lil 1942-2016

Mal­gré sa peine, Cé­line trouve le moyen de ras­su­rer sa mère et sa soeur.

Mi­chel Ber­ge­ron of­frant ses condo­léances à la veuve de son ami.

Bien qu’étant elle-même anéan­tie, Cé­line a ré­con­for­té les proches de son ma­ri.

La foule qui en­trait au compte-goutte dans la ba­si­lique était im­pres­sion­nante.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.