Un em­pire mon­dial

Do­nald Trump en­tame sa car­rière au­près de son père, qui lui en­seigne toutes les fi­celles du mé­tier. Avec lui, il ef­fec­tue une en­trée re­mar­quée sur la scène im­mo­bi­lière de Man­hat­tan et ne cesse d’étendre son em­pire de­puis. Tours, hô­tels, ca­si­nos

Biographies Collection - - Summario -

Au dé­but des an­nées 1970, l’en­fant pro­dige de­vient un per­son­nage mé­dia­tique en ac­qué­rant les plus pres­ti­gieuses pro­prié­tés de Man­hat­tan. Par­mi les plus lé­gen­daires im­meubles qu’il compte à son ac­tif, on peut ci­ter le pre­mier gratte-ciel qu’il a fait construire à New York en 1983, la

le plus grand im­meuble d’ha­bi­ta­tion du monde, la et le à At­lan­tic Ci­ty. Outre l’im­mo­bi­lier, l’homme d’af­faires pos­sède des centres d’in­té­rêt dans de nom­breux do­maines tels que les mé­dias, les sports, les jeux, les émis­sions de té­lé­réa­li­té et les concours de beau­té: Miss Uni­vers, Miss USA, Miss Teen USA. Der­niè­re­ment, il a ajou­té la po­li­tique à son em­ploi du temps, en se pré­sen­tant aux pro­chaines élec­tions pré­si­den­tielles. «Le suc­cès de Do­nald a dé­pas­sé de loin ce­lui de son père, mais il ne s’est pas fait seul! Il avait dé­jà beau­coup quand il s’est lan­cé, et il a pu uti­li­ser l’as­sise fi­nan­cière de son père et ses con­nexions po­li­tiques» , ex­plique Gwen­da Blair, au­teure d’une bio­gra­phie sur la dy­nas­tie Trump. Do­nald Trump a d’ailleurs re­con­nu avoir re­çu un «pe­tit» prêt d’un mil­lion de dol­lars de son père pour se lan­cer à son compte et ci­bler une autre clien­tèle. «Il a com­pris que cer­taines per­sonnes, plu­tôt que ca­cher leur for­tune, vou­laient au contraire en faire la pro­mo­tion, comme il le fait lui­même» , as­sure Mme Blair. En 1971, Do­nald re­nomme l’en­tre­prise de son père la Trump Or­ga­ni­za­tion. Il s’agit d’un conglo­mé­rat dont le siège social, la Trump To­wer, est si­tué sur l’île de Man­hat­tan à New York. L’en­tre­prise opère prin­ci­pa­le­ment dans l’im­mo­bi­lier, la construc­tion et le di­ver­tis­se­ment, mais elle agit éga­le­ment dans plu­sieurs autres do­maines comme l’édi­tion lit­té­raire, les mé­dias, les ser­vices fi­nan­ciers, le dé­ve­lop­pe­ment de jeux té­lé­vi­sés et de jeux vi­déo, la nour­ri­ture et la bois­son, le tou­risme, les com­pa­gnies aé­riennes, etc. Elle pos­sède des lo­tis­se­ments ré­si­den­tiels, des tours d’ha­bi­ta­tion, des hô­tels, des ter­rains de golf et des ca­si­nos aux États-unis, en Eu­rope, en Asie, au Moyen- Orient, en Amé­rique du Sud et même au Ca­na­da. Le groupe est aus­si pro­prié­taire de la Trump En­ter­tain­ment Re­sorts, qui di­rige le Trump Taj Ma­hal, le Trump Pla­za et cer­tains ca­si­nos d’at­lan­tic Ci­ty. Avec la chaîne NBC, la Trump Or­ga­ni­za­tion gère les concours Miss USA, Miss Teen USA et Miss Uni­vers, ain­si que l’émis­sion de té­lé­réa­li­té The Ap­pren­tice. L’or­ga­ni­sa­tion est gou­ver­née par la fa­mille Trump, avec Do­nald à sa tête, as­sis­té de trois de ses en­fants: Do­nald Trump Jr., Ivan­ka Trump et Eric Trump, qui sont vice-pré­si­dents.

Au dé­but des an­nées 1970, Do­nald Trump de­vient connu en ache­tant des pro­prié­tés à New York.

Trump World To­wer, Trump Taj Ma­hal Ca­si­no Re­sort, La Trump Or­ga­ni­za­tion Le fils a re­con­nu avoir re­çu un prêt d’un mil­lion de dol­lars de son père, Fred Trump, pour se lan­cer à son compte. Do­nald re­nomme l’en­tre­prise de son père la Trump Or­ga­ni­za­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.